Newsletter

Sur le même thème

Visage
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

3 0 5 1

Le rôle fondamental du derme

N°637 Mai 2011
C’est une belle découverte : le rôle central du derme souche c’est-à-dire la couche du derme qui commande à elle seule la régénération de toute la peau.

Les Laboratoires Vichy viennent de découvrir le rôle central du derme souche, la couche du derme qui commande à elle seule la régénération de toute la peau. Située dans la partie supérieure du derme, juste sous la jonction dermoépidermique, cette couche de cellules infiniment fine et fragile est également la plus active, la plus fondamentale, car elle commande à elle seule la régénération de toute la peau. Sous son impulsion, se créent partout dans la peau de nouvelles cellules, de nouvelles fibres, de nouveaux échanges vitaux.

LE DERME EST LE SIÈGE DU VIEILLISSEMENT DE LA PEAU

 

C'est la première étape de connaissance :

Couche profonde de la peau, le derme est essentiellement composé d'eau et de macro-molécules :

  • fibres d'élastine et de collagène qui assurent la fermeté, l'élasticité de la peau,
  • cellules qui fabriquent les fibres (fibroblastes),
  • gIycanes (GAG), comme l'acide hyaluronique, qui gorgent la matrice extracellulaire, et protègent les fibres et les cellules.

Depuis longtemps, nous savons que lorsque ces macro-molécules se dégradent, tous les signes du vieillissement se radicalisent et s'installent profondément dans la peau. Rides, perte de fermeté s'impriment durablement.

Conclusion : c'est dans le derme que les signes du vieillissement les plus installés prennent source.

LE DERME EST LE MAÎTRE DE LA MORPHOGÉNÈSE DE LA PEAU

C'est la deuxième étape de connaissance :

L'expertise pionnière de la Recherche L'Oréal sur les peaux reconstruites a permis d'apprendre que le derme influence, rayonne sur toutes les autres couches de la peau. C'est la couche maîtresse de la création globale de la peau, de sa «morphogénèse».

En «mettant en culture» en laboratoire des épidermes et des dermes dont les composants sont modifiés, les expériences démontrent qu'une peau de bonne qualité et jeune ne peut se construire que si les composants du derme sont nombreux et de bonne qualité. Et en particulier, les fibroblastes. Sans eux, le derme, mais aussi l'épiderme, ne se développent pas de façon optimale.

La preuve : lorsque l'on greffe un épiderme bien construit et jeune sur un derme de mauvaise qualité, il ne tarde pas à perdre sa qualité et sa jeunesse.

Conclusion : le derme détient un pouvoir de contrôle sur toute la peau. Si la peau possède bien une source de jeunesse, elle est certainement dans le derme.

DANS LE DERME SUPÉRIEUR, UN TERRITOIRE INFIME ATTIRE TOUTE L'ATTENTION : LE DERME PAPILLAIRE

C'est la troisième étape de la connaissance :

Ce sont d'abord des études menées sur des peaux présentant des dysfonctionnements graves qui attirent l'attention sur une couche spécifique du derme supérieur, une déficience spécifique, au niveau de cette partie du derme, semble à l'origine de la perturbation générale de toute la peau. Très vite, cette partie du derme, située juste sous les papilles (micro-cavités) de la jonction dermo-épidermique, est appelée «derme papillaire»... et attire toutes les attentions.

Les découvertes se multiplient :

  • En 1979, un article de Harper et Grove établit que les fibroblastes du derme papillaire sont différentes, se développent différemment des fibroblastes réticulaires situés en dessous.
  • En 1983, une équipe de chercheurs L'Oréal montre grâce à l'IRM qu'avec l'âge, il y a de plus en plus d'eau «libre» dans le derme papillaire, signe que les composants censés retenir cette eau disparaissent.
  • En 1989, la fragilité du derme papillaire est confirmée par échographie. Cette fragilité s'accentue avec l'âge et l'exposition aux rayons UV.

Conclusion : le derme papillaire abrite des cellules uniques qui disparaissent en même temps que la peau vieillit

"C'est dans le derme que se cache la véritable source de jeunesse de toute la peau."

DANS LE DERME PAPILLAIRE EST LOCALISÉE LA VÉRITABLE SOURCE DE JEUNESSE DE LA PEAU

Le cibler, c'est irradier de la jeunesse dans toute la peau. C'est l'ultime étape de la connaissance. Exploration au niveau moléculaire. Depuis les années 2000, la microscopie confocale multi-photons permet de scruter l'infiniment petit de la peau, grâce à la lumière infra-rouge, qui pénètre plus profondément les tissus. Elle est associée aux techniques de biologie moléculaire qui permettent de traquer les molécules produites par les cellules et diffusées dans l'ensemble de la peau : protéomique, transcriptomique, génomique... Nous pouvons ainsi identifier et suivre les molécules synthétisées par les cellules sources de jeunesse, de toute la peau.

C'est ainsi que la population de fibroblastes du derme papillaire a pu être identifiée comme celle qui produit et diffuse les molécules de jeunesse qui régénèrent toute la peau en stimulant les cellules de l'épiderme, du derme et les composants de la jonction dermo-épidermique. Lorsqu'elle disparaît avec le temps, toute la peau perd sa jeunesse.

274 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :