Newsletter

Sur le même thème

Corps
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles

Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°703 Mai 2017

Numéros précédents

5 1 5 1

Le laser pour l'intimité féminine

N°703 Mai 2017
Hypotonie, atrophie, sécheresse, relâchement… Une majorité de femmes en souffrent ou en souffriront avec un retentissement important sur leur qualité de vie. Beaucoup n’osent pas en parler et ne savent pas qu’il existe des solutions médicales mini-invasives.

QU'EST-CE QUE L'ATROPHIE VULVO-VAGINALE ?

L'AVV ou syndrome génito-urinaire de la ménopause peut également toucher des femmes plus jeunes.

Ce syndrome est provoqué par la baisse, puis la disparition des œstrogènes. Par voie de conséquence, la muqueuse vaginale se retrouve moins bien vascularisée, les taux de collagène et d'acide hyaluronique s'effondrent.

Elle s'affine, perd de son élasticité, la production des sécrétions naturelles diminue ainsi que la lubrification, provoquant l'apparition de nombreux symptômes comme la sécheresse vaginale, les fuites urinaires légères à modérées, voire des douleurs lors des rapports sexuels.

Dans les cas les plus extrêmes, des irritations permanentes, des saignements, des brûlures et des infections peuvent survenir.

Sujet tabou ?

On estime que 6 femmes sur 10 présentent un ou plusieurs de ces symptômes de façon plus ou moins importante.

Les plus touchées parviennent parfois à en parler à leur gynécologue, mais, la plupart du temps, les femmes se résignent à subir ce qu'elles considèrent comme un vieillissement inéluctable, tirant petit à petit un trait sur une sexualité devenue source de souffrance.

Les médecins les plus à l'écoute pourront leur prescrire des lubrifiants, des traitements hormonaux par voie locale ou générale, des solutions peu satisfaisantes et qui seront délaissées à un moment donné.

Aujourd'hui, ils peuvent leur proposer une vraie solution non chirurgicale capable de leur redonner la jeunesse et la fonctionnalité de leur intimité.

LE LASER POUR UNE FÉMINITÉ RETROUVÉE

Il existe un laser CO2 gynécologique, le «Gynelase» de Cynosure qui permet une cicatrisation ultra-rapide et des effets secondaires minimisés. Ses applications sont nombreuses, notamment contre :

Le syndrome de relâchement vaginal

Le relâchement vaginal est associé généralement à la ménopause mais peut également être consécutif à une distension du vagin lors de l'accouchement.

Cette laxité associée à une perte d'élasticité et un amincissement des parois vaginales va altérer la satisfaction sexuelle et peut être à l'origine de pertes involontaires d'urine.

 

 

Par effet thermique, les impulsions laser «Gynelase», délivrées de façon sélective sur la muqueuse, vont provoquer un resserrement des fibres des tissus entraînant une néocollagénèse. Ce remodelage complet va perdurer dans le temps avec une muqueuse épaissie, plus élastique et plus tonique.

La procédure

L'énergie laser passe par une pièce de type spéculum insérée dans le vagin. Elle est délivrée à l'intérieur de la muqueuse du tissu suivant une séquence rapide d'impulsions spécifique à la muqueuse vaginale.

Les impacts laser sont fractionnés, c'est-à-dire qu'ils sont séparés par des zones de tissu sain permettant ainsi une cicatrisation rapide.

En produisant un effet thermique contrôlé, le traitement provoque la production de nouvelles fibres de collagène (néocollagénèse) et d'élastine par l'organisme et donc une rétraction et un remodelage des tissus.

L'incontinence urinaire

L'incontinence urinaire légère à modérée, plus justement appelée incontinence d'effort, se traduit par la perte involontaire d'urine lors d'un effort, d'un éternuement, d'une toux, de rires... Elle est provoquée par le relâchement musculaire, mais aussi par l'atrophie des muqueuses.

La procédure

L'énergie laser va être délivrée à l'intérieur du canal vaginal à l'aide d'un adaptateur angulaire qui va permettre de cibler la paroi antérieure du vagin et le fascia endopelvien.

Le rajeunissement vulvo-vaginal

Le rajeunissement des organes génitaux est une demande de plus en plus fréquente en esthétique et affiche une croissance rapide. Par ses multiples possibilités technologiques, le laser peut répondre à un ensemble exhaustif de demandes comme :

- la correction des clitoris hypertrophiés,

- la nymphoplastie ou réduction des petites lèvres,

- la périnoplastie et la labioplastie ou amélioration du relâchement des petites et grandes lèvres et du périnée pour un aspect plus juvénile de la vulve,

- l'hyperpigmentation vulvo-périnéale. Une association de toutes ces techniques est bien entendu possible.

LE LASER

Le laser est utilisé depuis très longtemps en médecine esthétique, notamment pour son effet de remise en tension des tissus. Depuis peu, des applications se sont développées en gynécologie dans le but d'améliorer la sexualité féminine.

LE PROTOCOLE

La séance se déroule en cabinet, sans aucune anesthésie, sans douleur et dure 5 et 10 minutes. En général, deux séances sont nécessaires, à un mois d'intervalle. Il s'agit donc d'un traitement indolore et non invasif qui permet désormais de proposer une alternative à la chirurgie.

Les résultats sont ressentis dès les premiers jours qui suivent la séance et sont durables dans le temps (au moins un an).

L'efficacité de ce laser apporte aujourd'hui un taux d'amélioration très élevé, au moins équivalent à celui de la chirurgie traditionnelle.

De plus en plus d'études dans la littérature, dont certaines portant sur plusieurs centaines de patientes, confirment ces résultats.

12731 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :