Newsletter

Sur le même thème

Santé Médecine
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°723 Mars 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Les nouvelles orientations en médecine esthétique

Par Dr Catherine de Goursac , Médecin Esthétique
N°663 Octobre 2013
En 20 ans, la médecine esthétique a fait des progrès absolument spectaculaires. L'intérêt n'est plus de "faire jeune" mais de montrer sa combativité dans le travail.

EN PREMIER LIEU, LE COMBLEMENT DES RIDES

Dans les années 90, on découvrait les fillers et leur capacité à combler les rides. On est passé, dans les années 2000, de la silicone (implant permanent qui migre avec les années) et du collagène bovin (risque de transmission de pathologies animales et d'allergie) aux acides hyaluroniques bio-identiques à notre composant de la substance fondamentale.

Chaque ride a été bien étudiée et nommée : ride du lion, sillons nasogéniens, plis d'amertume, code barre de la lèvre, patte d'oie...

PUIS LES VOLUMATEURS

Ensuite, la réflexion est venue sur la pesanteur, la ptose des parties molles du visage et on a considéré que les volumateurs (acides hyaluroniques très compacts) pouvaient recréer une forme de charpente sur laquelle les tissus pouvaient se redraper. Ils permettent de dynamiser le visage, on parle de lifting médical.

Ces volumateurs, encore très en vogue, ont une durée de vie relativement longue (de 18 à 24 mois) et s'implantent dans la partie supérieure du visage : vallées des larmes, pommettes externes, ce qui va permettre de corriger la ptose naturelle avec les années.

ENFIN LA QUALITÉ DE LA PEAU

Depuis quelques années, la qualité de la peau est devenue une orientation essentielle. Les patients ne demandent pas seulement de gommer les signes du temps mais surtout d'avoir un air sain. L'hygiène est partout, aussi bien dans le mode de vie qui va se refléter sur la peau : manger sain donne bonne mine, mais également dans les corrections des imperfections : couperose, taches, cicatrices, etc.

Nous avons développé toute une gamme de traitements comme les radiofréquences (elles vont stimuler en profondeur les fibroblastes par la chaleur émise, les LEDs (modulation de l'énergie de la mitochondrie), les peelings en tout genre, la carboxythérapie (réoxygénation des tissus)...

LES NOUVELLES ZONES DE FILLERS

Les zones de comblement ont également évolué :

  • Les tempes sont devenues un point crucial dans l'harmonie du visage. Les tempes se creusent plus ou moins vite selon la propension familiale, parfois dès 40 ans, les tempes se vident et on peut dire que cela renvoie à l'image de «vieux cheval». Le fait de remplir cette zone va attirer le regard vers le haut du visage au lieu d'avoir une coupure et de diriger le regard vers le bas. Cela donne également une impression de douceur.
  • Les sourcils vont être remodelés par le biais des injectables. On pourra relever la queue du sourcil par la toxine botulique mais également lui donner du relief et la sculpter par l'acide hyaluronique. On remplit maintenant la paupière supérieure, ce qui donne un joli bombé et éclaire le regard.
  • Les lobes d'oreilles sont également la cible de nos soins. Bien sûr, s'il y a eu déchirure par le port de boucles d'oreilles trop lourdes, il y a la chirurgie. Mais on peut remplir un lobe vidé par le poids des boucles d'oreilles et également défroisser par peeling un lobe ridé.
  • La peau va profiter des skinboosters. On veut maintenant défroisser la peau en la réhydratant et la biostimulant via des injections d'acides hyaluroniques spécifiques conçus non pas pour combler mais pour revitaliser le derme.
  • Les mains et le décolleté. Ils sont l'objet de toute notre attention car avoir de vilaines mains ou un décolleté vieilli avec un visage frais peut heurter l'harmonie d'un look.

LES MAINS

Les mains décrivent de façon pathognomonique l'âge des patients, elles peuvent même discréditer un visage resté jeune. Il faut noter que les mains sont la seule partie du corps que le sujet voit en permanence et qu'elles font nettement moins l'objet de soins quotidiens que le visage ou le cou.

Le traitement de la surface cutanée est classique : effacer les taches de pigmentation par le laser, défroisser par le peeling...

Mais la plainte des patientes s'oriente maintenant souvent vers ce que nous appelons de façon très inélégante «la squelettisation des mains», ce qui exprime bien la visualisation des tendons et des veines qui deviennent tortueuses après fonte de l'hypoderme et affinement du derme. Le remplissage du dos de la main est la méthode de choix. En une séance les veines et tendons sont nettement moins visibles pour deux ans en moyenne et les mains sont plus «pleines».

LE DECOLLETÉ

Le vieillissement du décolleté est lié aussi bien à des facteurs intrinsèques et héréditaires, qu'externes, car le décolleté est fréquemment exposé à toutes les intempéries. Cliniquement, cela se traduit par une héliodermie, une déshydratation cutanée (diminution de l'acide hyaluronique à haut pouvoir hygroscopique de la substance fondamentale), des troubles de pigmentation, un amincissement du derme. Cet amincissement exclut le stratum corneum, qui, lui, s'épaissit.

Le traitement de choix sera la carboxythérapie, associée à la radiofréquence ; ces deux techniques nécessitent du temps car l'interface gaz/tissus pour l'un et chaleur/derme pour l'autre est le point crucial.

Une autre approche avec le «Mésobotox» (injections de cocktail de vitamines, minéraux et acide hyaluronique non réticulé associé avec de la toxine botulique) permet de bien détendre cette zone et de dynamiser les fibroblastes.

CONCLUSION

L'évolution de l'esthétique depuis 20 ans peut se résumer par la progression des actes et la vision que la société a de son aspect.

On est passé du détail qui «tue», la ride du lion, celle des sillons nasogéniens, à la globalisation des reliefs avec une dynamisation des lignes du visage : structurer les pommettes, rehausser les traits, casser les lignes descendantes et optimiser les lignes montantes.

Enfin, dernièrement, on désire l'aspect sain et hygiénique de la peau sans boutons ni poils disgracieux (barbe parfaitement dessinée), le teint frais sans dyschromie (couperose, tache), la peau ferme qui traduit un contrôle de soi (sport, alimentation, tabac, alcool...).

On ne veut plus faire jeune, on veut montrer sa combativité dans le travail tout en sachant garder la zen attitude, afficher que l'on est imperturbable vis-à-vis des agressions de la vie et que l'on assume sa vie professionnelle et privée.

Dr Catherine de Goursac
81 av. Niel, 75017 Paris.
Tél. 01 47 54 93 20.
e-mail : c.de-goursac@wanadoo.fr

Cliché Sergejs Rahunoks Fotolia.

11079 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :