Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°730 Novembre 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Temoignages : l'apprentissage en esthétique

N°704 Juin 2017
L'apprentissage esthétique est-il fait pour vous, les avantages, les inconvénients, les conseils, voici des témoignages d'apprenties en esthétique de l'IFPM de Nanterre.

Angélique Saminadin, 22 ans, en 2ème année de CAP Esthétique à l'IFPM
Employeur : Yves Rocher à Torcy (77200).

Comment ai-je connu le CNARM et l'IFPM ?

Je suivais tout simplement leurs actualités sur les réseaux sociaux et je savais qu'ils accompagnaient des jeunes vers l'apprentissage en métropole. À l'époque, je préparais mon CAP Esthétique en 2 ans à distance à La Réunion car je veux faire ce métier depuis toujours. J'ai sauté sur l'occasion, je me suis présentée et j'ai été recrutée.

J'ai d'ailleurs intégré directement une classe en 2e année. Dans cette formule qu'est l'apprentissage, je m'y retrouve énormément : les cours au CFA me plaisent et la pratique en institut est ce que je préfère. Bien sûr, on ne commence pas tout de suite à pratiquer les soins sur la clientèle.

Quelques mois passent avant... On intègre une équipe, on s'acclimate au rythme de travail, on prend ses marques et l'on commence forcément par le début ! Maintenir en ordre la clientèle dans des conditions optimales est une règle de base à adopter. Je fais également de la vente de produits, ce qui est inhérent au métier.

Bien sûr j'ai un avantage, je travaillais chez Mado (équivalent Sephora) avant de partir, donc aller vers la clientèle ou mener une opération maquillage ne me fait pas peur. Avec les connaissances (théoriques et pratiques) acquises à l'IFPM et l'entraînement avec ma maître d'apprentissage (MA), je devrai commencer en janvier à alterner les passages en cabine et la vente.

J'effectuerai des épilations et des soins du visage sur la clientèle. Peut-être supervisés par ma MA dans un premier temps, puis en autonomie. Les soins du corps n'étant abordés qu'en BP, rien ne presse.

Les +

Que ce soit par le CNARM ou l'IFPM, nous ne sommes pas lâment et c'est une chance de faire partie de ce programme. Le deuxième nous aide dans le recrutement avec des listes d'employeurs à contacter et nous avons un formateur référent.

Il y a même une cellule d'écoute pour s'exprimer librement quand on en ressent le besoin. C'est un CFA dynamique, je suis déjà partie en voyage pédagogique avec ma classe en Pologne sur les pas des déportés juifs... Une sortie éprouvante mais tellement intéressante !

Les -

Je ne vais pas vous mentir, le plus dur c'est d'être loin de ses proches. On est seule, mais c'est un grand pas vers l'indépendance. C'est ma première fois à Paris, et tout ce monde peut être assez déroutant. Les transports en commun aussi nous puis on s'y fait !

Mon conseil

Le fait de se retrouver seule sans sa famille est un gros changement, mais il faut voir tout le positif de cette expérience et saisir sa chance !

Julie GALLET, Yves Rocher, Responsable et Maître d'Apprentissage d'Angélique

J'ai eu une drôle d'expérience... J'ai intégré trois jeunes dans mon équipe qui venaient de La Réunion cet été, malheureusement cela n'a pas fonctionné... Mal du pays, refus d'obtempérer, elles sont toutes les trois rentrées à La Réunion.

Je ne voulais pas réitérer l'expérience. Puis Angélique est arrivée, professionnelle et convaincante. Aujourd'hui je suis extrêmement contente d'elle pour son implication et son travail en général.

Je pense qu'elle sait ce qu'elle veut et ce qu'il faut faire pour y arriver. Je suis prête à l'accompagner dans son apprentissage jusqu'au BTS si elle le souhaite.

Beverly Boyer, 20 ans, en CAP Esthétique 1 an à l'IFPM
Employeur : Institut Couleur Sable à RueilMalmaison (92500)

Comment ai-je connu le CNARM et l'IFPM ?

Cela faisait longtemps que je voulais venir en métropole et je suivais régulièrement les offres du CNARM étant à la recherche d'un emploi à La Réunion. J'ai rapidement intégré le programme du CNARM après m'être renseignée sur l'IFPM pour m'orienter vers l'esthétique. La beauté et le soin m'ont toujours intéressée.

Le CFA, une fois sur place proposait un jobdating : des rencontres entre employeurs et apprentis. Cela n'a rien donné pour moi. Pour eux j'étais trop âgée compte-tenu des charges et rémunérations qui augmentent selon l'âge. Mais je me suis accrochée et j'ai trouvé mon employeur sur un recrutement classique à l'aide de listes fournies par l'IFPM. La formation correspond relativement à l'idée que je m'en faisais.

Les cours sont riches, la réalité au quotidien en entreprise est différente : ce ne sont pas toujours les mêmes protocoles enseignés en cours. Mais si on part du postulat que les cours nous préparent à l'examen, et que l'entreprise nous forme sur le terrain, très vite on s'approprie les clefs de la profession.

Quant aux formatrices, elles sont incroyables, elles veulent qu'on réussisse, c'est motivant. J'attends les examens blancs pour m'évaluer, mais comme j'ai l'idée d'ouvrir un institut plus tard, des connaissances en gestion et en management plus approfondies seront nécessaires, alors pourquoi ne pas continuer l'apprentissage jusqu'au BTS ?

Je n'ai pas eu de réelles appréhensions avant de partir comme certaines. Étant déjà venue en vacances à Paris, je savais où je mettais les pieds, et j'avais vraiment envie d'indépendance.

D'ailleurs, j'ai vite quitté la résidence dans laquelle nous sommes arrivés via le CNARM pour avoir mon propre appartement.

Attention quand même, se loger par soi-même n'est pas chose facile. Les Parisiens le savent aussi ! Dans l'ensemble, je me sens bien à l'IFPM, il y a une bonne ambiance, mes camarades se sont intéressés à mon parcours, je me sens bien intégrée et sur une bonne lancée depuis la rentrée !

Les +

Toute expérience est bonne à vivre !

Les -

Avoir conscience qu'on est éloignée de ses proches et que c'est difficile. Mais surtout il faut relativiser et prendre cette expérience comme un levier vers l'indépendance et l'emploi.

Mon conseil

Quand on est passionnée, il faut foncer ! C'est une belle opportunité et il ne faut pas laisser passer sa chance.

Emma Meurgue Guyard, Institut Couleur sable, Responsable et Maître d'Apprentissage de Beverly

Beverly a intégré un institut conséquent avec huit praticiennes qui offrent de nombreux services, cela fait beaucoup d'informations à intégrer. C'est une personne motivée et agréable à côtoyer. Je suis très satisfaite de son travail.

Quand je ressens une baisse de motivation je devine le mal du pays, ce qui est compréhensible. Nous la sollicitons au maximum par rapport à ce qu'elle a vu en cours, pour la former en parallèle à l'institut.

 

12749 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :