Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°738 Juillet - Août 2020

Numéros précédents

3 0 5 1

Parcours d’esthéticienne : Claire Valette, esthéticienne à domicile depuis 20 ans

Par Laure Jeandemange
N°738 Juillet - Août 2020
Claire Valette a été l’une des premières esthéticiennes à domicile de sa région. Des années plus tard, elle gagne bien sa vie et profite toujours aussi pleinement de sa liberté.

POURQUOI L'ESTHÉTIQUE ?

L'esthétique s'est imposée à moi petit à petit. Après un Bac littéraire, j'ai étudié les Lettres pour me destiner à une carrière dans l'enseignement, mais je m'ennuyais. Il me manquait une dimension manuelle.

L'une de mes amies en Lettres s'est tournée vers l'esthétique, cela m'a interpellée.  J'ai souscrit un prêt étudiant pour passer mon CAP en un an et mon BTS à l'École Européenne d'Esthétique à Arras. Mon objectif était de passer mon BTS pour enseigner l'esthétique.

DIX ANS D'APPRENTISSAGE

Avant de me lancer dans une carrière dans l'enseignement, j'ai décidé de faire mes armes sur le terrain. En 2000 j'ai été embauchée en CDI chez Yves Rocher, j'y ai gagné en vitesse d'exécution dans ma pratique, j'ai appris à travailler avec beaucoup de flexibilité, d'adaptabilité.

Puis je suis partie dans une parfumerie Marionnaud en tant qu'esthéticienne, ça m'a beaucoup plu, au point d'oublier mes projets d'enseignement...

Pendant dix ans, j'ai eu la chance de toucher à tout : la cabine, la vente, la gestion des réassorts des produits pour les cabines et même leremplacement de ma responsable pendant six mois... J

JE ME LANCE DANS
L'ESTHÉTIQUE À DOMICILE !

À la naissance de ma deuxième fille, j'ai décidé de changer de vie. Était-ce la crise de la trentaine ? Nous étions en 2011, c'était le début de la crise économique, tous les voyants étaient au rouge.

Je voulais conserver un équilibre entre ma vie personnelle avec mes deux jeunes enfants et ma vie professionnelle.
Je ne voulais plus subir les contraintes horaires, les animations de vente... ça ne me correspondait plus et je sentais aussi l'émergence du naturel et d'une mutation profonde dans la manière de consommer les soins esthétiques.

J'ai donc décidé de me lancer dans l'esthétique à domicile, en me déplaçant chez un public qui ne pouvait pas ou ne voulait pas venir en institut.

L'UNE DES PREMIÈRES

DE PICARDIE DANS L'AISNE !

J'étais située à une heure de Paris, la Picardie est constituée de nombreux petits villages, j'ai donc délimité un secteur et décidé d'aller de village en village à la rencontre de mes clientes. À l'époque, j'étais l'une des premières à proposer de l'esthétique à domicile dans ce secteur.

LE DÉVELOPPEMENT
DE MON FICHIER CLIENTES

Une esthéticienne à domicile ne se fait pas connaître comme un institut de beauté, c'est le réseautage qui fait tout.

À l'époque, mon congé parental se terminait, j'avais beaucoup de temps, j'ai alors commencé par travailler mon réseau au sein de mon village en présentant mon projet aux artisans et aux infirmières libérales.

Et je me suis fait aussi connaître grâce à l'école, en accompagnant et en récupérant mes enfants, comme toutes les autres mamans du village. L'école est un excellent point de rencontre. C'est ainsi que j'ai recruté mes premières clientes. J'ai également créé mon site Internet, l'un des tout premiers à l'époque pour ce type de prestations.

Pour développer mon fichier clientes, en plus du bouche-à-oreille, des réseaux sociaux et d'Internet, j'ai distribué des flyers, j'ai fait de la publicité dans les journaux locaux, mais, indéniablement, ce sont les réseaux sociaux et Internet qui m'ont le plus aidée.

J'ai pris l'habitude d'interroger mes clientes sur la façon dont elles m'ont trouvée. Dans 90 % des cas, elles me disent avoir effectué une recherche sur Google : «Esthéticienne à domicile Soissons».

Et comme mon site est bien référencé parce que j'ai pris le temps de le faire, j'arrive en première page. Je vous recommande de nourrir votre site en permanence pour gagner en référencement, il faut le mettre à jour et l'animer.

L'ESTHÉTIQUE ET DOMICILE
ET L'ARGENT

Tous les mois, mon activité s'est développée mais j'ai vraiment commencé à gagner ma vie après ma troisième année d'activité. C'était long mais je savais que ça évoluerait de façon positive. Je gagne ma vie un peu mieux que lorsque j'étais salariée mais, surtout, j'ai une qualité de vie extraordinaire !

MON CONSEIL AVANT
DE VOUS LANCER À DOMICILE

Beaucoup imaginent que l'esthétique à domicile c'est facile. Souvent, les esthéticiennes pour lesquelles ça ne fonctionne pas, c'est, pour beaucoup, à cause du manque d'expérience.

Si vous voulez vous lancer dans le domicile, il est important de passer par la cabine avant tout pour gagner en rapidité d'exécution et pour apprendre des techniques de vente. Il faut apprendre et, après, être très rigoureuse. C'est essentiel lorsque l'on est son propre patron.

Vous devez être souple avec les clientes et rigoureuse avec vous-même, ça ne plaît pas à toutes les personnalités d'esthéticiennes.

Depuis dix ans, des esthéticiennes à domicile se sont succédé à Soissons, elles ont arrêté leur activité par manque de rigueur, de professionnalisme. Il est aussi beaucoup plus difficile aujourd'hui de se faire une clientèle qu'à l'époque.

L'esthétique à domicile ne s'improvise pas. J'étais la première de la région, certaines clientes m'ont retrouvée et suivie de la parfumerie à l'esthétique à domicile, je leur prodigue des soins depuis 15, 20 ans !

LA RECONNAISSANCE
DE L'ESTHÉTIQUE À DOMICILE

Je milite pour que les esthéticiennes à domicile soient plus reconnues. L'esthétique à domicile est un peu le parent pauvre de l'esthétique. Comme dans tous les secteurs, il y a du bon et du mauvais mais de manière générale, nous sommes victimes de l'image de ne pas être professionnelles.

L'évolution du service

Les marques fonctionnent comme la grande distribution l'a longtemps fait, c'est-à-dire sur leurs acquis. Les marques ne se rendent pas compte que la demande évolue, il y a une tendance de fond sur le domicile confirmée par la crise Covid avec beaucoup de clientes qui se tournent désormais vers le domicile.

Dans tous les domaines, les clientes en ont assez de tous ces endroits aseptisés, impersonnels, où tout se ressemble avec le même service et le même discours formaté. Elles ont envie que ce soit le service qui vienne à elles. Il est important de le souligner.

LA VENTE

Grâce à mon expérience, je suis très à l'aise avec la vente. Lorsque je vends un produit à une cliente, je suis intimement convaincue que c'est le soin qu'il lui faut.

En parfumerie, je n'osais pas regarder les étiquettes de tous ces produits issus de la pétrochimie, aujourd'hui, j'utilise des produits que j'aime et les clientes le savent et en redemandent. Des produits avec une vraie concentration et pas un simple principe actif marketing, pas de pétrochimie et des packagings raisonnables pour limiter l'impact environnemental.

D'un point de vue organisationnel, je n'ai aucun produit dans ma voiture, je n'emporte que les produits avec lesquels je travaille, je prends les commandes à la fin du soin et je reviens les livrer. Mes clientes savent que je n'emporte rien pour éviter que les produits ne subissent les variations de température et s'altèrent. Elles m'appellent quand elles ont besoin d'un réassort de produits et je leur apporte lors du prochain rendez-vous.

J'arrive donc au rendez-vous avec un joli petit sachet tout prêt avec ma charte graphique, ça valorise mon professionnalisme.

Par Laure Jeandemange
13333 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :