Newsletter

Sur le même thème

Massage
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°727 Juillet-Août 2019

Numéros précédents

4 1 5 1

Esthéticiennes / Kinés : face à face ou main dans la main ?

N°652 Octobre 2012
Le débat sur le massage entre les kinés et les esthéticiennes a été plus qu’intense. Un accord a été trouvé. Mais est-il respecté, ne reste t-il aucune rancoeur entre ces deux professions ?

esthéticienne kiné massage modelage

Franck GOUGEON, Directeur de la communication du Conseil National de l'Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes, Jean-Paul DAVID, Président du Conseil National de l'Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes, Michèle LAMOUREUX et Monique AMOROS, Co-Présidentes de la CNAIB (Confédération Nationale Artisanale des Instituts de Beauté).

Franck Gougeon

Pendant des années, masseurs-kinésithérapeutes et esthéticiennes se sont opposés sur la pratique du massage. Les premiers rappelaient que la loi leur avait confié le monopole de cette pratique, tant sur le plan thérapeutique qu'esthétique. Les secondes arguaient que leur formation les autorise à pratiquer le massage dans un but uniquement esthétique.

Les choses ont commencé à s'apaiser au fil des rencontres entre les représentants des deux professions. La première au Salon Mondial de la Rééducation où Michèle de Lattre est venue débattre avec Jean-Paul David, alors Président d'une importante organisation professionnelle de masseurs-kinésithérapeutes, sur cette pratique du massage. D'autres ont suivi : dans votre Congrès où plusieurs tables rondes et débats ont été organisés. Autant de manifestations de bonne volonté mais où chacun restait sur ses positions.


La loi a tranché : les masseurs-kinésithérapeutes conservent le monopole du massage, tandis que les esthéticiennes obtiennent le droit de pratiquer des modelages. Restait à définir cette pratique. La CNAIB, principale organisation professionnelle regroupant les esthéticiennes, et le Conseil National de l'Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes, en particulier sa commission «exercice illégal» ont travaillé, ensemble, à la rédaction d'une définition. Malgré les efforts de certains pour anéantir les résultats de ces efforts, une définition du modelage a été trouvée. Nous devions en parler ici même lors d'une table ronde qui a tourné court, les uns se défilant, les autres s'invitant pour perturber la sérénité des débats. Cet accord devait permettre de sceller une collaboration entre les deux professions pour lutter contre tous les exercices illégaux qui ternissent les deux corporations.

Où en sommes-nous aujourd'hui ? Sommes-nous face à face ou main dans la main ?
Donc nous sommes arrivés à cette définition et nous nous sommes dit que les territoires seront bien partagés. Mais ça n'a pas été facile. Trois ans après la création de cette définition, nous voulons voir où l'on en est, et si cette définition, qui a été créée au départ pour que les deux professions s'unissent, est toujours d'actualité.

QU'EST-CE QU'UN MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE ?

Michèle Lamoureux

C'est un véritable professionnel. Il exerce une profession qui, comme la nôtre, connaît beaucoup de problèmes face à des charlatans.
Les kinés défendent très bien leur profession avec leur syndicat. Aujourd'hui, ils ont fini par comprendre qu'ils se trompaient de cible et on a enterré la hache de guerre pour avoir des discussions très positives, très constructives. J'apprécie le climat de confiance et de respect mutuel qui règne depuis trois ans.

Jean-Paul David

Depuis environ 4-5 ans, aucun procès pour exercice illégal du massage n'a été lancé contre les esthéticiennes. Et tant mieux, car c'était un véritable gâchis sachant que les soucis émanent souvent de personnes non formées, non professionnelles, à la limite parfois du charlatanisme et du folklore, et qui exercent illégalement soit le métier de masseur-kinésithérapeute, soit celui d'esthéticienne.

On est dans un pays de droit, mais ce n'est pas pour ça que personne ne franchit les limites du droit. Le droit implique que chaque citoyen français puisse avoir confiance en la personne qui lui fait un massage ou un soin esthétique. Pourquoi ? Car lorsqu'il y a un accident suite à une manipulation dangereuse, la personne qui n'est pas professionnelle ne peut apporter aucune garantie assurancielle. Donc, nous sommes dans la même situation avec des professions différentes, la vôtre est réglementée, les esthéticiennes qui l'exercent ont fait une formation, il y a un titre qui permet d'exercer, vous dépendez d'un ministère, celui de l'Artisanat, nous, nous dépendons du ministère de la Santé. Logiquement, on doit pouvoir s'entendre.

Donc le geste sur la peau d'un kiné ou d'une esthéticienne est un geste de massage, mais pour éviter la confusion, on a parfaitement défini le massage et le modelage. Je suis très heureux par rapport à notre entrevue d'il y a quelques années où nous n'avions pas la définition du modelage.

POINTS COMMUNS ET DIFFÉRENCES

Franck Gougeon

Esthéticiennes et masseurs-kinésithérapeutes travaillent sur un support durable, privilégié, ils ne s'occupent pas de plusieurs personnes à la fois, il y a une relation de fidélité. Ces points communs devraient faire que ces deux professions se regroupent.

Michèle Lamoureux

Je pense que nos professions sont complémentaires plus qu'identiques. Le bien-être apporté par un masseur-kinésithérapeute est lié à une action thérapeutique et à une disparition de la douleur. Nous, on ne traite pas la douleur, mais le stress, et le bien-être que nous apportons en institut est lié à la détente et à la relaxation. Se sentir bien parce qu'on est moins stressé ou parce qu'on n'a plus de douleur, c'est pareil, mais les moyens pour y parvenir sont très différents. De même, après une diminution des rides ou un amincissement, on ressent une grande satisfaction que les kinés doivent ressentir aussi quand ils arrivent à guérir un patient de ses douleurs. En général, on a des clients fidèles, vous et nous. Lorsque nos clients sont satisfaits, ils reviennent, mais ils n'ont pas le même besoin.

Franck Gougeon

Le mot soin est un point commun supplémentaire.

Jean-Paul David

En effet, les soins à la personne, c'est ce qui nous rejoint, c'est une relation individuelle, il n'y a pas de kinésithérapie de groupe, je ne pense qu'il existe des soins esthétiques de groupe. J'ai travaillé dans des hôpitaux et j'ai vu les esthéticiennes au travail sur les suites de certaines radiothérapies du cancer. J'avoue que la relation qui se crée avec une patiente qui a souffert et cherche à restaurer son image de soi est formidable. J'ai beaucoup d'admiration pour cette relation individuelle qui a des effets non seulement sur le corps mais aussi sur le psychisme. En fait, nos deux professions permettent aux gens d'être bien dans leur peau. C'est un point commun à cultiver.

LA DÉFINITION DU MODELAGE

Michèle Lamoureux

Autrefois, nous étions dans une impasse, chacun campait sur ses positions et l'Assemblée Nationale
ne nous a pas laissé le choix. J'ai pensé que c'était le seul moyen d'avancer, en revanche, je suis restée très ferme sur l'utilisation des appareils. À l'époque, nous avons fait un bon compromis, mais aujourd'hui, nous sommes à un moment crucial où il va falloir faire un pas en avant.

Il est intolérable que fleurissent en France des établissements employant un personnel non qualifié et offrant en toute quiétude des massages de toute sorte après seulement une semaine de formation ! Le plus souvent, ces stages sont financés par le Pôle Emploi. Même chose pour les aides-soignantes des hôpitaux qui, en 35 heures, font le programme de CAP des esthéticiennes qui, elles, le préparent en deux ans. Elles massent des malades, des handicapés, des personnes du 3e âge alors que les instituts de beauté dont le personnel a fait 4 à 5 ans d'étude a encore l'interdiction de faire du massage !

Jean-Paul David

Heureusement, on a pu clarifier les pratiques, ce qui veut dire que les professionnels des deux métiers sont au fait de ces techniques et de leur domaine d'application. Un kinésithérapeute ne sait pas faire les pratiques des esthéticiennes, et une esthéticienne, même avec une formation poussée et des démonstrations, n'est pas une praticienne de massage thérapeutique. Dans le droit français, le massage, qu'il soit thérapeutique ou non, est exclusivement réservé aux masseurs-kinésithérapeutes diplômés d'État. Sur ce point on avance, car il n'y a plus de procès entre ces deux professions.

LES FORMATIONS DE MASSAGE

Franck Gougeon

Aujourd'hui, les esthéticiennes ne pratiquent plus le massage mais le modelage, or il y a pléthore d'écoles de massage qui fleurissent
et offrent des formations au massage. Et si la formation est libre, l'exercice ne l'est pas. Je prends un exemple : ce n'est pas parce qu'on apprend dans les livres la neurochirurgie qu'on va avoir le droit de devenir neurochirurgien et d'enlever la tumeur au cerveau
de son voisin. Quelles sont les mesures permettant de lutter contre ce genre de dérives ?

Michèle Lamoureux

Je pense qu'il faut travailler main dans la main. Déjà, on communique sur la veille réglementaire que nous faisons. Nous devons aussi lutter contre ce que le ministère appelle les ni-ni, les ni-kinés et les ni-esthéticiennes, il faut qu'on balaie devant nos portes et qu'on prenne conscience qu'ensemble on obtiendra plus que chacun de notre côté. Il y a des choses à faire sur les formations mises en place par Pôle Emploi.

Jean-Paul David

La formation est libre, mais pas l'exercice. Vous pouvez apprendre toutes les techniques que vous voulez, mais l'exercice, c'est une installation avec un lieu, des rendez-vous, des tarifs. Là-dessus nous n'interviendrons pas. Par contre, ce qui est demandé aux écoles de massage, c'est de vous informer que ce que vous apprenez ne vous permet pas de l'exercer de façon régulière. Le droit français permet de protéger le consommateur.

J'ai assisté à un procès, l'accusée n'était pas esthéticienne mais avait suivi une formation dans une école de massage, le juge lui a demandé si on lui avait précisé, lors de son enseignement, que ce qu'on lui apprenait ne lui permettrait pas de l'exercer. Beaucoup de kinésithérapeutes prennent des cours de radiologie, mais jamais ils n'iront exercer la radiologie qui est réservée aux médecins. C'est la même chose !

Franck Gougeon

Que peut-on faire contre ces établissements qui proposent des formations de massage à des personnes qui ne sont ni masseurskinésithérapeutes, ni esthéticiennes ?

Michèle Lamoureux

Il ne faut pas que la lutte contre le chômage apporte une déprofessionnalisation de nos deux métiers. Malheureusement, ce qu'on voit en ce moment : des gens sans emploi qui apprennent un massage en 48 h et vont s'établir ensuite. Ils n'ont pas le droit, même si c'est pris en charge par le Pôle Emploi, ils s'inscrivent à l'URSSAF. L'inscription à l'URSSAF n'est pas un diplôme, et le fait d'avoir reçu une formation financée par le Pôle Emploi ne les autorise pas à exercer.

COMMENT LUTTER CONTRE L'EXERCICE

ILLÉGAL DE LA KINÉSITHÉRAPIE ?

Franck Gougeon

L'une des missions du Conseil National de l'Ordre des Masseurs- Kinésithérapeutes est de lutter contre l'exercice illégal de la pro-de masseur-kinésithérapeute. Quels instruments juridiques avez-vous mis en place pour lutter contre les «ni-ni» ?

Jean-Paul David

Nous appliquons le droit, bien entendu, et nous le faisons appliquer, mais avant tout, nous essayons de communiquer, d'informer. Souvent, c'est par ignorance que des personnes non certifiées, non professionnelles, s'établissent après avoir reçu une formation qui ne leur permet pas d'exercer, mais on ne leur a pas dit. Nous leur conseillons alors de faire une école soit d'esthétique, pour exercer le modelage, soit de kinésithérapie.

Il y a 30 écoles de kinésithérapie en France, pour 70 000 kinés en exercice. On manque beaucoup de kinés en France, on en fait venir de toute l'Europe et on les encourage à développer les massages bien-être. Lorsqu'on se retrouve face à un problème avéré de pratique illégale, ou pire,face à une cliente ayant subi de la part d'un non-professionnel un préjudice de santé, un préjudice psychologique ou un préjudice de moeurs, et qu'elle a eu affaire à un charlatan, dans ces cas-là, le procès va jusqu'au bout et la condamnation suit.

UNE VISION COMMUNE DU FUTUR

Franck Gougeon

Depuis que je fréquente les deux professions, je suis persuadé que l'on peut croire à l'association des mots santé et beauté. Alors pourquoi ces deux professions n'auraient-elles pas une vision commune du futur ?

Michèle Lamoureux

J'ai rêvé d'une société où les massages seraient partagés entre les masseurs-kinésithérapeutes et les esthéticiennes. Les premiers dispenseraient des massages thérapeutiques et de remise en forme, et les secondes des massages esthétiques et de confort. Dans mon rêve, cela allait jusqu'à une veille juridique commune et les «ni-ni» recevraient des lettres à l'en-tête du Conseil National de l'Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes et de la CNAIB.

Jean-Paul David

Moi je souhaite que le modelage au fil des années puisse se développer pour devenir une technique hyper sophistiquée que vous détenez, vous, professionnelles de l'esthétique, et nous, nous continuerons à faire notre massage tel qu'il est défini dans le code de la santé publique, qu'il soit à visée thérapeutique ou non.

Franck Gougeon

Il y a 2 000 ans, à la cour de Rome, les massages étaient très populaires mais je ne pense pas qu'ils étaient effectués par des kinés car le métier de masseur-kinésithérapeute a été créé en 1946 !

Michèle Lamoureux

Celui d'esthéticienne a été créé bien avant !

Franck Gougeon

Sénèque, le philosophe romain, disait «Ce n'est pas parce que c'est difficile qu'on n'ose pas, c'est parce qu'on n'ose pas que c'est difficile». Donc on a vu que le rapprochement était possible. Il nous a permis de discuter entre nous et de faire en sorte que les choses avancent.

Communication présentée au 42ème Congrès International d'Esthétique Appliquée, Mars 2012, Paris

Cliché JPC-PROD Fotolia

10576 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :