Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°723 Mars 2019

Numéros précédents

1 3 5 1

Mes premiers soins de beauté en prison

Par Laure Jeandemange
N°693 Juin 2016
Catherine Ricupero est esthéticienne dans l’Isère. Le 8 mars dernier, elle a participé à la Journée de la Femme en prodiguant, pour la première fois, des soins esthétiques à des femmes incarcérées.

des soins de beauté
en prison...

Installée depuis 30 ans à Poisat dans l'Isère, mon institut a trois cabines et j'emploie trois esthéticiennes. Notre philosophie : une attention personnelle car chaque femme reste unique. Contactée à l'institut fin janvier par Camille Lombard, je prenais connaissance du projet de ces six jeunes filles en DUT Carrière Juridique à l'IUT 2 de Grenoble qui souhaitaient, à l'occasion de la Journée de la Femme le 8 mars, offrir des soins de beauté aux femmes en milieu carcéral.

Totalement séduite par l'idée de ce projet, j'étais très motivée à l'idée de vivre cette expérience et j'avais surtout très envie de donner le meilleur de moi-même auprès de ces femmes.

Ma curiosité m'a amenée à effectuer des recherches sur Internet sur le ressenti et les besoins des femmes en milieu carcéral. Ce qui en ressortait essentiellement reste le besoin d'attention, le contact et l'écoute. Je souhaitais que ces femmes gardent en mémoire le plaisir, la douceur et la qualité de cet échange mais aussi la considération et l'attention données.

Le jour J :
esthéticienne en prison

Pour la première fois, la directrice et son équipe du quartier femmes du Centre Pénitencier avaient mis en place pour cette journée un forum dédié à la femme avec différentes animations.

J'ai pu réaménager un bureau comme je le souhaitais et recréer au plus juste l'ambiance cocooning d'une cabine de soin. J'avais également du linge jetable pour chacune car il me semblait important de personnaliser le soin tout en mettant l'accent sur sa qualité.

mon PREMIER SOIN esthéique À UNE DÉTENUE

J'étais à la fois anxieuse comme pour un premier examen et impatiente... car je me doutais que j'allais recevoir beaucoup plus que j'allais donner. Je proposais des soins du visage ou des soins des mains sur un temps fixé à 30 minutes, un vrai défi pour procurer de la détente ! Je me devais d'être efficace.

Quelle émotion pour moi à l'arrivée de la première femme... tout d'abord dans le regard, elle était surprise du lieu que j'avais décoré et aménagé en cabine de soin, un joli lit très accueillant, recouvert de draps éponge propres et doux, les produits de soins harmonieusement disposés sur une tablette et, pour parfaire le confort, des serviettes roulées au niveau de la nuque. Elle s'est exclamée : « Mon Dieu, mais comme c'est joli, je me croirais ailleurs...».

Très discrètement, je me présentais en donnant mon prénom, je soulignais aussi mon expérience professionnelle. J'ai surtout mis l'accent sur ma venue et ma disponibilité pour elle en lui expliquant le déroulement du soin.

Une fois installée confortablement, je commençais par un diagnostic de peau, pour ensuite continuer avec le démaquillage, le gommage et enfin le modelage du visage, du cou, du décolleté et du crâne. Il était important que la phase du modelage soit la plus longue afin de procurer un maximum de détente pour enfin terminer le soin par un masque .

L'APRÈS-SOIN

J'ai pu sentir sur le visage de toutes ces femmes, la pudeur, la retenue mais aussi la détente, le plaisir et l'évasion. Mon objectif était atteint.

Au fur et à mesure, je sentais sous mes doigts les visages s'apaiser et se détendre. J'ai reçu ce jour-là les plus beaux cadeaux : des sourires, des regards, des «Merci madame vous m'avez fait un bien fou», «Vous m'avez vidé la tête» , «Vous m'avez fait voyager»... En fin d'après-midi, l'atelier terminé, quelle surprise de voir une détenue m'offrir les roses qu'elle avait reçues.

Que reste-il de cette journée ? Les jours, les semaines et les mois peuvent bien passer... il restera dans le cœur et la mémoire de ces femmes le plaisir et le bien-être de se sentir femme ! Il restera en moi l'envie forte de les revoir libres et heureuses. J'ai une immense envie de recommencer et surtout de partager cette expérience avec d'autres esthéticiennes sans attendre la prochaine Journée de la Femme !

MERCI...

Un grand merci à toutes ces femmes et à la confiance qu'elles m'ont accordée. Un immense merci à la directrice et à son équipe pour leur qualité d'accueil et d'encadrement et leur disponibilité. Merci aux étudiantes et à leur professeur.

Cliché Muro

12373 Votez
Retour aux articles

Commentaires

  • Anonyme 10/06/2016
    Bonne idée
    Signaler un contenu abusif
  • Anonyme 10/06/2016
    Cet article est très bien cependant, qui sont ces 6 jeunes filles de l'IUT ? Car c'est un beau projet qu'elles ont mené là et elles ne sont malheureusement pas citées ici alors qu'elle ont beaucoup de mérite à avoir monté un tel projet. Je pense qu'il serait intéressant pour elles de les citer.
    Signaler un contenu abusif
  • Anonyme 10/06/2016
    "ces six jeunes filles en DUT Carrière Juridique à l'IUT 2 de Grenoble" Qui sont donc ces 6 jeunes filles ? Dommage qu'elles n'aient même pas été citées une seule fois...
    Signaler un contenu abusif
  • Anonyme 10/06/2016
    Joli projet qui vous a été proposé par les 6 étudiantes dommage de ne pas mieux les remercier et les inclurent dans votre article !
    Signaler un contenu abusif
  • Anonyme 10/06/2016
    Moi même esthéticienne, j'ai rencontré ces jeunes filles , malheureusement une contrainte de planning m'a empêché de faire ce projet avec elles, J'ai aimé leur vivacité, leur implication et je trouve effectivement très dommage que l'on ne parle pas plus d'elles alors qu'elles sont l'origine, la base de ce projet magnifique ! je me permets donc aujourd'hui de les citer car il me parait effectivement normal de le faire puisque tout vient d'elles : Bravo à : Camille Lombard, Laura Battail Pelissier, Léonne Bruneteau, Emilie Fraisse, Marine Inizan, Pauline Ketterer
    Signaler un contenu abusif
  • Anonyme 10/06/2016
    Très joli projet et implication! Néanmoins je regrette juste que ces étudiantes n aient pas fait appel à un socio esthéticienne dont c est le métier....on a déjà du mal à trouver des contrats...
    Signaler un contenu abusif

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :