Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°721 Janvier 2019

Numéros précédents

4 3 5 1

Socio-esthétique : la formation de l'école privée Giorgifont

N°664 Novembre 2013
Ludivine Giorgi, directrice pédagogique de l’École Privée Giorgifont, Mélissa Charnay, élève en socio-esthétique, et Jennifer de Calheiros, aujourd’hui socio-esthéticienne : toutes trois remettent les points sur les «i» de ce qu’est la socio-esthétique et vous expliquent la formation et son importance.

LA SOCIO-ESTHÉTIQUE EN 7 POINTS

La socio-esthétique ne se cantonne pas qu'au milieu hospitalier

La socio-esthétique est une démarche sociale. Lorsque l'on parle de «socio-esthétique» il y a cette dimension sociale.

La socio-esthéticienne prend en charge différents types de publics en souffrances physiques et/ou psychologiques, comme des adolescents avec des troubles alimentaires, des femmes en situation de précarité, des personnes malades souffrant de diverses pathologies, des personnes âgées autonomes et/ou dépendantes...

Les a-priori sur la socio-esthétique

Avant, lorsque vous arriviez dans un hôpital en tant que personnel non médical, on vous regardait de haut, mais aujourd'hui, les socio-esthéticiennes ont prouvé qu'elles avaient un véritable effet sur les patients, une cohérence, une intelligence professionnelle et qu'elles n'outrepassaient pas leurs droits et leurs actes. Elles sont complémentaires car les équipes médicales ont moins de temps à consacrer à leurs patients.

Les socio-esthéticiennes sont là pour donner du temps aux autres. Les clientes de la socio-esthétique sont des personnes désociabilisées qui, par le biais d'une esthéticienne, vont accepter des soins qu'elles auraient eu du mal à recevoir. Ce métier est vraiment en pleine évolution.

Aujourd'hui, les centres reconnaissent que la santé de leurs patients passe aussi par l'esthétique et pas uniquement par un médicament. C'est une sacré bataille de gagnée pour les socio-esthéticiennes !

Le diplôme de socio-esthéticienne est reconnu par l'État

Dans l'État, il y a plusieurs Ministères, et pas uniquement le Ministère de l'Éducation nationale. À partir du moment où vous avez une certification qui est inscrite au répertoire national des certifications professionnelles RNCP, vous êtes reconnue avec une valeur diplômante.

En l'occurrence, la formation de Socio-Esthéticienne de niveau IV dispensée par l'École Privée Giorgifont est inscrite au RNCP et est parue au JO du 22 juillet 2010.

Est-il obligatoire d'être formée à la socio-esthétique pour travailler ?

Être embauchée à l'hôpital avec un CAP sans formation de socio-esthétique était possible il y a 15 ans. L'esthéticienne se formait alors sur le tas. Mais, aujourd'hui, c'est plus dur, et les professionnels apprécient la spécificité de la socio-esthétique car les soins de beauté et de bien-être en centres de santé impliquent aussi la santé du patient.

À l'heure actuelle, tout tend vers une réglementation pour protéger aussi bien le patient que la praticienne, c'est plutôt positif. Malgré tout, il existe encore des esthéticiennes qui s'improvisent du jour au lendemain socio-esthéticiennes. Certaines ont l'intelligence de se rendre compte qu'il faut une formation pour ce métier, d'autres se voient refuser maintes et maintes fois des postes par les centres médicaux avant de revoir leur position.

Néanmoins, le corps médical reconnaît les bienfaits des socio-esthéticiennes en service hospitalier. Cette année, le Pr Pujol a remis leur diplôme aux toutes jeunes socioesthéticiennes de l'École Privée Giorgifont, bien conscient que la formation est essentielle et qu'il ne faut pas galvauder ce métier.

Il faut être conscient de tout ce que la socio-esthétique apporte en termes de bien-être, de sérénité à des personnes en difficulté. Cela n'est possible que si les choses sont bien faites et que les futures socio-esthéticiennes sont formées afin de mieux intégrer le milieu professionnel.

Une esthéticienne qui débute peut-elle commencer directement par la socio-esthétique ?

On pourrait imaginer qu'une esthéticienne avec une expérience professionnelle aurait plus de facilité qu'une toute jeune fille, mais ce n'est pas systématiquement vrai. Certaines jeunes filles ont une vraie humanité alors que des avec une grande expérience sont beaucoup plus fragilisées. C'est vraiment une histoire de personnalité et de formation bien entendu, car accueillir une cliente en institut et se retrouver face à une personne souffrante en secteur palliatif, ça n'a rien à voir, d'où l'importance de la formation et la volonté d'avoir un titre encadrant la profession.

Si l'on propose juste des soins des mains et des pieds, est-il utile de suivre une formation en socio-esthétique ?

Aujourd'hui, la convention collective travaille à la mise en place d'une charte pour que toute personne qui prodigue des actes esthétiques soit diplômée en esthétique. En socio- esthétique, même pour une beauté des mains ou des pieds, le risque est bien là. Si la personne est en chimio, utiliser un produit non adapté pour ses ongles peut avoir des conséquences. Rien n'est anodin lorsque l'on travaille avec quelqu'un qui a une pathologie ou un traitement.

La socio-esthéticienne et l'argent

Tout dépend du statut que la socio-esthéticienne choisit. Certaines vont travailler en EHPAD (Établissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), puis à l'hôpital, pour enchaîner avec des suivis à domicile auprès des patients... Du moment qu'elles y octroient du temps, elles peuvent gagner leur vie.

Il ne faut pas avoir de fausse pudeur par rapport à l'argent. Le patient paye bien sa chambre. La socio-esthéticienne effectue une prestation, elle doit gagner sa vie. Il y a beaucoup de travail en socioesthétique, l'hôpital public est peut-être plein de bonne volonté, mais il n'a pas forcément les moyens... Heureusement, il y a d'autres alternatives comme les associations. Il existe beaucoup de façons d'y arriver à condition de se bouger.

POURQUOI UNE FORMATION DE SOCIO-ESTHÉTIQUE ?

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Giorgifont, Enseignement Privé des Métiers de la Beauté,
16-18 rue Durand, 34000 Montpellier.
Tél . 04 67 92 15 43.
www.giorgifont.fr

Cliché Africa Studio Fotolia.

11130 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :