Newsletter

Sur le même thème

Spa Thalasso
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

3 0 5 1

Pourquoi et comment le spa est-il apparu aux Etats-Unis ?

Par Laure Jeandemange
N°686 Novembre 2015
Comment est arrivé le spa aux États-Unis ? Comment s’est-il développé si vite ? Antoine Gédouin, Président de Phytomer revient sur l’histoire de Phytomer aux États-Unis, intimement liée à la naissance même du spa sur le continent.

Qu'y avait-il avant le spa aux États-Unis ?

Dans les années 80, les spas n'existaient pas, ce n'était que des salons de beauté situés dans les arrière-boutiques des salons de coiffure. Ces salons «full services» proposaient beaucoup de manucurie, de pédicurie et un tout petit peu de soins visage et de massages.

À l'époque, la France, l'Europe étaient en avance sur les États-Unis, les instituts de beauté existaient déjà de façon indépendante sans la coiffure et avaient intégré les soins du corps.

Pourquoi Phytomer est une marque pionnière dans le spa aux États-Unis ?

antoine gédouin, phytomer, l'histoire du spa américainAu début des années 90, un groupe de cinq,six personnes a créé l'organisation ISPA (International Spa Association) en Floride. Nous avons participé à la première réunion avec trois ou quatre autres marques  européennes car, à l'époque, il n'y avait pas de marques américaines de spa. Naturellement, c'était un marché pour nous, car à l'époque Phytomer était beaucoup plus axée sur les soins du corps.

Face à la demande du marché en produits visage, nous avons rapidement développé des produits et des protocoles visage de qualité qui font la différence. C'est ainsi que nous avons été parmi les tout premiers à travailler dans l'univers du spa. Lorsque les Américains se sont emparés du sujet, ce fut extrêmement rapide.

Le soin corps n'existait que de façon marginale, de nombreuses esthéticiennes américaines se sont déplacées dans les centres de thalasso français pour observer leur fonctionnement et adapter ces soins de thalasso à l'univers du spa. Le spa a été révolutionnaire.

En 15 ans, les États-Unis ont construit tous leurs spas ! En termes de développement de marque, c'était formidable, gratifiant, ça progressait tout le temps. Aujourd'hui, la marque est présente dans 400 spas américains. Nous avons contribué à l'essor de ce marché et restons un de ses leaders.

Les américains et Phytomer

Nous avons des produits et des soins de qualité qui offrent des résultats visibles et une prise en charge globale très holistique.

Nous avons également une équipe américaine extrêmement sérieuse, très proche de ses clients et qui apporte un service de formation de haut niveau. Si, en France, les esthéticiennes sont bien formées, ce n'est pas le cas aux États-Unis où il y a peu d'écoles d'esthétique. La formation marque revêt alors un caractère particulièrement important.

Le spa français
vs le spa américain

Les spas américains sont de très grands espaces avec beaucoup de personnel. Leur espace est structuré avec une équipe dédiée au soin et une autre dédiée à la vente en boutique. Logiquement, la proportion de vente est souvent élevée, aux alentours de 30 %. Deux concepts marchent très fort aux États-Unis : les produits bio dit «organiques» (avec tout le discours classique des produits bio) et les produits de dermo-cosmétique.

Ce sont deux tendances lourdes, sachant qu'aux États-Unis les spas travaillent avec généralement quatre ou cinq marques : une ou deux marques de référence «mainstream» et des marques de niche.

Le soin français
vs le soin américain

Nous avons des protocoles de soin identiques dans le monde entier. Néanmoins, aux États-Unis, pour beaucoup de grands spas, il est important de proposer des soins sur-mesure. Nous mettons donc au point, à partir de nos protocoles internationaux, des soins signature qui sont personnalisés par établissement.

Présents depuis 30 ans aux États-Unis, lors de nos développements de produits et de soins, nous intégrons les spécificités américaines. En ce qui concerne les cosmétiques, les Américains apprécient des fragrances extrêmement légères, des produits non colorés, des packagings simples et une grande facilité d'usage.

Prenons un exemple concret, en France, lors d'un soin visage, l'esthéticienne aime travailler un masque poudre, avoir une gestuelle professionnelle. Aux États-Unis, l'esthéticienne préfère un masque crème qui sort directement d'un tube, c'est plus pratique, plus facile.

LE CLIENT SPA AMERICAIN

En France, nous avions l'histoire du soin, les États-Unis ne l'avaient pas. Mais ils ont su très bien mettre en avant la qualité du service. En effet, aux États-Unis, la notion de service client est primordiale : l'accueil, la prise en charge, la qualité des équipements, etc.
D'autre part, dès le départ, le spa américain a été positionné haut de gamme, ce qui a contribué à son pouvoir de séduction.

Les ambitions de Phytomer

Le marché américain a beaucoup souffert de la crise de 2008, beaucoup de spas ont réduit leurs effectifs quand d'autres ont dû fermer. Toutes les marques ont perdu des ventes, le marché s'est résorbé.

En parallèle, depuis une dizaine d'années, des marques américaines sont apparues : Eminence, HydroPeptide, Rhonda Allison, Skin Authority... Elles sont aujourd'hui très nombreuses. Ces marques émergent rapidement et fortement, existent quelques années en général, et disparaissent.

En conséquence, aujourd'hui, le marché du spa américain est devenu plus compétitif et plus changeant. Depuis 2012, Phytomer a regagné du terrain et a renforcé ses relations avec les spas.

Notre ambition est de poursuivre, dans un marché moins stable et plus mature, notre success story américaine.

l'évolution du spa
AMERICAIN

Les spas sont très nombreux aux États-Unis. Une évolution est encore possible mais certainement pas sur le même rythme fulgurant qu'entre 2000 et 2005. Le concept de grands espaces avec de nombreuses marques ne va pas changer car les Américains ne sont pas partis d'une culture d'instituts de beauté.

Ils sont passés de deux cabines de soins chez un coiffeur à un spa de quinze cabines. Il n'y a pas de place pour l'intermédiaire qui n'a jamais existé.

Par Laure Jeandemange

Cliché Spiritofamerica

www.phytomer.fr

12068 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :