Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

3 0 5 1

S.O.S est-il temps d’intégrer des appareils dans mon institut ?

Par Alexandre Lambert , Directeur Marketing de Bloomea
N°692 Mai 2016
Nombreuses sont les esthéticiennes qui ne jurent que par le 100% mains et pourtant vos clientes évoluent et l'appareillage esthétique aussi, alors... que faire ?

Aujourd'hui, nous pourrions segmenter le marché de l'esthétique en deux grandes catégories :

  • les instituts dit traditionnels, dont le savoir-faire manuel a traversé les âges,
  • les instituts «équipés» qui ont fait confiance aux marques d'appareillages, dans le but de diversifier les soins proposés.

Si nous prenons un peu de hauteur, nous constatons qu'en France le virage de l'appareillage s'est fait petit à petit, tout en s'intensifiant depuis quelques années.

Nombre de marques ont développé des technologies permettant de traiter des problématiques jusque-là intraitables. Ce vent de renouveau permet à votre secteur une diversification entendue et une spécialisation accrue.

MAINS VS APPAREIL : MATCH !

J'ai senti une certaine défiance des instituts traditionnels vis-à-vis de l'appareillage.
«Au fond, rien ne vaut mes mains, je sais ce que je fais et j'en ai le contrôle». Vrai ! L'outil le plus important en esthétique est et restera les mains. Et pour manier un appareil, ce sont justement les mains qu'il faut mettre à contribution. L'expertise de la praticienne que vous êtes ne pourra être substituée par un appareil. Si vous n'êtes pas douée de vos mains, il y a peu de chance que vous excelliez avec un appareil.

À l'inverse, si vous excellez avec vos mains, l'appareillage devient un outil de diversification puissant, permettant de vous ouvrir des frontières jusque-là inaccessibles au seul outil qu'est la main. Ce n'est pas de la magie, mais de la science. Les actions mécaniques permettent de traiter ce que vos mains ne peuvent faire.

TROUVER LE BON POSITIONNEMENT

Investir dans un gain de compétence prend du temps et de l'argent. D'où l'intérêt de communiquer de façon adéquate auprès de vos clientes afin de susciter l'envie ! Pour cela, vous devez vous orienter vers des technologies qui touchent un maximum de personnes.

Ne cherchez pas à vous équiper d'un soin de «niche» où peu de monde se retrouvera. Visez large, très large, traitez les «problèmes» qui touchent toute la population.

Quand vous aurez acquis ce type de compétences, vous commencerez à traiter des «imperfections» qui vous ouvriront les portes du meilleur outil de communication du monde : le bouche à oreille.

Si vous arrivez à traiter le problème «vital» de votre cliente et faire en sorte qu'elle vive un peu mieux grâce à vous, c'est gagné ! Elle partagera cette réussite, ce bien-être et vous verrez une nouvelle génération de clientes affluer chez vous, pour des soins que vos mains ne pouvaient traiter à elles seules il y a encore quelques mois...

QUEL TYPE D'APPAREILCHOISIR ?

La priorité est de penser à votre clientèle existante. C'est elle qui va créer pour vous ce bouche à oreille, c'est elle qui sera la première à essayer votre appareil et qui communiquera sur sa réussite... ou son échec !

Observez si vos clientes sont plutôt sujettes aux vergetures, aux cicatrices, aux taches pigmentaires, à l'anti-âge, au surpoids, aux séquelles d'acné. Et questionnez-les !

Posez la question : «Seriez-vous prête à traiter cette imperfection avec un appareil, il existe des technologies efficaces !». Si la réponse est «Humm, j'ai une crème qui est parfaite pour ça», et que malgré vos arguments pour traiter son problème avec un appareil, votre cliente reste sur ses positions, alors vous avez compris que cette cliente ne participera pas à rentabiliser votre investissement sur l'appareil.

N'hésitez pas à poser cette question à toutes vos clientes et faites votre analyse. Si la prestation que vous proposez est facilement substituable par le « faire soi-même », votre rentabilité n'est pas assurée.

En revanche, si vous obtenez un «Ha, il vous est possible de le faire ?», là c'est gagné ! Non seulement vous créez une opportunité, mais en plus, vous faites participer votre cliente dans votre processus de gain en compétence.

combien investir dans un appareil esthétique ?

Lorsque vous aurez bien ciblé les imperfections que vous souhaitez traiter, il faudra ensuite choisir le meilleur partenaire pour vous amener là où vous le souhaitez, c'est-à-dire là où votre choix permettra un gain en compétences. Si vous n'êtes pas encore habituée à l'appareillage, mieux vaut être certaine de votre choix et surtout opter pour une rentabilité rapide !

Mettre en péril votre bilan avec l'acquisition d'un appareil coûteux est un pari. Et comme tout pari, soit on gagne, soit on perd ! Il existe aujourd'hui quelques appareils sur le marché permettant de passer le cap de l'appareillage, tout en assurant une rentabilité rapide, durable et totalement complémentaire avec votre activité actuelle.

LE BON CHOIX

Faites-vous confiance avant tout. Vos mains sont de l'or et l'appareillage peut venir les embellir.

Il faut que vous trouviez le bon positionnement, questionnez, faites participer vos clientes au processus de décision et obtenez un gain de compétences qui vous permettra de traiter ce que vos mains/crèmes ne peuvent pas faire actuellement.

Ne voyez plus l'appareil comme une menace, mais comme une opportunité venant compléter les soins que vous prodiguez actuellement. C'est une source de diversification supplémentaire qui vous mettra à l'abri du faire soi-même, ou de certains acteurs externes venant proposer des soins esthétiques en complément de gamme.

L'EXPERT : ALEXANDRE LAMBERT

alexandre lambert bloomea

Après avoir terminé ses études en gestion à HEC Montréal, Alexandre Lambert s'est spécialisé dans le développement de nouveaux produits sur les marchés français et nord-américain. Il a intégré l'équipe Bloomea en 2015 dans le but d'organiser la commercialisation des appareils auprès des esthéticiennes.

Par Alexandre Lambert , Directeur Marketing de Bloomea

Bloomea : www.bloomea.fr

12343 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :