Newsletter

Sur le même thème

Santé Médecine
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°721 Janvier 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

MIA, le nouvel arsenal anti-âge

Par Trend Sourcing
N°662 Septembre 2013
Devant l’augmentation constante de l’espérance de vie, la Médecine Intégrative Anti-Âge (MIA) vise à lutter contre les troubles du vieillissement via un arsenal anti-âge plus adapté, plus complet, plus «écologique» et surtout plus efficace.

En 2050, un Européen sur trois aura plus de 60 ans et un sur dix plus de 80 ans ; l'Europe sera alors la région la plus grisonnante du monde !

Dans cette perspective, cette discipline émergente se présente comme une voie d'avenir, ouvrant des champs d'innovation multiples pour nombre de secteurs tels la cosmétique, l'alimentaire, le bien-être, le sport, l'assurance-santé... Il devient indispensable d'intégrer la prochaine supériorité numérique des seniors à court terme et de relever le défi de leur qualité de vie.

La MIA, voie d'avenir du «mieux vieillir», réussit l'équation : soins de médecine esthétique + nutrition + cosmétique biocompatible + sport + traitement personnalisé. La beauté devient un critère de santé !

Trend Sourcing est une agence prospective au coeur d'expertise «soin et soi» de la beauté à la santé : cosmétiques, nutrition, spa, mouvement bio, médecines globales... Son but : offrir une large vision des tendances pour concevoir, aujourd'hui, les produits, services et lieux de demain. Trend Sourcing nous a communiqué la synthèse des conférences du Symposium de Médecine Intégrative Anti-Âge (MIA). Voici les extraits concernant l'anatomie du vieillissement, les avancées et les perspectives.

COMMENT LES STRUCTURES DU VISAGE SE MODIFIENT-ELLES AVEC L'ÂGE ?

Intervention Dr G. Beilin, J.-L. Morel et C. Raygot.

Anti-aging intégral du visage

  • santé de la peau,
  • réjuvénation de la peau,
  • restauration des structures et des volumes,
  • rétablir l'équilibre via des cosmétiques adaptés et une hygiène de vie,
  • prévenir les troubles de l'âge (taches pigmentaires, sécheresse notamment).

La ride n'est que 50 % du sujet !

Pour traiter le vieillissement du visage, les soins esthétiques médicaux isolés sont insuffisants. Le patient doit être traité dans sa globalité et non par rapport à ses seules rides. Il lui est demandé de s'impliquer dans sa prise en charge complète, tant externe qu'interne (nutrition, détox, respiration, digestion, sommeil...).

Les soins internes donnent des résultats tangibles sur la qualité de la peau. Des études sont actuellement en cours concernant l'impact émotionnel associé au vécu (à l'avenir, cap sur la chimie de l'humeur, aromacologie ciblant la fatigue, le stress, l'influence des odeurs sur l'humeur et les rêves...).

Intensité du message expressif en ligne de mire

On passe 80 % de notre temps à déchiffrer les expressions du visage, or le vieillissement altère le message expressif. Il y a une confusion des codes : quand une personne est âgée, on peut lire - à tort - de la tristesse ou de la répugnance sur le bas du visage (l'affaissement des contours envoie un message négatif à l'autre).

Le vieillissement du visage correspond à un déplacement du plan profond, une involution des structures vers le bas. La disharmonie
est acquise et inéluctable. Les muscles peauciers et du sourire ont un rôle important.

Perfect smile, nouvelle routine anti-âge

À l'instar de la peau, les dents et les gencives subissent les effets de l'âge (usure dentaire, rétraction gingivale).

Tout l'enjeu ici est de rendre le sourire le plus identifiable possible. Ex. : greffe de gencives pour remonter les lèvres, pose de facettes pour rajeunir l'aspect des dents... Le but étant de restaurer les volumes dentaires pour atteindre une notion de cohérence.

Topographie, étude géographique du visage

Le visage est à considérer dans son ensemble, dans ses formes et ses volumes. Désormais, il est possible de gagner une génération (20 ans) en topographie (forme), remodelage tissulaire par l'étude du relief du visage en cherchant l'adéquation morpho-esthétique de l'acte esthétique médical en fonction du visage et de l'âge.

La MIA, qui prône une approche écologique du soin esthétique médical, privilégie les techniques non toxiques bio-compatibles, qui respectent les tissus (pas de produits non résorbables, par exemple).

Les fillers inclus en MIA

À chaque âge, il existe un filler idéal :

  • 40-50 ans : objectif éclat via la mésorejuvénation = acide hyaluronique + vitamines + acides aminés,
  • 50-60 ans : objectif hydratation longue durée,
  • 60 ans : injections à base de microsphères d'hydroxyapatite de calcium dans les mains notamment.

Les actifs

  • L'acide hyaluronique, actif star des rides superficielles, est un actif résorbable utilisé par le corps comme un engrais. Il est idéal dans le cadre d'une restauration esthétique écologique. À noter : on perd 8 à 10 % d'acide hyaluronique tous les dix ans. À suivre : les sels de calcium.
  • Et toujours en émergence : la lipofilling (injection de la propre graisse du patient).

Et toujours pour rénover et embellir le visage

  • L'exfoliation cutanée : peeling aux acides de fruits (notion de produits comestibles pour la peau), micro-abrasion mécanique après préparation de la peau et micro-nutrition (acides gras, micronutriments), hammam et gommages naturels en fonction du terrain de la peau, laser fractionné.
  • La stimulation cutanée : mésothérapie en fonction du terrain, radiofréquence, laser et IPL pour stimuler les fibroblastes et la production de collagène. L'association de techniques donne des résultats encore meilleurs.

COMMENT LUTTER CONTRE LE VIEILLISSEMENT CORPOREL ?

Intervention Dr C. Daulouede.

Faits et chiffres

  • À 50 ans, on observe une fonte musculaire et des pertes lipidiques, à 60 ans, des déformations osseuses, notamment des mains et doigts et une altération vasculaire.
  • La masse maigre diminue de 1 % par an après 50 ans et de 2 % par an après 60 ans. L'évolution naturelle est donc l'amincissement mais on observe l'inverse ! Car avec le déséquilibre alimentaire, la perte de muscle se double d'une augmentation de la masse grasse (couplée aux modifications hormonales dues à la ménopause/andropause).
  • En Europe, une femme grossit en moyenne de 10,6 % entre 20 et 50 ans.
  • 80 % des femmes ne sont pas satisfaites de leur poids.
  • Obésité et excès de graisse sont en tendance croissante. La prévision en 2015 est de 1,6 milliard d'obèses de 15 ans et plus au niveau mondial !

Sédentarité et obésité

À partir des 80's, l'augmentation de la consommation calorique s'est arrêtée, alors que le nombre d'obèses a augmenté. Une application : la courbe de sédentarité est parallèle à la courbe d'obésité.

Résultat : l'aplatissement des fessiers et des deltoïdes (au niveau des épaules) sont les premiers signes de la sédentarisation.

Aucun régime miracle !

Les experts préconisent une perte de poids maîtrisée sur le long terme qui serait de 4 kg par an maximum. Une diète alimentaire correspond à une baisse d'environ 750 cal./j. par rapport à sa ration habituelle. Il est également recommandé de ne pas s'éloigner de son alimentation naturelle (par ex. inutile de passer à des petits déjeuners anglais quand on a le goût du petit déjeuner français).

Perdre trop, trop vite constitue un trou calorique pour l'organisme, qui, déstabilisé, agressé, reprend plus de poids par la suite (effet yoyo).
Le poids est symptôme de déconditionnement, un IMC  de 40 diminue l'espérance de vie de 8 à 10 ans. (L'indice de masse corporelle est calculé en divisant le poids par la taille au carré.)

Plus largement, une silhouette dépend :

  • d'un excès de graisse ou non (excès de types gynoïde et androïde à distinguer),
  • de la musculature,
  • de la statique et posture.

Muscle, piège métabolique

Se muscler est la règle n° 1 pour maigrir car au-delà de l'esthétique, le muscle consomme toutes les calories en surplus (équivalent d'un feu en soi) : là où il y a du muscle, il n'y a pas de graisse !

À savoir : l'endurance fait fondre les graisses et l'activité rapide booste l'hormone de croissance. Il convient d'associer les deux dans le cadre d'un entretien physique complet. Sur le plan santé, le muscle se détériore avec l'âge, l'influx nerveux passe plus difficilement suite à la dégénérescence des fibres musculaires et aux infiltrats graisseux.

La testostérone et la GH (Grow Hormone) diminuent également. La seconde est dépendante du stress et du sport. Le sport favorise le gain de masse musculaire qui joue un rôle «feed back» et entraîne une augmentation de la stimulation de ces deux hormones anti-aging.

La clé de l'anti-âge, c'est la restauration et le développement de la fibre musculaire avec effet de recrutement : notion de réveil du muscle.

Posture du skieur avec l'âge

En vieillissant, la position corporelle revient vers Lucy (posture préhistorique ou attitude du skieur) : enraidissement musculaire, perte de la lordose lombaire et enroulement des épaules.

Quatre groupes musculaires à travailler en priorité pour conserver une statique «jeune» :

  • multifidus (dorsal) à travailler en lordose et cambrure,
  • abdominaux. Travailler le transverse pour ramener le nombril vers la colonne vertébrale. Pour les femmes ayant eu des enfants, travailler les abdos à quatre pattes et contracter (sinon cela crée l'effet inverse soit davantage de ventre et risque d'augmentation de la pression musculaire sur les organes du bas-ventre),
  • carré des lombes (abdomen),
  • psoas (muscle fléchisseur de la cuisse).

Minimiser la piscine qui ne fait pas travailler les muscles de façon optimale (disharmonie) / privilégier les sports terrestres.

OBJECTIF ANTI-CELLULITE : QUELS SOINS ESTHÉTIQUES MÉDICAUX PRÉCONISÉS EN MIA ?

Intervention de C. Gaucher et G. Beilin.

Technique à suivre en cabinet médical

  • Valeur ajoutée de l'acupuncture, en stabilisant notamment la glycémie. Zones cibles : point 0, points du méridien de la rate, du foie et des reins, points hors méridiens
  • Mésopuncture associant acupuncture, auriculothérapie et injections de mésothérapie classique dans certains points d'acupuncture (7 points dans l'abdomen, points généraux de rééquilibrage Yin Yang) en vue de détruire les cellules graisseuses.
  • Carboxythérapie : technique non chirurgicale existant depuis 1934 pour les pathologies artérielles mais plus récente en médecine esthétique. Équivaut à une lyse des adipocytes par oxygénation tissulaire (le CO2 insufflé sous la peau entraîne une stimulation de la production d'O2 dans les cellules, d'où une amélioration du métabolisme sous-cutané et une meilleure élasticité de la peau). Cette technique est usitée également en réjuvénation du visage.
  • Injections hypo-osmolaires : éliminent les surcharges graisseuses localisées (fesses et genoux, ventre, hanches, intérieur des cuisses, culotte de cheval) en jouant sur les échanges liquidiens du corps.

Et aussi : lyse chimique et acoustique AWT.

Et toujours :

  • Velashape : appareil combinant radiofréquence bipolaire, lumière infrarouge, aspiration et massage mécanique.
  • Mésolipolyse : combinaison de mésothérapie et de thérapie par les ondes.

Aujourd'hui, la médecine conventionnelle peine parfois à proposer des solutions qui conviennent à des patients toujours plus concernés par leur bien-être global. D'ores et déjà, la beauté et la santé tendent vers une approche intégrée et multifactorielle portée par l'essor de la Médecine Intégrative AntiÂge (développement très important aux USA).

Cette médecine de vitalité et de bien-être vise à optimiser la santé et à prévenir des troubles liés à l'âge, autour d'un partenariat dynamique médecin/patient.

L'enjeu clé est d'ajouter de la vie aux années et non pas des années à la vie !

Elle s'inscrit en réponse aux nouvelles demandes des patients, à la recherche d'une :

  • prise en charge globale des traitements,
  • personnalisation des soins,
  • innocuité et non-toxicité des méthodes,
  • caution médicale des soins et du bien-être.

Cette nouvelle discipline présente un intérêt large, aussi bien pour lutter contre l'obésité que les cancers (en association avec la médecine allopathique).

MIA, MÉDECINE DU MIEUX VIEILLIR

Principes fondateurs

Méthode pluridisciplinaire nourrie du meilleur des médecines, sur la base de validations scientifiques :
- association de différentes approches diagnostiques et thérapeutiques complémentaires : médecine occidentale, médecines orientales (médecine traditionnelle chinoise, ayurveda), médecine esthétique, médecines bio-énergétiques, phytothérapie, homéopathie...,
- notion de médecines convergentes : rapprochement des compétences, véritable facteur clé de succès car c'est en associant les traitements que l'on obtient les meilleurs résultats.

Médecine globale :
- médecine de l'image corporelle (esthétique, cosmétique),
- médecine de la forme et de la vitalité (nutrithérapie, biothérapie, hygiène de vie),
- prise en charge globale du patient dans ses interactions (corps, esprit, entourage) et dans son environnement (mode de vie, nutrition, stress, pollution, climat...).

Médecine de prévention santé-beauté, articulée autour du «bien vieillir» et du «bien-être».
Principe d'éco-attitude intégrale (in et out) : alimentation, activité physique, gestion du stress, sommeil, élimination, protection envers la pollution...

Médecine personnalisée via un programme de soin séquencé en fonction des terrains et des typologies comme en naturopathie et en médecine ayurvédique.

Consultation, diagnostic et protocole

La consultation MIA type vise à :

  • observer les déficiences internes et externes en prévention : décalcification, déshydratation, volume et force des muscles, ratio tissu fibreux/graisseux, modifications hormonales...,
  • déterminer le type de terrain : anabolique, métabolique, catabolique
  • à rattacher au Kapha, Pitta, Vata de l'Ayurveda.

Le diagnostic à trois niveaux :

  • analyse des leviers externes du corps (peau, teint, cheveux, dents, silhouette, répartition des volumes...) et de l'aspect morpho-esthétique. Ex. : ratio poids/hauteur, tour de taille/hanche...,
  • analyse des leviers internes du corps (bilan des tissus, bilan sanguin, dépistage des troubles biologiques : stress oxydant, statut des acides gras, flore intestinale, micronutriments...),
  • analyse de l'état psychologique du patient.

Le protocole en trois temps :

  • nettoyer : endotoxines, exotoxines, déchets métaboliques, toxiques, xénobiotiques, polluants,
  • apporter des nutriments essentiels au bon fonctionnement de l'organisme et une supplémentation,
  • régénérer-stimuler les fonctions métaboliques des tissus et organes cibles.

Ce sont les étapes indispensables pour une amélioration de la qualité de la peau et une mise en beauté/santé durable et profonde.
Bien souvent les deux premières sont oubliées.
Dr C. Cocchi.

Trend Sourcing, 1 rue Ambroise Thomas, 75009 Paris.
Tél. 01 53 40 98 41.
e-mail : contact@trendsourcing.com / www.trendourcing.com

Cliché Malwa Fotolia.

11045 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :