Newsletter

Sur le même thème

Soins homme
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

3 1 5 1

Hommes à l'institut : quels soins leur proposer ?

Par Dr Catherine de Goursac
N°651 Septembre 2012
Quels soins proposer aux hommes en institut ? L’idéal serait de transposer purement et simplement les soins que vous proposez à vos clientes. Mais ce serait trop beau. Voici donc leurs différences, leurs goûts, afin de développer et fidéliser cette clientèle qui n’attend que ça.

soins esthétiques pour hommes à l'institut de beauté

 

 

Communication présentée au 42ème Congrès International d'Esthétique Appliquée (mars 2012, Paris),
par le Dr Catherine de GOURSAC, Médecin Esthétique.

 

HISTORIQUE

Nous, nous avons assisté à l'augmentation de la clientèle masculine dans nos cabinets médicaux.

  • Dans les années 80-90, on avait peu d'hommes parmi nos patients (5 %) et les rares hommes qui franchissaient nos portes étaient des homos (50 %) qui avaient une demande proche de la demande féminine, et des hétéros (50 %) qui avaient une demande stéréotypée : ils étaient gênés par leurs taches, couperose, cicatrices d'acné, poils mal placés...
  • Et puis, on a vu une augmentation nette de la demande dans les années 2000. Aujourd'hui, j'ai 20 % de mes patients qui sont des hommes (20 % d'homos et 80 % d'hétéros) avec des demandes très différentes, ciblées.

QUATRE GÉNÉRATIONS D'HOMMES

Leurs demandes sont différentes selon les quatre grandes classes d'âge.

  • À la quarantaine, on commence à avoir le maximum des patients. Ils ont entre 35 et 40 ans et disent que pour leur travail, ils doivent toujours avoir l'air en forme. Ils ne veulent pas que l'on puisse constater qu'ils ont eu une soirée arrosée, il ne faut pas qu'ils aient les yeux fatigués, des cernes, le visage triste. Il faut qu'ils aient toujours l'air combatif, l'air frais, serein, une belle qualité de peau, en pleine possession de leurs moyens (la vie professionnelle a un impact très important). Les patients nous demandent toujours de traiter ce qui fait fatigué. Il ne s'agit pas de traiter les rides, comme une femme, mais de traiter tout ce qui plombe un visage : les cernes, la ptôse, l'aspect fatigué ! Les quadra sont près à faire des efforts mais ils doivent être simples (une crème de soin par jour, un soin par mois).
  • Ensuite, on a les plus jeunes, les trentenaires, 25 à 35 ans. Ce sont des métrosexuels (mot inventé en 1994 par un journal anglais pour désigner les hommes qui s'occupent autant, si ce n'est plus, d'eux, que les femmes). Ils ont été élevés avec des principes : ils font du sport, mangent des fruits et légumes. Ils ont appris à s'occuper d'eux. Pour eux, il faut toujours avoir un visage sain. Ils sont très décomplexés dans leurs demandes et veulent des soins qui vont plus loin que ceux de leurs aînés. Ils veulent un teint qui fasse frais, un visage reposé, plein d'allant et de vitalité. Pour eux, il faut particulièrement travailler la qualité de la peau. Ils sont autant ou plus accros à l'apparence que les femmes.
  • Au-delà de 50 ans, ils ont des demandes classiques, stéréotypées : couperose, poils dans les oreilles et le nez, taches. Ils ne cherchent pas à supprimer leurs rides. Si leur visage est affaissé, ce n'est pas un problème, de même, leurs cheveux ne sont plus un problème mais ils ne veulent pas avoir de la couperose, car cela donne l'impression d'être face à un problème d'alcoolisme (la couperose est due à une peau très fine. Les montagnards ou les marins, à cause des intempéries qu'ils ont subies toute leur vie, auront à terme de la couperose). Cette couperose est stigmatisée par l'alcool, donc ils veulent l'enlever. Les quinqua et plus ne veulent pas de soins contraignants et trop répétitifs. On parle de traitement «one shot» (en une seule fois).
  • Et puis, il y a les ados. Lorsqu'ils s'apprêtent pour sortir, même pour aller chercher le journal, ils veulent avoir la mèche parfaitement bien mise, masquer leurs boutons. Ils sont vraiment apprêtés et ne supportent pas la moindre imperfection.

 

LES HOMMES SONT DIFFÉRENTS

Au départ, nous avions peu d'hommes. On transposait ce qu'on faisait sur les femmes et on l'appliquait aux hommes. Et on s'est
aperçu que ça ne marchait pas. Il ne faut pas appliquer l'approche des soins pour les femmes aux hommes, mais comprendre leur démarche, leurs différences physiologiques et psychologiques, et ensuite seulement, trouver des soins spécifiques. La demande des hommes n'est pas la même, ce qu'ils attendent est différent, et puis ils ont des différences intrinsèques qu'il faut connaître, et ils peuvent également réagir différemment après le soin.

Les différences hystologiques

La peau d'un homme est plus épaisse que celle d'une femme (10 % de plus) car elle est bourrée de testostérone qui fait que l'épiderme lui-même est plus épais. Le stratum corneum, c'est-àdire la couche cornée, est moins efficace en tant qu'effet barrière. Donc, il faudra y penser en leur proposant des soins, des crèmes barrières plus efficaces, car, quand ils font du sport, ou sont soumis à la pollution, il faudra améliorer leur barrière cutanée.
Le derme est plus épais : 2,8 mm contre 1,8 mm chez la femme. C'est beaucoup comme différence. Dans le derme, les travées de
collagène ne sont pas les mêmes, cette densification du collagène est due à l'impact de la testostérone.


Leur pH est plus acide : 4,5 au lieu de 5,2 chez la femme. C'est très important car ils n'ont pas la même flore. Ils ont une colonisation plus importante de flore aérobique. Leur testostérone donne une peau plus épaisse, davantage d'acné, de sébum, mais aussi plus de flore. Ils sont très sensibles à l'acné, donc il faut y penser lorsque vous réalisez un soin sur une peau qui a une tendance à la prolifération.


Les glandes sébacées sont plus larges et plus nombreuses, donc il y a plus de sébum. Tous les soins matifiants peuvent être intéressants. Les glandes sudoripares sont plus larges, elles sécrètent plus de sueur, et la sueur, à cause du pH, est plus odorante. Les hommes transpirent aussi plus vite que les femmes.

La vascularité est plus intense chez les hommes, c'est pourquoi ils peuvent avoir plus facilement un visage rouge et de la couperose.
Les femmes n'ont pratiquement jamais de rhinophyma, c'est-à-dire un nez très déformé par la couperose. Tout ce qui est vasculaire sera aussi à traiter.

Les différences physiologiques

La masse musculaire moyenne d'un homme est de 33 kg, alors que chez une femme elle est de 22 kg. Ce qui est important de comprendre, c'est qu'avec l'andropause, avec la baisse de testostérone, au fur et à mesure des années, ils perdent cette masse musculaire. Donc, il y a un impact dans la force physique mais aussi dans l'allant, dans la vitalité. Si on leur injecte de la toxine botulique, par exemple, on a besoin de deux fois la dose de celle d'une femme car les muscles sont plus puissants.


La masse grasse est moins importante, vous le savez. La masse osseuse est plus dense, c'est pour ça qu'ils ne font pas beaucoup d'ostéoporose et qu'ils se cassent moins les os en vieillissant.


Les femmes ont la ménopause. Tout est à peu près stable et, vers 50 ans, tout cafouille : la progestérone chute, puis les oestrogènes. Les hommes, eux, ont, dès la quarantaine, une chute de 1 à 2 % de testostérone par an. J'ai compilé beaucoup d'études scientifiques et, pour l'instant, il n'y a pas de consensus : on dit que la testostérone chute mais comme les valeurs biologiques sont assez larges, on se retrouve quand même à un taux normal. La peau, qui a de nombreux récepteurs de testostérone, va, avec cette chute, se retrouver presque féminisée (les femmes ont 20 fois moins de testostérone que les hommes) : avec une peau qui s'affine, qui peut se froisser, qui peut se déshydrater comme celles des femmes.

 

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Dr Catherine de Goursac, 81 avenue de Niel. Tél. 01 47 54 93 20.

Cliché : Leonid & Anna Debukh. Fotolia.

10540 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :