Newsletter

Sur le même thème

Bio
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

4 1 5 1

La conservation des cosmétiques bio : quelles alternatives ?

Par Sophie Macheteau , Mybeautiful rp
N°651 Septembre 2012
Devant des clientes de plus en plus averties et désireuses de formulation exemptes de conservateurs chimiques et agressifs, les marques sont en quête d’alternatives plus ou moins originales et efficaces pour répondre à l’exigence croissante des consommateurs.

LE B.A. BA DES CONSERVATEURS

La définition légale

Sont considérés comme conservateurs, les ingrédients qui empêchent principalement le développement de micro-organismes (bactéries ou champignons) dans les produits cosmétiques. Tous les conservateurs sont des substances se trouvant dans la liste positive des conservateurs (annexe VI de la directive «Produits Cosmétiques»).

Ainsi, on ne peut définir comme conservateurs toutes les substances capables d'inhiber les germes quels que soient leur efficacité et leur mécanisme d'action. En effet, une définition aussi large inclurait alors non seulement l'alcool, les huiles essentielles, les huiles vierges et beurres végétaux ou tout ingrédient capteur d'eau...

Les mécanismes d'action des conservateurs

Ils peuvent être :

  • bactériostatiques : ils empêchent le développement des bactéries,
  • bactéricides : ils tuent les bactéries,
  • fongistatiques : ils empêchent le développement des champignons microscopiques,
  • fongicides : ils tuent les champignons microscopiques.

Le rôle des conservateurs

Lors du façonnage, ils protègent les produits cosmétiques des contaminations apportées par :

  • les matières premières,
  • les conditionnements,
  • l'atmosphère des ateliers,
  • le personnel.

Lors de l'utilisation par la consommatrice, lorsque l'intégralité de la crème entre en contact avec l'air.

La sécurité d'un produit cosmétique

Avant sa mise sur le marché, tout soin subit des essais physiques et chimiques et des tests de compatibilité biologiques.
Des études de stabilité du produit sont effectuées et l'efficacité de la conservation est évaluée d'un point de vue microbien.
Dans le cadre du challenge-test, le soin est ensemencé avec quatre souches microbiennes (en général Staphylococcus, Pseudomonas, Candida et Aspergillus). On dénombre ensuite les germes résiduels après 14 et 28 jours et l'on voit si le conservateur est efficace et si la dose utilisée convient.

OBLIGATION LÉGALE : DLU OU PAO ?

Deux types d'information sont présentes sur l'emballage des produits cosmétiques pour aider à les conserver dans les meilleures conditions :

  • si la durée de vie est inférieure ou égale à 30 mois, l'emballage indique une date limite d'utilisation appelée DLU (ex. : décembre 2010),
  • si la durée de vie est supérieure à 30 mois : l'emballage doit indiquer une PAO (Période Après Ouverture). Le symbole, un petit pot ouvert, apparaît avec une durée, en nombre de mois (ex : 24 M = 24 mois) à ne pas dépasser après ouverture du produit.

La PAO ne s'applique pas à certaines catégories de produits cosmétiques :

  • aux produits à usage unique (ex. les échantillons),
  • aux produits sans contact avec l'extérieur (ex : les aérosols),
  • aux produits dont l'hygiène n'est pas affectée après ouverture (ex. les parfums, les eaux de Cologne).

Ces données vous seront particulièrement utiles pour bien conseiller vos clientes lors de l'acte d'achat.

LES CONSERVATEURS CHIMIQUES SUR LA SELLETTE

Les conservateurs chimiques utilisés par l'industrie cosmétique conventionnelle sont des tueurs de bactéries à large spectre qui, pour remplir avec brio leur mission, ne sont pas sans causer quelques dommages collatéraux plus ou moins graves et à plus ou moins long terme.
Les conservateurs synthétiques les plus controversés sont :

  • les substances halogénées, c'est-à-dire contenant chlore, iode ou brome. Ex : chlorhexidine digluconate - chlorophène
  • triclosan - zinc chloride,
  • la famille des aldéhydes. Ex. : formaldéhyde (0,2 % maxi) et libérateurs de formaldéhyde,
  • la famille des parabens. Ex : Butylparaben - Methylparaben - Propylparaben,
  • la famille des Polyéthylène et Polypropylène glycol (PEG et PPG). Ex. : Phénoxyéthanol (max autorisé 1 %).

L'utilisation de ces conservateurs n'est pas sans poser trois problématiques majeures :

  • Ils sont trop puissants : les conservateurs détruisent toutes les bactéries, même celles qui nous protègent. La flore saprophyte est par conséquent fragilisée...
  • Ils sont trop pénétrants : les conservateurs chimiques les plus utilisés pénètrent profondément la peau et il n'est pas rare de les retrouver dans le sang et les urines !
  • Ils sont trop persistants : après avoir pénétré l'organisme, les conservateurs se dégradent mal et peuvent s'accumuler dans le corps pour un effet cocktail garanti !

De fâcheuses conséquences sont alors possibles :

  • pour la peau, des irritations et allergies (ex. : dermatites de contact...),
  • pour la santé, certains conservateurs pouvant se comporter comme des perturbateurs endocriniens,
  • pour l'environnement, possibilité notamment de toxicité pour les organismes aquatiques.

LES PARABENS EN QUESTION

Le souci majeur quant à la présence des parabènes dans les cosmétiques, c'est la possibilité que manifestent certains d'entre eux d'agir comme des hormones dans le corps, en particulier en simulant les oestrogènes, les hormones sexuelles féminines.

Lors d'essais de laboratoire et sur des animaux, on a pu mettre en évidence une certaine activité quasi hormonale des parabens, bien que cette activité soit des millions de fois plus faible que celle des hormones naturelles.

Cette activité semblable à celle des hormones semble s'accroître avec la taille de la molécule de paraben. Jusqu'à présent, les autres recherches expérimentales concernant d'éventuels effets sur la reproduction dus à l'emploi des parabens n'ont pas amené de réponse nette ; beaucoup d'entre elles étaient par ailleurs entachées d'erreurs qui rendent délicate l'interprétation de leurs résultats.

 

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Par Sophie Macheteau , Mybeautiful rp

Sophie Macheteau, Mybeautiful rp,

22 Sente du Nord, 92410 Ville d'Avray. Tél. 01 74 62 22 25.

Cliché : Onidji. Fotolia

10542 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :