Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°728 Septembre 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Le point sur les nouvelles spécialisations

N°674 Octobre 2014
Voici un tour d’horizon des différents diplômes d’État ou d’écoles, certifications au RNCP, CQP, certificats… Quels sont les atouts et les points faibles de ces spécialisations ? Quels sont les types de financements possibles ? Nos réponses pour y voir un peu plus clair !

Communication présentée au 44ème Congrès International d'Esthétique Appliquée (mars 2014, à Paris) par Sophie MEYER, Esthéticienne-Consultante, Formatrice ; Anne DEBACQ, Directrice de l'École PBA Paris Beauty Academy ; Jérôme HEREIL, Président de la FIEPPEC, Directeur de l'École Silvya Terrade.

LES DIFFÉRENTS DIPLÔMES
DE LA BRANCHE ESTHÉTIQUE

Anne Debacq

Nous allons passer succinctement en revue les différents diplômes de la branche.

Le CAP

C'est le premier diplôme obligatoire, de niveau 5, pour exercer en esthétique. Il se réalise en deux ans en sortie de troisième ou en un an si on a déjà un niveau V donc un CAP, un BEP, un Bac ou plus.

Les compétences acquises
Ce diplôme permet d'avoir les bases en esthétique, je dis bien les bases : réaliser un soin visage, apprendre les techniques d'épilation, de manucurie, les soins des mains et des pieds, avoir des notions en maquillage.

Les débouchés
Étant donné que c'est le premier diplôme de la branche, pour les jeunes il est bon de continuer vers les diplômes complémentaires tels le BP ou le BTS. Vous pouvez aussi exercer en tant qu'indépendante ou accéder aux nouvelles formations qu'on appelle les CQP (spa praticien, styliste ongulaire, maquilleur conseil animateur).

Le brevet professionnel

Donc, une fois le CAP en poche, vous pouvez vous diriger vers le Brevet Professionnel. C'est un diplôme de niveau 4, équivalant au Bac. Cette formation se réalise en alternance uniquement par la voie initiale, en deux ans, sinon vous pouvez le faire également en VAE si vous avez cinq ans d'expérience en institut dans un poste en esthétique.

Les compétences acquises
Ce diplôme complète le CAP, apporte les connaissances techniques corporelles manuelles et avec appareils, des connaissances en prothésie ongulaire, des compétences plus approfondies en maquillage, en gestion de l'institut. C'est le seul diplôme de la branche obligatoirement préparé en alternance dans la formation initiale, donc c'est une expérience réelle et il représente un avantage important.

Les débouchés
Vous pouvez travailler en tant qu'esthéticienne dans un institut, gérer votre institut, vous orienter vers un BTS ou un CQP.

Le BTS

Le BTS est un diplôme de niveau 3, Bac + 2. Vous devez forcément être titulaire d'un niveau 4, donc d'un Bac général ou d'un BP Esthétique et avoir fait une prépa BTS.

Les compétences acquises
Régulièrement en réforme, le nouveau programme du BTS comporte trois secteurs plus spécifiques :

  • l'expertise et le conseil scientifique et technologique,
  • la gestion et le management,
  • t l'animation-formation.

Les débouchés
Les débouchés offerts par le BTS permettent de vous orienter vers des formations supérieures, donc une licence, un bachelor, un CQP Spa Manager et autres, être responsable d'un institut, d'un spa, être une praticienne hautement qualifiée, être assistante chef de produit, animatrice, formatrice, technico-commerciale ou technicienne en recherche et développement.

Le Bac Professionnel

C'est une filière pour les jeunes qui veulent avoir un niveau 4. Il se réalise en trois ans après la troisième ou en deux ans si vous êtes
déjà titulaire du CAP d'Esthétique.

Les compétences acquises
Son contenu est équivalent au BP mais avec des matières générales beaucoup plus soutenues. Il ne se fait pas en alternance comme le BP, mais il est demandé 16 semaines de stage pour un Bac Pro en deux ans.

Les débouchés
Vous allez pouvoir travailler en institut en tant qu'esthéticienne, créer et gérer votre institut, vous orienter vers un BTS, un CQP, ou une formation complémentaire.

Le Bachelor

Le Bachelor responsable de développement commercial est un diplôme d'État de niveau 2 qui se fait en alternance. Il est aujourd'hui proposé à l'ISIPCA.

Les compétences acquises
Vous apprendrez à savoir prospecter un marché ciblé, savoir négocier et vendre, encadrer une équipe commerciale et savoir analyser.

Les débouchés
Vous pouvez accéder à des postes à responsabilités en France comme à l'international, ou bien être responsable commerciale, chargée d'affaires, technico-commerciale et responsable des ventes.

La Licence

Également de niveau 2, la Licence professionnelle vente et commercialisation nationale et internationale des produits de la cosmétique et de la parfumerie est un diplôme reconnu par l'État, qui se prépare en alternance à l'IUT de Rambouillet.

Les compétences acquises
Vous apprenez des techniques de vente et de commercialisation, la gestion commerciale.

Les débouchés
Vous allez pouvoir vous orienter davantage vers le marketing, le management et la gestion. Vous pouvez être cadre en entreprise dans le secteur de l'esthétique cosmétique en France et à l'international. Voilà pour les diplômes d'État.

LES CQP

LES CQP

Jérôme Hereil

La FIEPPEC, Fédération des Écoles Professionnelles de la Parfumerie, de l'Esthétique et de la Cosmétique, regroupe toutes les écoles et centres de formation français qui se sont engagés à faire de la formation dans le respect de la profession de l'esthétique et de la réglementation en vigueur.

La FIEPPEC est présente sur tout le territoire national et à ce titre elle est l'un des partenaires incontournables des professionnels de la beauté.

Aujourd'hui, la FIEPPEC est le principal interlocuteur des différents Ministères et est l'unique Fédération d'écoles à siéger lors des négociations de la convention collective de la branche parfumerie esthétique.

Au niveau de la formation professionnelle, nous sommes l'interlocuteur privilégié de la CNAIB et de l'UNIB.

La FIEPPEC préconise de bien comprendre la formation que vous allez suivre. Donc, la première étape, c'est le RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles) qui recense toutes les formations reconnues par l'État :

  • Diplômes : uniquement délivré par l'État (Ministère de l'Éducation Nationale, Ministère de l'Enseignement Supérieur, Ministère de la Santé, Ministère de l'Agriculture.
  • CQP : le Certificat de Qualification Professionnelle est une certification spécifique créée et délivrée dans une branche professionnelle. La qualification n'est reconnue que par la branche professionnelle concernée. Elle permet de reconnaître des savoir-faire propres à un métier quand il n'existe pas de diplôme correspondant. Elle est reconnue dans la convention collective de la branche professionnelle.
  • Titres : ce sont des certifications créées par un organisme public ou privé (CCI, école privée...), qui reconnaissent une formation qui existe depuis un certain nombre d'années et ayant prouvé l'insertion professionnelle des candidats ayant suivi la formation. Attention, certains établissements affichent des noms de Bachelor mais ne sont pas reconnus au niveau national, donc il faut bien vérifier ça.

Le RNCP recense différents cursus, CAP, Bac, BTS, tous les titres d'école qui ont été déposés, sachant qu'un titre appartient à une école et ensuite les CQP (Certificats de Qualification Professionnelle). Les CQP appartiennent à une branche. Pour la branche de l'esthétique, il y a la CNAIB, l'UNIB, la FIEPPEC, les centres qui forment les esthéticiennes et les six syndicats qui représentent les salariés du secteur à savoir savoir les CGT, CFTC, FO, UNSA, .et la CGC-CFE. Donc, les CQP sont faits en concertation avec les entreprises, les formateurs et les syndicats.

Il existe quatre CQP qui sont nés il y a quatre ans :

  • Le CQP Maquilleur-Conseil. Vous ne devenez pas une spécialiste du body-painting en faisant ce CQP, vous devenez spécialiste de la vente du maquillage. Vous devez être capable de réaliser rapidement un maquillage de haute volée tout en étant capable de vendre les produits de maquillage utilisés.
  • Le CQP Styliste Ongulaire permet de maîtriser toutes les techniques sur les ongles, de la technique du gel à la résine à celle du vernis semi-permanent ainsi que la décoration d'ongles. C'est une formation très complète en pratique comme en théorie.
  • Le CQP Spa Praticien a été mis en place avec des professionnels des spas hôteliers. Il donne la maitrise de tout ce qui se fait en soins du corps, avec ou sans eau, avec des appareillages et aussi une bonne connaissance de la vente en français comme en anglais, sachant que la vente commence dès l'accueil de la cliente.
  • Enfin, le CQP Spa Manager permet d'avoir une très bonne connaissance de tout ce qui est indispensable pour manager un spa ou un institut, notamment la législation droit du travail et des sociétés, marketing, législation autour de l'eau, risques sociaux en entreprise.

Donc, ces quatre CQP sont reconnus et bénéficient d'une rémunération inscrite dans la convention collective de l'esthétique. Le CQP Spa est situé au niveau du BTS dans la grille de salaires. Ces CQP sont accessibles avec un diplôme préalable de la filière esthétique.
Ils sont validés deux fois par an, en avril et en octobre, et pour 2014 c'est le 15 avril et le 20 octobre.

Aujourd'hui, nous formons en France 300 praticiens spa et une cinquantaine de stylistes et maquilleurs conseil. C'est en constante évolution.

Pour faire un CQP, vous devez absolument avoir une activité principale de formation dans l'esthétique et exister depuis plus de cinq ans. Il faut déposer votre dossier auprès de la FIEPPEC (ce n'est pas la FIEPPEC qui l'instruit mais la branche esthétique qui le valide).

À ce jour, il y a :

  • CQP Maquilleur Conseil : 9 centres habilités,
  • CQP Styliste Ongulaire : 14 centres habilités,
  • CQP Spa Praticien et Spa Manager : 23 centres habilités.

LES TITRES D'ÉCOLE

Après les différents diplômes, je vais vous parler des différents titres. Les titres d'école ont une reconnaissance auprès du RNCP et, contrairement aux CQP, auprès des autres branches. Donc, tous deux, CQP et titres, sont inscrits au RNCP.

Le titre de Spa Praticien

Le titre de Spa Praticien est un diplôme de niveau 4 délivré par l'École Gontard et les écoles habilitées par cette dernière. C'est une formation qui peut se faire sans être titulaire d'un diplôme de la branche esthétique.

Les compétences acquises lors de cette formation sont d'accueillir la clientèle, la conseiller, gérer les zones d'activité et les maintenir opérationnelles, respecter l'hygiène et la sécurité, réaliser les soins spécifiques du spa, maîtriser les techniques de vente, participer à la gestion de l'entreprise en vue d'optimiser l'utilisation des locaux, l'utilisation des produits et des cabines. Et enfin, effectuer des opérations de gestion informatisée avec un logiciel professionnel.

Pourquoi cette formation ?

Pour compléter une compétence acquise lors d'un diplôme d'État ou dans le cadre d'une reconversion professionnelle, car elle permet d'être directement opérationnelle en tant que praticien de spa.

La formation a une durée variable :

  • si on a un CAP minimum, c'est 12 semaines de formation,
  • et si on vient d'un autre secteur, elle durera 16 semaines.

Pour les deux filières, il y a 10 semaines de stage pratique dans un spa.

Quels sont les débouchés ?

Bien sûr la possibilité de travailler en spa, qu'il soit spa urbain ou centre de thalasso. Le spa praticien dépend du spa manager ou du directeur du spa.

Le titre de socio-esthétique

Le deuxième titre, c'est celui de la socio-esthétique. En fait, il existe deux titres de niveau 4 sous la même appellation. Il y a deux écoles qui préparent à ce titre mais ce n'est pas la même formation :

  • il y a le CODES à tours,
  • et l'École Giorgifont à Montpellier et les Écoles Sylvia Terrade habilitées par Giorgifont.

 

Les compétences acquises au CODES permettent de travailler en équipe pluridisciplinaire, définir les besoins de la socio-esthétique, prodiguer des soins adaptés aux publics fragilisés, animer des ateliers collectifs et participatifs, conseiller, transmettre et évaluer.

Les grandes fonctions pour Giorgifont sont de mettre en pratique les techniques esthétiques et de socio-esthétique en les adaptant au patient, animer des ateliers beauté basés sur des activités ludiques, mettre en place des activités de socio-esthétique dans un but de socialisation, réaliser des ateliers beauté et des séances d'auto-maquillage, du conseil en image, améliorer la qualité de vie au travers des soins esthétiques, apporter une écoute, un conseil, afin de sortir les patients du contexte de la maladie et du traitement, et enfin être capable par les soins de les accompagner à travers la maladie et la modification de leur image corporelle.

Le CODES a 35 h de cours, 140 h de pratique orientée, et 105 h en entreprise.
Giorgifont a 400 h de cours et 700 h de stage, sur un rythme d'une semaine de cours et de trois semaines de stage tout au long de l'année.

Pour le CODES, il faut avoir deux années d'expérience professionnelle après le CAP d'Esthétique.

Pour Giorgifont, il n'est pas nécessaire d'avoir une expérience autre que le CAP.

Les débouchés sont nombreux : en milieu médical, dans les hôpitaux, les cliniques, les centres de lutte contre le cancer, les maisons de retraite, les EPHAD, les centres de médecine et de réadaptation, les associations diverses, le médico-social, aussi bien les centres de prévention en addictions, les centres d'hébergement et de réinsertion, les ESAT, établissements de service et d'aide par le travail, les maisons d'enfant à caractères sociaux.

Ce métier dépend de la convention collective de l'esthétique parfumerie. Les socio-esthéticiennes travaillent majoritairement en tant qu'indépendantes, en libéral, et en général dans plusieurs structures.

Les formations reconnues par les organisations

Je vais citer deux formations : la psychosocio-esthétique et le massage bien-être. Il existe deux écoles qui forment à la psycho-socio-esthétique, Paris Beauty Academy à Nanterre et l'École Joffre à Pau. Donc, la psycho-socio-esthéticienne est une professionnelle de santé, qui prend en charge de manière transversale et pluri-objective la désadaptation et le handicap de l'apparence qui altère l'identité.

La psycho-socio-esthétique comprend quatre axes :

  • la peau et les ongles,
  • l'aspect psychopathologique,
  • le social via le contexte social,
  • et bien sûr l'esthétique.

On utilise l'esthétique dans un soin relationnel qui constitue une autre voie d'accès à la cliente mais aussi comme un outil de prise en charge à visée thérapeutique ou socio-thérapeutique. Elle vise au maintien de la qualité de la peau, des ongles, et participe à l'atténuation des altérations engendrées par les traitements, le vieillissement ou le manque de soin. Les activités sont nombreuses :

  • avant tout c'est l'accueil,
  • le recueil d'information,
  • l'entretien,
  • l'observation,
  • l'évolution visant un diagnostic psycho-socio-esthétique,
  • ensuite il y a la conception d'un projet,
  • la mise en oeuvre d'activités de soins, de réadaptation, de réinsertion et de réhabilitation psychosociale,
  • ensuite vient la coordination d'interventions psycho-socio- esthétiques, l'évaluation et l'évolution des pratiques professionnelles, la veille professionnelle, la réflexion sur les pratiques professionnelles,
  • et enfin la formation et l'information des professionnels et des futurs professionnels. Cette formation dure 854 h de cours de pratique et de théorie. Il y a quatre stages, chacun d'un mois, dans le domaine du médical, du social, du psychiatrique et du carcéral.

Cette formation peut être suivie par des personnes qui ne sont pas issues du monde de l'esthétique. Dans ce cas, elle durera 15 mois et comprendra un double cursus, esthétique et psycho-socio-esthétique ou bien en 12 mois pour les personnes issues de l'esthétique. Il faut être titulaire d'un Bac ou d'un BP Esthétique, et pour les personnes qui n'ont pas le niveau requis, un test est réalisé pour savoir si elles peuvent intégrer la formation.

Les débouchés sont les mêmes que pour la socio-esthétique, à savoir le secteur social, médico-social et sanitaire.

Cette formation est certifiée par le syndicat national des professionnels en socioesthétique, elle est citée dans la fiche métiers de la fonction publique hospitalière. Ce métier dépend du secteur médico-social et non de l'esthétique.

Les PSE travaillent essentiellement en libéral, parfois en salariée mais sur des vacations, et en général sur plusieurs structures.

Le massage bien-être est une formation qui s'adresse à des personnes non issues du milieu de l'esthétique et permet de se spécialiser en massage. Les soins esthétiques, les gommages, les enveloppements sont réservés aux professionnelles de l'esthétique.

Dans cette formation, on va apprendre les massages relaxants, le californien, le lomilomi, le prénatal, le massage crânien... la liste n'est pas exhaustive, les massages musculaires, le massage sportif, le massage suédois, le massage thaï, les massages énergétiques type shiatsu, ayurvédique, pierres chaudes et réflexologie, les massages amincissants, type bambou et palper-rouler, et des cours théoriques en anatomie, en physiologie et également sur la ressource énergétique du masseur.

Donc, il y a des reconnaissances en cours, qui ne sont pas encore effectives, par deux organisations, la Fédération des Massages Traditionnels de Relaxation (FMTR) et par la Fédération Française de Massage Bien-Être (FFMBE).

La FMTR agrée les centres de formations sur plusieurs critères, leur programme de formation, la pédagogie proposée, la qualité et l'actualisation des connaissances des formateurs et enfin le respect de la charte éthique et du règlement intérieur.

Pour la FFMBE, les critères sont : trois ans d'existence, avoir formé au minimum 30 stagiaires sur 200 h en massage bien-être et accepter et respecter la charte des centres de formation FFMBE. Pour les titres, il s'agit d'un aperçu, on ne peut pas parler de toutes les écoles.

Les diplômes indispensables

Au minimum un CAP. Mais honnêtement, ce n'est pas suffisant. Je dirais au moins un BP et des formations complémentaires, soit un titre de massage bien-être soit un CQP.

Anne Debacq, PBA (Paris Beauty Academy), 23 rue du 8 Mai 1945, 92000 Nanterre.
Tél. 01 41 37 07 60.

Jérôme Hereil, FIEPPEC. Tél. 05 55 245 245. e-mail : jhereil@hotmail.fr

Cliché Rawpixel

11525 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :