Newsletter

Sur le même thème

Nouveautés produits
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°717 Septembre 2018

Numéros précédents

3 0 5 1

Les tendances d'achat beauté en France

N°712 Mars 2018
Nous avons recueilli auprès de The NPD Group et d’Experian les tendances d’achat beauté en parfumeries et grands magasins dans les principales villes de France en 2018.

À travers une étude commune, The NPD Group, l'un des leaders mondiaux des études de marché, et Experian, l'acteur international de référence dans le traitement de l'information, ont dévoilé les résultats de ventes de la beauté Prestige dans les plus grandes villes de France, selon la structure et l'évolution de la population.

L'analyse passe en revue les habitudes d'achat de produits de beauté du circuit sélectif dans les 10 plus grandes villes de France.

DYNAMISME DÉMOGRAPHIQUE ET TOURISME :
LES ATOUTS DES VILLES QUI «RÉSISTENT»

Alors que les marques de beauté Prestige ont enregistré un recul global de -2 % en France en 2016, les performances locales au sein des grandes villes offrent un tableau plus contrasté. L'étude met en avant un certain nombre de zones «bastions de résistance» qui affichent de meilleurs résultats.

Le dynamisme démographique explique en partie la vitalité de la demande locale dans certaines villes, Bordeaux et Toulouse maintiennent leur niveau de vente en 2016 par rapport à 2015 grâce à l'évolution de leurs populations (+ 3 % et + 4 % respectivement entre 2013 et 2016).

À l'inverse, là où la population n'a que faiblement augmenté comme pour la zone Lille-Roubaix-Tourcoing (+1 %), les ventes de produits Prestige ont tendance à baisser (- 3 %).

Le tourisme influence également les résultats des ventes en local.
En 2016, Paris avait été marquée par un fort recul de sa fréquentation touristique (- 1,5 million de touristes sur l'année), ce qui avait particulièrement affecté le circuit sélectif, en recul de - 9 % en valeur par rapport à 2015.

Au premier semestre 2017, la capitale a affiché une progression de 6 % des ventes sur le secteur et est redevenue la locomotive de la beauté.

L'afflux touristique exceptionnel que connaissent Paris et la région Ile de France depuis le début de l'année (la plus haute fréquentation touristique depuis 10 ans) contribue largement à cette inversion de la tendance.

MAQUILLAGE OU SOINS :
À CHAQUE VILLE SON SEGMENT

Autre facteur qui pèse sur les tendances locales : la structure de la population de chaque ville.

Là où les 18-34 ans sont sur-représentés, les ventes de produits de maquillage enregistrent de meilleurs résultats.

À Lyon par exemple, où la proportion des Millénials est 1,5 fois plus importante que la moyenne hexagonale, le poids du maquillage est de 18 % en valeur (contre 15 % au niveau national en 2016). Même constat du côté de Montpellier qui concentre une forte part de 18-34 ans et où les ventes de maquillage sont plus importantes qu'au niveau national (17 % vs 15 %).

Les villes «seniors», font la part belle au segment des soins et cela s'accentue dans les agglomérations où le pouvoir d'achat est très élevé. Après Paris, c'est Nice -où les + de 55 ans sont surreprésentés- qui affiche la plus grande part de produits de soins (22 % contre 17 % au national).

Outre les produits solaires, les produits anti-âge y sont plus plébiscités qu'ailleurs et représentent 10 % des ventes totales contre 8 % sur la moyenne France.

De plus, la dépense moyenne en produits de soins anti-âge est plus importante dans les villes où le revenu moyen des ménages est plus élevé et où l'on trouve une large proportion de seniors.

La dépense moyenne pour un soin anti-âge à Nice est d'environ 100 € contre 80 € à Lille (le revenu moyen des ménages à Lille est 25 % inférieur à celui des ménages de Nice).

L'analyse des données

Près de 8 dirigeants sur 10 estiment que d'ici quelques années la plupart des décisions commerciales seront basées sur l'analyse des données.

La Data se doit d'être au coeur des stratégies des enseignes et des marques afin de recruter de nouveaux clients, les fidéliser, tout en tenant compte de la dimension locale.

Aujourd'hui, exploiter au mieux ses données internes et externes est différenciant, demain cela s'avérera indispensable !» Stéphane Martis, Experian.

12912 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :