Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°726 Juin 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Comment je suis devenue Meilleur Ouvrier de France esthétique ?

N°726 Juin 2019
Six médaillées du MOF Esthétique vous dévoilent le concours : pourquoi y participer, la préparation, les épreuves, les coulisses du concours et surtout ce qu’a changé leur médaille dans leur vie professionnelle.

Conférence présentée au 49ème Congrès International d'Esthétique & Spa (avril 2019) par :

  • Sophie Meyer, Esthéticienne Consultante,
  • Julie Dubois, Institut Egérie, Les Forges, Laureate MOF 2015,
  • Nadège Dekenuydt, Institut Un Temps pour Soi, Angers, Finaliste MOF 2015, Lauréate MOF 2019,
  • Séverine Gamba, Institut La Maison des Coquettes, Entraigues-Sur-Sorgues, Lauréate MOF 2019,
  • Virginie Lamps, Institut Rock"Mantic, Parentis-en-Born, Finaliste MOF 2011, Lauréate MOF 2019,
  • Béatrix Lac, Enseignante Ecole Silvya Terrade, Brife-La-Gaillarde, Finaliste MOF 2011, Lauréate MOF 2019.

LES VALEURS DU CONCOURS MOF

Julie Dubois : Être MOF, c'est représenter des valeurs, c'est représenter l'excellence mais aussi la transmission et la représentation d'un savoir-faire et d'un savoir-être qui est français. Être MOF, c'est représenter l'artisanat, être artiste, technicienne spécialiste, experte.

C'est vraiment le rêve d'une vie pour beaucoup, la concécration de trois ans de notre vie consacrés à ce concours.

14 HEURES D'ÉPREUVES

Nadège Dekenuydt : Vous le savez, notre métier est pluridisciplinaire et ce Concours des MOF représente parfaitement la profession.

Ce Concours est un vrai challenge : 14 h d'épreuves devant un jury, complétées de dossiers préparés en amont pour expliquer nos protocoles, ainsi que notre démarche artistique.

Dans ces épreuves, il y a des disciplines artistiques, par exemple, la prothésie ongulaire avec le travail de sculpture d'ongles, le body-painting qui est une des épreuves phares. Il y a également toute la partie technique de soins esthétiques : soin du visage, soin du corps et aussi les techniques plus récentes, de précision.

L'extension des sourcils était au programme de nos épreuves cette année. Et puis, il y a le maquillage beauté, celui qu'on pratique tous les jours, le maquillage artistique qui va pousser encore plus le détail et la création.

POURQUOI VOULOIR DEVENIR MOF ?

Béatrix Lac : Très souvent, lorsqu'on participe au Concours des MOF, notre entourage se demande pourquoi on part dans cette aventure. Pour ma part, ça a été essentiellement pour mettre en avant mes compétences, mes techniques et montrer que l'esthétique ne s'arrête pas aux prestations de base.

Lors de mes études en esthétique, j'ai vraiment senti une dévalorisation du métier. Cela fait 20 ans que je suis esthéticienne, et, pendant mon parcours, je me suis dit que j'arriverais à porter le col bleu blanc rouge et montrer les valeurs de notre beau métier.

Il y a beaucoup de préjugés sur les esthéticiennes. Le Concours MOF nous permet de mettre en lumière notre profession. C'est pour moi le plus beau métier du monde, car notre principale valeur c'est d'apporter du bien aux autres. Et je suis fière de pouvoir transmettre aussi cette passion à la future génération.

Virginie Lamps : J'ai commencé par le MAF, puis j'ai continué avec le Concours des Worldskills, les Olympiades des Métiers et, ensuite, mon but a été d'atteindre le Graal, devenir MOF ! J'ai participé au Concours MOF en 2011 et je suis arrivée en finale avec les dix meilleures.

Je l'ai repassé et j'ai atteint l'excellence ! J'encourage toutes les candidates à continuer et à persévérer pour atteindre l'objectif.

Virginie Lamps : J'ai eu une première expérience de ce concours en 2011. Je sais que j'avais manqué d'accompagnement. La première étape pour ce concours, quand jeme suis ré-inscrite, était qu'il fallait que je monte une équipe, que je trouve les bonnes personnes pour m'accompagner et passer le MOF avec moi.

On ne voit pas toutes ces petites mains, toutes ces personnes, famille ou amis, qui nous accompagnent et passent le concours avec nous. Moi, ça a été ma première démarche : trouver des coaches. Donc, j'ai su me faire accompagner et c'est grâce à eux que j'y suis arrivée. Si je devais remettre la moitié de ma médaille, ce serait à ceux qui m'ont accompagnée !

LA PERSEVERANCE

Séverine Gamba : Je suis chef d'entreprise, j'ai un institut et il a donc fallu que je gère mon entreprise et en même temps que je dégage du temps pour me préparer au Concours.

Donc, je m'étais organisé un planning journalier. Tous les soirs après avoir couché mes enfants je travaillais pour le Concours.

Je n'ai rien lâcher pendant 15 mois. Ça paraît énorme, ça représente environ 14 heures de travail supplémentaires à gérer, en plus de ses activités !

Mais, très sincèrement, avec beaucoup de volonté, quand on rêve d'atteindre le Graal, on peut y arriver. Aujourd'hui, j'ai un message à transmettre à toutes celles d'entre vous qui rêvent de porter le col bleu blanc rouge : vous êtes en capacité d'y arriver !

LES PARTENARIATS AVEC LES MARQUES

Beatrix Lac : Les partenaires sont très importants pour nous, pour pouvoir, dès le départ, donner une image à notre création, à ce que nous avons envie de présenter en termes d'innovation et de protocole.

Si nous n'avons pas le budget pour pouvoir accéder à un appareil ou à une gamme de produits, malheureusement, nous ne pouvons pas créer quelque chose qui soit à l'image de ce que nous voulons proposer pour l'avenir du métier. Rappelons que le thème du Concours, c'est créer et innover.

Pour ma part, j'ai vraiment rencontré quelqu'un qui a cru en moi, et c'est grâce à elle que j'ai pu assouvir ma curiosité, développer mes compétences au quotidien : c'est Sophie Delsahut et son compagnon, qui, depuis 10 ans, alimentent ma passion pour ce métier.

J'aimerais aussi remercier Bloomea qui m'a accompagnée avec beaucoup d'énergie et de bienveillance, et également Phyt's, ainsi que Cécile, de la Société Marie H., qui est venue me former, m'a prêté un appareil de 23 000 € et m'a donné régulièrement toute son énergie et toutes ses valeurs humaines jusqu'à la finale. Un grand merci.

Nadège Dekenuydt : J'ai eu la chance d'avoir plusieurs marques qui ont choisi de répondre positivement pour que je puisse présenter de belles choses : Académie Scientifique de Beauté, Les Douces Angevines, les deux sœurs créatrices d'Akwaterra, Rituel Manucure également pour la technique d'ongles.

Et puis, j'ai eu la chance pour la partie innovation, d'être suivie par trois partenaires : Anti-Aging Medical System, Holiste et Luxomed, qui n'avaient qu'une seule envie, c'est que je fasse de belles choses.

Virginie Lamps : Je remercie Déborah de MySpa qui est une très belle réussite de MOF. Elle m'a accordé son aide. Elle m'a rassurée avec bienveillance. C'est très difficile d'acquérir des marques pour travailler ensemble. Morgane Hilgers aussi m'a donné beaucoup de son temps et m'a aidée pour le body-painting.

Julie Dubois : Être MOF, c'est aussi avoir une garantie de ses partenaires financiers et de ses partenaires marques. Ils savent qu'il y aura la qualité, le sérieux, la régularité, et l'excellence.

Être MOF c'est vraiment représenter un métier et l'artisanat au quotidien Il y a une certaine pression mais après, on le vit bien. Ça donne aussi envie à mes collaboratrices d'aller plus loin avec moi, c'est un travail d'équipe. Donc, j'ai une certaine fierté.

L'APRÈS-MOF

Julie Dubois : J'ai participé à beaucoup de concours pendant 15 ans. J'ai consacré au Concours MOF trois ans de ma vie, trois ans très intenses. J'ai côtoyé des gens merveilleux, j'ai fait de belles rencontres, telles que Sophie Meyer qui a été l'une de mes coaches.

Deux jours après avoir eu les résultats, j'ai reçu un mail de ma présidente de classe qui était Catherine Rolland. Elle me disait que j'avais vécu beaucoup de pression pendant trois ans, mais que le pire allait arriver. Je ne l'ai pas crue, c'était juste pas possible.

Et pourtant, si, il y a eu la descente de pression, le moment où on se demande qui on est, ce qu'on va faire de notre titre MOF, et même pourquoi on a ce titre MOF. J'ai eu tout ce questionnement. Pendant un an et demi, j'ai cherché à savoir qui j'étais... Je ne voulais pas croire Catherine et, pourtant, comme elle avait raison ! J'ai créé mon entreprise, la Maison de Beauté Égérie avec de la coiffure, de l'esthétique et du conseil en image.

Catherine Rolland : Je suis ravie de vous accueillir dans la grande famille des MOF. Nous avons des valeurs, nous les partageons, nous avons un métier fabuleux.

Il faut continuer dans cette voie, et surtout ne rien lâcher, aller jusqu'au bout, jusqu'à l'excellence !

13130 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :