Newsletter

Sur le même thème

Massage
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°714 Mai 2018

Numéros précédents

5 2 5 1

Est-il possible de trop bien masser ?

Par Guy Dumont , Créateur du Massage Artistique
N°682 Juin 2015
Énoncer après un massage : «J’ai cru qu’il m’aimait» peut générer soit un sourire attendri et bienveillant, soit une sorte de suspicion… A-ton le droit d’aimer ? Est-il possible de trop bien masser ? La question paraît stupide, et pourtant...

Si tout le monde rêve d'amour, au point de dépérir lorsqu'il manque, en fait, très peu de personnes supportent instantanément que quelqu'un qui n'appartient pas à leur entourage proche, prononce ces mots très simples : «Je t'aime».

Ce paradoxe entre besoin et refus est tout simplement alimenté par la peur des conséquences éventuelles de cette acceptation et par un questionnement indicible concernant les motivations de celui qui donne, d'autant plus exacerbés si la personne elle-même n'en est pas capable.

Cette inquiétude peut même virer au cauchemar mental ou affectif quand la personne qui reçoit arrive à cette ultime question : «Pourquoi il m'aime ? Je n'ai rien demandé...» alors que l'instant d'avant et celui d'après, c'est ce seul souhait qui la martèlera sans arrêt s'il ne trouve pas de résonance.

Ces réflexions me rappellent la première démonstration que j'ai faite en direct au Congrès des Nouvelles Esthétiques, il y a 25 ans, où j'avais utilisé, pour un massage du visage à quatre mains, une chanson de Piaf qui s'intitule : «Le droit d'aimer» dont les paroles sont édifiantes : «Dans l'amour, il faut des larmes, Dans l'amour, il faut donner»...

Beaucoup de chanteurs ou de poètes ont repris ce thème, mais j'ai une préférence pour la chanson de Florent Pagny «Savoir aimer» que je vous invite à réécouter en remplaçant le mot «aimer» par «toucher» et vous comprendrez pourquoi c'est un de mes credo. Que vous aimiez ou pas le chanteur, je vous conseille vraiment de faire cette expérience.

 

Vous comprendrez aussi pourquoi j'ai intitulé «Mon credo» le poème que vous pouvez trouver dans mon livre (30 000 kilomètres sur les mains) ou sur mon site : «Si j'aim'assez», compression de ces trois phrases qui sont toujours pour moi les fondements de la technique du Massage Artistique : J'ai massé, si j'aime masser, et si j'aime assez. Tout est dit !

LES AFFRES DE LA SOCIÉTÉ OU DE L'ÉPOQUE

C'est l'avènement des années 68 qui a permis de donner une nouvelle image du corps, de la sexualité, et par là même, du massage et du contact de manière globale.

Vingt ans plus tard, la découverte du sida, associée au développement d'Internet, avec son lot incessant d'images d'une rare violence et de pornographie débridée, corroborées par les agressions pédophiles et les informations tout aussi angoissantes et harcelantes, ont modifié profondément l'image du corps et par là même, de nos contacts.

Cette petite phrase de Laure, à la fin d'un massage que je lui avais donné, et devenue célèbre par Michèle de Lattre qui l'a maintes fois répétée pour me présenter, était valorisante il y a une vingtaine d'années, alors qu'aujourd'hui elle tend à devenir suspecte.

Énoncer après un massage : «J'ai cru qu'il m'aimait» peut générer soit un sourire attendri et bienveillant, soit une sorte de suspicion... selon l'état d'esprit de celui qui l'entend. A-ton le droit d'aimer ?

L'éVOLUTION
DE LA QUALITe du toucher

L'evolution
de lA QUALITÉ DU TOUCHER

Tout comme il est aujourd'hui interdit à un instituteur de prendre un enfant sur ses genoux pour le consoler ou le réconforter après une chute, il devient impensable qu'un toucher de qualité puisse susciter une réelle sensualité, qui pourtant, avouons-le, devrait être l'apanage du massage de bien-être, qui s'adresse à cet organe des sens vital pour l'équilibre de l'être humain : la peau.

C'est vrai qu'avec la pauvreté croissante des techniques où l'on répète 10 fois le même mouvement sans discernement, ça ne risque pas d'arriver, à l'instar de celui qui vous répéterait dix fois «je t'aime» et dont vous vous seriez déjà détournée tant c'est grotesque...

Après l'apologie du «faites l'amour, pas la guerre», et l'éloge de la caresse comme ultime recours aux enfants prématurés ainsi qu'aux personnes en fin de vie, fleurissent des techniques de plus en plus violentes ou inconfortables que l'on essaie de rendre désirables.

Quelle ne fut pas ma surprise, lors d'un congrès de massage de bien-être, en lisant sur la carte de visite d'une praticienne, cet avertissement : «massage non sexuel et non sensuel» et quelle ne fut pas sa surprise lorsque je lui posai cette question : «Alors, on vient vous voir pour quoi ?». Sous prétexte de charte, de réglementation, ou dans l'espoir de je ne sais quelle reconnaissance, le corps est bafoué, le toucher dénigré, le confort malmené, le plaisir destitué.

Et pourtant... Le plaisir est et restera une arme contre tous les maux, bien au-delà des mots, tant pour celui qui l'espère, que celui qui le reçoit, ou celui qui le donne, et rien n'y pourra changer. Le Plaisir, avec un P majuscule, n'a rien à voir avec la sexualité qui n'en est qu'une infime partie, et le plaisir de celui qui reçoit une attention, un mot, un geste, peut être d'une efficacité incommensurable qui n'a rien à voir avec la sexualité, ni en action, ni en effets. Encore faut-il en avoir envie et les moyens...

«VOTRE MASSAGE EST TROP SENSUEL»

Eh oui, j'ai entendu cette phrase récemment, non par quelqu'un qui avait reçu un massage car ceux là ne se sont jamais plaint dans les 30 pays ou j'ai touché et enseigné, mais qui l'avait simplement vu en vidéo...

C'est d'autant plus aberrant que si la sensualité qui se dégage de mes démonstrations de massage n'est due qu'à l'objectif dont je viens de parler, elle est aussi et surtout due au travail de mon corps et de mes mains qui ne reflètent jamais de tension et, par là-même, peuvent faire croire à une simple caresse, alors que la pression exercée atteint presque toujours plusieurs dizaines de kilos. Aucune pression dans les mains, la force est dans les jambes, telle est ma conception du Toucher Juste.

Pour en finir avec ce sujet épineux, il faudrait faire une synthèse ou tirer une conclusion, mais je préfère vous laisser choisir. Moi j'ai choisi... et je vous souhaite avant tout d'être fière de ce que vous faites, de le faire avec plaisir, et si vous étiez filmée, de vous regarder avec satisfaction, en espérant que votre première rémunération sera cette petite phrase qui sortira de la bouche des personnes que vous toucherez : «J'ai cru qu'il m'aimait !».

Bien à vous. Guy

Par Guy Dumont , Créateur du Massage Artistique

Cliché Dan Gubic

www.guydumont.com

11892 Votez
Retour aux articles

Commentaires

  • Anonyme 04/09/2015
    Je vous écris à la suite de la lecture de l'article de Monsieur Guy Dumont dans Les Nouvelles Esthétiques de juin 2015, en me sentant invitée par cette phrase à la fin: N'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires. Je lui a envoyé un commentaire, mais je voudrais aussi vous remercier pour ses articles qui paraissent dans Les Nouvelles Esthétiques depuis déjà un bon moment et qui, à chaque fois, apportent quelque chose de nouveau, d'intéressant, pas seulement au point de vue professionnel, mais aussi humain. C'est un personnage hors du commun, passionné, qui aime ce qu'il fait et qui sait partager cet amour. Ce que j'apprécie aussi ce sont ses opinions sur certaines choses, malheureusement bien établies dans notre métier et qui ne devraient pas l'être, par exemple: cet horrible "drapping" (même le mot "drapping" est barbare, pourquoi votre, car ce n'est pas la mienne d'origine, belle langue française se laisse influencer comme ça ????) appelé par Mr Dumont "le jeu grossier de ces ballets de serviettes qui découvrent et recouvrent (...)". Les opinions qu'il n'a pas peur d'exprimer, en plus avec une certaine humour ironique. Ses articles sont donc pour moi comme un cadeau, quelque chose qu'on attend avec impatience, et c'est une source pédagogique dans mon travail et grâce à eux je me sens aussi rassurée dans mes opinions, pas toujours "politiquement corrects". Grand merci à la rédaction et en même temps une petite demande: que Mr Dumont écrive plus souvent !
    Signaler un contenu abusif

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :