Newsletter

Sur le même thème

Visage
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°738 Juillet - Août 2020

Numéros précédents

3 0 5 1

Le chemin cutané des principes actifs

Par Adrien Guérin
N°736 Mai 2020
Le but de très nombreux produits cosmétiques est d’apporter des principes actifs à la peau. Voici les différentes possibilités de pénétration des principes actifs dans la peau.

Par définition, les produits cosmétiques sont destinés à agir sur les couches superficielles de la peau, sans traverser l'épiderme.

Cette précision les différencie des médicaments qui peuvent eux traverser la peau pour rejoindre la circulation sanguine. Mais dans les deux cas, le chemin à parcourir est difficile et cette migration dépend de nombreux facteurs.

UN CHEMIN SEMÉ D'EMBÛCHES

De nombreuses propriétés de la peau la rendent relativement imperméable. Ce qui ne facilitera pas la pénétration des principes actifs. En effet, il faut réellement imaginer la peau comme étant une barrière quasiment infranchissable.

  • Tout d'abord, en surface, elle est recouverte d'un fluide protecteur, le film hydrolipidique ou film cutané de surface, formé d'un mélange de sueur et de sébum.
  • Ensuite, nous parvenons à la couche cornée. Il s'agit là d'une couche très compacte formée de cellules aplaties, relativement rigides, imbriquées les unes dans les autres et fortement liées entre elles. Et pour compliquer la tâche, les quelques espaces libres présents entre ces cellules sont remplis d'un ciment intercellulaire formé de lipides.
  • En dessous, les autres couches de l'épiderme sont tout aussi compactes. Vous voyez donc que la pénétration des produits actifs ne semble pas être une sinécure.

PLUSIEURS CHEMINS
POUR UNE MÊME DIRECTION

Toutefois, pour passer à travers la peau, les molécules des principes actifs peuvent emprunter différentes voies. Le choix se fait essentiellement en fonction de la nature et de la taille des composés.

Par exemple, si les molécules sont de petites tailles et de nature lipophile, alors elles vont migrer dans l'épiderme en se mélangeant au ciment intercellulaire. Si, à l'inverse, elles sont de nature hydrophile, elles passeront plus facilement en traversant les cellules épidermiques.

Ces deux voies sont dites intra-épidermiques et plus précisément intercellulaire dans le premier cas et transcellulaire dans le second.

  • Pour les molécules plus volumineuses, elles peuvent utiliser les pores et les canaux sudoripares pour traverser l'épiderme ; il s'agit alors de la voie glandulaire.
  • Ou bien, elles peuvent emprunter le canal pilaire des follicules ; il s'agit alors de la voie folliculaire.

TOUT DÉPEND DE LA NATURE
DU PRODUIT À FAIRE PÉNÉTRER

Comme nous venons de le voir, la capacité de pénétration des principes actifs est limitée par la taille et la nature des molécules à faire pénétrer.

Ainsi, il est reconnu que les principes actifs des huiles essentielles sont de très bons clients pour la pénétration cutanée ; car ce sont des petites molécules de nature lipidique.

À l'inverse, les protéines, telles que le collagène, les glycoprotéines, l'acide hyaluronique, auront beaucoup plus de mal à traverser la barrière cornée. De manière très chiffrée, il a été mesuré que les molécules pouvant pénétrer la peau doivent avoir une masse moléculaire inférieure à 500 daltons.

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Par Adrien Guérin
13305 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :