Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°721 Janvier 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

La presse parle de vous

Par Yves Gaumé
N°653 Novembre 2012
S’il fallait retenir une chose de ces derniers mois dans la presse ou sur le web, c’est à la fois la facilité d’adaptation de votre profession aux nouvelles technologies, le maintien du savoir-faire traditionnel qui fait son succès et sa capacité à déborder de générosité.

«LA BEAUTÉ EN COEUR» POUR FEMMES EN SOUFFRANCE

Le Petit Bleu du Lot et Garonne met l'accent sur cette association du Lot-et-Garonne qui a un peu plus d'un an d'existence, et presque une centaine d'adhérents. Son but est de recréer du lien social auprès des personnes fragilisées, femmes battues, en soins en hôpital psychiatrique, isolées ou en hospice, «des femmes en souffrance» nous dit-on.

«La Beauté en coeur» s'est donné pour objectif de «redonner à toutes ces femmes qui se sentent dévalorisées le goût de vivre à nouveau, de leur redonner de l'assurance et l'estime de soi». Aussi, l'association a-t-elle embauché deux socio-esthéticiennes qui animent un atelier deux fois par semaine. Mieux encore, ses membres organisent des ventes de produits cosmétiques à prix défiant toute concurrence, dont les bénéfices serviront à d'autres manifestations.

AU SPA DANS L'UNIVERS DES NON-VOYANTS

Terrafemina.com nous raconte un voyage «au spa dans l'univers des non-voyants». Si cela fait bien longtemps que la profession d'esthéticienne est ouverte aux personnes mal voyantes et nonvoyantes, découvrir le handicap est un phénomène assez récent. Il existe ainsi à Paris, un «Spa : Dans le noir» où aucune lumière ne filtre dans les lieux. Récit.

«Agnès Kalt vous précède dans l'escalier et vous montre peignoir et chaussons blancs, dans votre casier qu'elle a préparé. Même si elle s'aide de ses mains pour vous guider, elle vous emmène jusqu'au hammam. Agnès est non-voyante, mais vous pouvez lui faire confiance, elle et les sept autres esthéticiennes sont diplômées d'Etat et toutes entièrement qualifiées. Capables de vous faire les derniers modelages comme le lomi lomi ou le relaxant californien.

En souriant, Agnès vous dira qu'elle ne pratique pas la pose de vernis.» Didier Roche, le fondateur du spa, non-voyant lui aussi, met en avant le choix sur les parfums et la sonorisation des lieux. «Tout ceci a fait l'objet d'une attention très particulière pour ravir aussi les clientes qui parfois pudiques aiment le fait que les esthéticiennes ne les voient pas» indique le site.

Il ajoute que les habitués de ce spa, qui se trouve à Paris quartier Montorgueil, «vous diront la précision et la délicatesse des gestes».

DES ESTHÉTICIENNES DANS L'ESPACE RESSOURCES CANCERS

La Voix du Nord nous explique que «l'espace ressources cancers du bassin Lens-Liévin-Hénin-Carvin devrait ouvrir au courant du premier semestre 2012». Il s'ajoutera aux six autres espaces qui existent déjà dans la région Nord - Pas-de-Calais. «Parce qu'il y a une vie après le cancer, ce centre accueillera les malades après une opération et leur prêtera une oreille attentive, les aidera à affronter les démarches administratives, d'éventuels soucis financiers, à se sentir mieux dans leur tête et leurs baskets... Bref, à retrouver une vie normale.»

Ce centre, principalement financé par l'Agence Régionale de Santé (ARS), devrait être opérationnel dans le courant de ce premier semestre de 2012. Ce centre, nous dit le grand quotidien du Nord, est pensé comme «un tremplin vers un retour à la vie normale», un lieu «où poser ses valises après une opération».


Les convalescents y trouveront des groupes de paroles, des socio- esthéticiennes, des sophrologues, des assistantes sociales... «Des permanences juridiques, aussi. Les aspects ludiques, au travers de l'art thérapie, ou bien-être, ne seront pas oubliés» précise le quotidien.

UNE «BULLE DE DOUCEUR» CONTRE LE CANCER

Même chose à Aix-en-Provence puisque 20 Minutes, dans un long reportage, s'est intéressé au centre Ressource d'Aix-en-Provence, une «bulle de douceur» dans le combat contre le cancer. «Dans cet ancien centre de remise en forme de 900 m2 installé dans le pôle d'activité d'Aix, on est bien loin d'une structure hospitalière.

Confortable salon-bar, piscine chauffée, hammam, salle de détente, espace cuisine et nutrition, salle d'activités corporelles et salles de soins se succèdent, où onco-esthéticiennes, ostéopathe et sophrologue prodiguent leurs soins et conseils. Psychologue, assistante sociale et médecin du travail sont également actifs.» 20 Minutes a recueilli le témoignage d'une jeune femme de 36 ans, atteinte d'un cancer du sein, d'une autre souffrant d'un cancer du colon. Elles parlent d'une «bulle de douceur hors de la sphère médicale». La coordinatrice du lieu parle d'«un sas pour reprendre de l'énergie, aider les personnes à mieux traverser l'épreuve (...) à continuer la route».

Le centre prévoit de recevoir un millier de patients par an pour des soins simples de mieux-être. Et parmi eux, les soins esthétiques ne sont bien évidemment pas en reste.

LES SOINS ESTHÉTIQUES, SOURCES DE MIEUX-ÊTRE

Les soins esthétiques constituent bel et bien une vraie source de mieux-être pour les corps en souffrance. C'est pourquoi, un reportage dans Sud Ouest s'est intéressé au centre de rééducation de la Tour de Gassies en Gironde qui vient d'ouvrir un Dermapole où des infirmières esthéticiennes proposent des soins adaptés aux patients à la peau mutilée. «Une des premières patientes du service, Odile, 41 ans, souffre d'une sclérose en plaques. Hospitalisée depuis sept mois au centre de médecine physique et de rééducation de la tour de Gassies, c'est en fauteuil roulant qu'elle se rend au Dermapole (...) pour bénéficier de soins esthétiques : épilation, traitement de la peau. Comme n'importe quelle femme qui ne serait pas en froid avec son corps.»

La jeune femme est notamment prise en charge par des infirmières ayant décroché, en plus de leur formation initiale, un diplôme d'esthéticienne. Elle explique au quotidien que cela fait partie de son combat, de sa reconstruction. «C'est également une question de dignité pour moi, de présenter au médecin un corps qui ne soit pas celui d'un yéti» dit-elle.

Le Dermapole met également en application une expérience acquise auprès des grands brûlés avec, notamment, une infirmièreesthéticienne chargée du développement du centre qui s'adresse d'abord à tous ceux dont le corps mutilé présente des lésions difficiles à effacer. C'est ainsi que l'on y pratique également «la dermopigmentation pour reconstituer, par exemple, la forme d'un sourcil ou les aréoles mammaires après reconstruction chrirugicale. On utilise du maquillage correcteur pour aider les patients à se sentir mieux».

Et le journal de narrer l'expérience de cette jeune femme grièvement brûlée dans l'incendie de sa maison. Elle sort d'une séance de maquillage destinée à masquer les traces de brûlures qu'elle porte sur le visage. «Ces soins m'apportent une vraie confiance en moi. Mais je le fais aussi pour mon compagnon. Je sais que les gens me regardent dans la rue et j'ai peur que ce regard des autres sur moi le gêne, lui.»

CEW : LA BEAUTÉ N'EST PAS SEULEMENT FRIVOLE

Vous savez toutes l'immense travail que réalise CEW, cette association de professionnels de la beauté qui, il y a plus de 25 ans maintenant, a eu l'idée de créer des centres de beauté dans des hôpitaux où des socio-esthéticiennes diplômées offrent de véritables soins à tous les patients femmes ou hommes (ils sont 15% à en bénéficier !) qui le souhaitent.

Au féminin.com s'intéresse à cette association qui sait que «la beauté n'est pas seulement frivole, elle aiderait à vivre mieux...» aufeminin.com cite le Pr Thomas Tursz, Directeur de l'IGR Villejuif. «De plus en plus de professionnels de la santé reconnaissent les bienfaits de ces soins dans le processus de guérison.

Chaque jour, je reçois des témoignages de femmes, soumises à des traitements pénibles, angoissées, anxieuses pour leur avenir, qui me disent combien ce centre et son personnel les a aidées à surmonter l'épreuve douloureuse que constituent encore ces traitements.» Les centres de beauté CEW sont aujourd'hui présents dans 24 hôpitaux, à Paris et en régions, et ont offert depuis 25 ans près de 148 000 soins.

CLIENTES ET ESTHÉTICIENNES CONTRE L'INTÉGRISME

Le site oumma.com raconte un événement assez rassurant sur la nature humaine et notamment celle des femmes dans la lutte contre les obscurantismes de tous ordres. Dans un institut de beauté au coeur de la ville de Benha en Egypte, «Un groupe d'activistes salafistes a tenté d'imposer sa vision ultraconservatrice de la loi de Dieu.

Ces missionnaires ont prêché la bonne parole à coups d'injonctions, ordonnant aux esthéticiennes et clientes d'arrêter toutes affaires cessantes ce qu'elles faisaient, sous peine d'encourir leur malédiction, et surtout leur sanction, redoutablement humaine» raconte le site. Il poursuit : «Loin de défaillir, les femmes du salon de beauté assiégé ont infligé une riposte frappante, les coups de cannes pleuvant sur la tête de leurs menaçants directeurs de conscience. Battu, fouetté, avant d'être jeté dehors sous le regard médusé de badauds, le groupe d'autodéfense salafiste a été vaincu par le sexe faible, alors qu'il effectuait une tournée d'inspection surprise pour contrôler la conformité de commerces de détail avec la loi coranique».

Clientes et esthéticiennes contre l'intégrisme ou la beauté au service de l'Homme, quel plus beau message que celui adressé par ces femmes courageuses !

Par Yves Gaumé

Cliché Emeraldphoto. Fotolia

10635 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :