Newsletter

Sur le même thème

Massage
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°753 Décembre 2021

Numéros précédents

1 1 5 1

Le massage, c'est ma spécialité !

N°745 Mars 2021
Voici les témoignages d'esthéticiennes qui ont fait le choix de se spécialiser dans le massage. Que ce soit à domicile, ou bien au sein de leur institut, elles ont chacune une proposition bien définie.

Le massage apporte un réel réconfort mental

MAUD CIROTTE

J'ai suivi mon CAP, BP et BTS Esthétique à l'École Silvya Terrade, anciennement Fournier à Vichy.

Spa praticienne en spa de luxe

Après un séjour à Londres de neuf mois en Angleterre pour améliorer mon anglais, j'ai été embauchée à la Saline-les-Bains. Je croyais que c'était un village dans les Alpes, pas du tout, c'était à l'île de La Réunion !

Je suis partie en juin 2016, pour six mois dans un spa hôtelier 5 étoiles. Cela a été la meilleure expérience de ma vie ! J'ai été très bien formée par une de mes collègues Marion Duriaux.

Mon goût pour le massage s'est vraiment confirmé là-bas. En plus du bien-être physique, nous apportons un réel réconfort mental pour toutes sortes de problématiques.Responsable d'institut

En 2018, après plusieurs contrats saisonniers en tant que spa praticienne dans de très beaux établissements, j'ai travaillé à Cosne-sur-Loire pour remplacer une responsable d'institut.

J'ai réalisé à quel point je ne voulais prodiguer que des massages et plus de soins esthétiques. Cette expérience a été très bénéfique pour ma future carrière de chef d'entreprise car j'ai appris à gérer les stocks, la clientèle, etc.

La création de Koena

En février 2020, j'ai suivi, auprès de la Chambre de Commerce de Bourges, une formation pour créer ou reprendre une entreprise. J'ai ainsi mis en place tout mon business plan. Je voulais créer mon espace.

Mais il y a eu la crise sanitaire qui a chamboulé mes plans. Je suis donc partie sur le massage à domicile en décembre 2020.

J'utilise des huiles de soin bio car dans ma vie personnelle j'essaye d'avoir une démarche éco-responsable, je voulais retranscrire ça dans ma vie professionnelle.

Me préserver

Pour me préserver physiquement, je me prépare psychologiquement. La veille de mes massages, je pense aux clientes que je vais accueillir le lendemain, je pense au bien que je vais leur apporter.

Juste avant le massage, je prends de grandes respirations, et je m'étire, tel un grand sportif avant une compétition. À la fin du massage, j'évacue les énergies reçues en me frottant énergétiquement des avant-bras jusqu'aux bouts des doigts.

Je masse pieds nus pour avoir un contact avec le sol car je prends les énergies et je les évacue. C'est un «rebouteux», comme on dit chez moi, qui m'a dit : «Visualise l'énergie que tu prends en massant et imagine-toi qu'elle te traverse jusqu'aux pieds pour finir en terre».

Une offre personnalisée

Je propose des massages sur-mesure, la cliente choisit le temps de massage qu'elle souhaite, on discute avant le massage pour déterminer son envie et son besoin.

Ensuite, j'improvise un massage grâce à toutes les techniques que j'ai apprises au cours de mes formations lors de mes précédentes expériences professionnelles.

Faire du domicile est rentable

Pour 1 heure de massage, le tarif est de 65 €, 1 heure et demi est à 90 €.

J'arrive à être rentable car une heure de massage me coûte 10 €, facturée 65 €. Et je n'ai pas de loyer ou de charges à payer mis à part l'Urssaf et les impôts.

Le domicile est très bien pour se lancer quand nous n'avons pas forcément les moyens d'avoir un local. Mais, c'est un peu plus difficile pour se créer une clientèle, cela demande de la patience.

Mais si nous travaillons avec passion, les clientes le ressentent et reviennent pour la qualité du travail. Étant au début de mon activité, je peux me permettre de planifier mes clientes pour me préserver et être au maximum de mon énergie et de ma force pour chaque cliente.

Utiliser tous les outils pour communiquer

Pour recruter mes clientes, j'ai utilisé les réseaux sociaux et ma notoriété dans mon petit village : Sancerre. Un article sur un journal local est paru, ainsi que sur La Voix du Sancerrois.

Lorsque j'ai suivi ma formation pour créer ou reprendre une entreprise, j'avais publié sur Facebook un questionnaire afin de connaître les attentes en massages des gens.

Ainsi, j'ai récupéré pas mal d'adresses mails. Je démarche également beaucoup les gîtes et les chambres d'hôtes de ma région pour leur proposer mes services.

Ça fonctionne très bien, personne ne fait ça dans le secteur, c'est un bel échange. Pour y arriver, il faut essayer de jouer avec tous les outils que nous avons à notre disposition aujourd'hui.

Le massage est un art

ARIEL SOVOYEN

Pendant un voyage en Thaïlande, lors d'un massage, j'ai eu un déclic, je me suis dit : «Voilà, ce que j'aimerais faire, j'aimerais être à la place de la masseuse !». Je me suis alors lancée dans de nombreuses formations.

Uniquement du sur-mesure

Mon concept est de ne proposer que du sur-mesure. La cliente achète un temps de massage et, le jour où elle vient, j'adapte mon massage au corps que j'ai sous les mains : drainant, relaxant, stimulant.

Mon massage est dirigé par l'intention que je vais mettre dans mes mains. Certaines clientes viennent toutes les semaines et n'ont jamais le même massage.

Donner, donner, donner trop...

J'ai travaillé deux ans seule, rapidement, je me suis abîmé une main au point d'être opérée. Dans les formations, il y a 12 ans, il y avait peu de posturologie et je voulais donner, donner, donner... mais j'étais vidée physiquement et psychologiquement.

J'ai donc embauché des auto-entrepreneurs. Et je le remarque, les masseuses que j'ai aujourd'hui sont beaucoup plus sensibles à prendre soin d'elles.
Pour protéger mes mains, je me forme à tes techniques qui les sollicitent moins comme le massage aux ventouses ou le massage taoïste du ventre.

Préserver l'équipe

Nous sommes quatre masseuses, je ne suis pas d'un côté et, elles, de l'autre. C'est donc ensemble que nous établissons les emplois du temps.
Mes masseuses prodiguent cinq massages par jour maximum.

Et si l'une d'entre elles me dit qu'elle commence à ressentir des douleurs, je ne lui donne plus les massages sportifs, plus les hommes, j'équilibre...

Les forfaits

Tous mes massages sont à 100 € pour une heure. Je propose des forfaits, c'est intéressant pour la cliente et pour ma trésorerie. Avec le forfait, les 5 massages sont à 450 € et les 10 à 850 €. Et le forfait n'est pas nominatif, la cliente peut en faire profiter sa famille.

Les clientes et les clients

Ma clientèle est composée à 50 % d'hommes et 50 % de femmes et ils ont entre 4 et 94 ans !

Mes clientes ne veulent pas forcément de la nouveauté, en revanche, elles sont exigeantes sur la qualité des massages. Je recrute de nouvelles clientes grâce au bouche-à-oreille, mon site, les avis sur Google.

Je collabore avec deux kinés et des médecins de Versailles, ils m'envoient leurs patients et je leur envoie mes clientes.

La gestion des clients «louches»

Je ne propose pas de soins esthétiques, les hommes ne sont pas gênés pour venir ici, en revanche, il y a parfois des clients qui veulent autre chose ou plus qu'un massage traditionnel.

J'ai déjà eu des mains déplacées... Tranquillement, je prends la main et la replace sur la table d'une manière un peu ferme, ça suffit.

C'est moi qui gère tous les rendez-vous par téléphone et j'identifie très facilement les clients «louches» :

- Le client veut un massage tout de suite, là, maintenant. - Les questions sont étranges : «Comment vous massez ? Est-ce que c'est vous qui massez parce qu'il y a des photos sur votre site ? Comment vous êtes, comment êtes-vous habillée» ?

- «Est-ce qu'on peut être nu ?»

- «Est-ce que vous massez entre les jambes ?»

Je réponds : «Non, quel est l'intérêt ? Nous ne faisons que du massage traditionnel, si vous voulez autre chose, tapez «massage érotique Versailles», vous trouverez !»

Mettre en avant le «massage traditionnel» est une excellente parade.

L'art d'un bon massage

Mes outils pour prodiguer un bon massage, ce sont vrai- ment mes mains et mon intention. On ne peut pas masser en pensant à sa liste de courses.

Quand on masse, on fait un corps à corps avec la cliente, c'est vraiment quelque chose que l'on fait à deux. C'est le seul sens qui est réciproque «on ne peut toucher sans être touché», c'est magique. Le massage est un art.

13448 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :