Newsletter

Sur le même thème

Bio
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

5 3 5 1

L'évolution du marché des cosmétiques bio

Par Betty Santonnat , Directrice du Développement de Cosmébio
N°686 Novembre 2015
La cosmétique bio n'a plus à rougir de ce qu'elle est ! Elle est tout à fait à la hauteur de la cosmétique conventionnelle. De plus, ce marché de niche est en pleine croissance.

LE MARCHE BIO :
UNE NICHE EN PLEIN DEVELOPPEMENT

Au niveau mondial, ce secteur explose avec plus de 7 milliards d'euros et une croissance de l'ordre de 7 %. Et si on prend la part de marché global, à l'échelle internationale, elle est exactement de 2,3 %. Nous restons sur un marché de niche, mais qui se développe. La bonne nouvelle, c'est qu'il y a un potentiel de croissance de preque 98 % !

D'après les données communiquées par l'Institut Kline, il y a eu une croissance de 10 % l'année dernière et il est attendu une croissance de 10 % jusqu'en 2019.

Un point important à préciser : on commence à faire une segmentation aujourd'hui entre, d'une part, la cosmétique naturelle et biologique et la cosmétique certifiée, et d'autre part la cosmétique naturelle inspirée par la nature. Ainsi L'Occitane est perçue souvent par le consommateur comme naturelle, mais elle ne l'est pas dans le sens de la certification. Citons également Caudalie, Bayersdorf, Yves Rocher... pour les marques non bio. Ce sont des sociétés qui sont perçues naturelles par les consommatrices non averties, mais qui, en réalité, ne le sont pas.

Vous avez ensuite les phares au niveau mondial de tous les cosmétiques inspirés nature, qui représentent 75 %. À l'échelle internationale, la partie certifiée n'est que de 25 %. On voit là aussi l'évolution du secteur.

Un institut d'étude s'est projeté en 2020 et annonce un chiffre d'affaires de 12,6 milliards d'euros ! Au niveau européen, on note 2,8 milliards d'euros. Cette partie représente un peu plus du tiers du secteur. La part de marché (plus importante qu'à l'international) est presque à 4 %.

En ce qui concerne les produits certifiés, l'Europe est très en avance par rapport aux autres régions. On est presque à 70 % de produits certifiés ! Si on regarde par rapport à la France, on a eu, des années 2005 à 2008, des taux de croissance de 20-30 %. Ce fut un véritable engouement et l'offre est arrivée. Aujourd'hui, on est toujours en croissance, entre 5 et 10 %, suivant les régions.

Le BIO EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE

L'Allemagne a dépassé la barre du milliard d'euros avec des sociétés telles que Weleda, Lavera, Primavera Santé... qui sont des grands acteurs du secteur allemand. Elle a atteint une croissance de 10 % l'année dernière. Les Allemands sont en avance par rapport à nous parce qu'ils ont une part du marché global des cosmétiques de 6 %. Ils ont démarré Weleda en 1921, donc, c'est sûr, ils ont une avance par rapport à nous.

En parallèle, au niveau du consommateur, il y a une sensibilité importante de la consommation allemande qui est naturelle. C'est ce qui fait que l'Allemagne vient de dépasser la barre du milliard d'euros !

La France est un pays qui se développe à une croissance d'environ 7 %. La bonne nouvelle, c'est qu'il y a un potentiel. Il faut avoir les bons arguments et aller conquérir ces nouveaux consommateurs. C'est tout l'enjeu du secteur.

UN CITOYEN CONSCIENT

 

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Par Betty Santonnat , Directrice du Développement de Cosmébio

Cliché Soup Studio

12063 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :