Newsletter

Sur le même thème

Marketing Vente Gestion
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°708 Novembre 2017

Numéros précédents

3 0 5 1

Tout savoir sur la période d'essai en institut de beauté

Par Maître Abdelkader Hamida , Avocat associé en droit social de Cabinet Vaughan Avocats
N°705 Juillet Août 2017
Pendant la période d'essai, le contrat de travail n’est pas définitif et tant l’employeur que le salarié peuvent y mettre fin sans devoir se justifier. Cependant, il y a un certain nombre de règles dont le non-respect peut avoir d’importantes conséquences.

LA PÉRIODE D'ESSAI DOIT ÊTRE
PRÉVUE DANS LE CONTRAT DE TRAVAIL

Disons tout de suite que la période d'essai n'est pas obligatoire. Il est donc tout à fait possible d'embaucher un salarié sans période d'essai. Mais si un employeur ou un salarié en souhaite une, il faut nécessairement qu'elle soit prévue dans le contrat de travail.

Il en est de même de son renouvellement, éventualité permise par la convention collective de l'esthétique-cosmétique et de l'enseignement technique et professionnel lié aux métiers de l'esthétique et de la parfumerie du 24 juin 2011.

À noter que le renouvellement de la période d'essai n'est possible :

  • qu'avec l'accord écrit du salarié avant la fin de la période d'essai initiale et s'il est prévu dans le contrat de travail ;
  • qu'une seule fois.

LES DURÉES DE LA PÉRIODE D'ESSAI

Au sein des instituts couverts par la convention collective précitée, la durée de la période d'essai et son renouvellement varient en fonction du type de contrat de travail et de la catégorie professionnelle du salarié.

durée de la période d essai en institut de beaute

La durée de la période d'essai se décompte en jours calendaires, donc y compris les samedi et dimanche et peu importe qu'elle soit exprimée en jours, semaines ou mois.

À noter que :

  • il est possible de prévoir une période d'essai avec une durée inférieure que celles prévues ci-dessus,
  • la durée de la période d'essai peut être diminuée dans certaines hypothèses, par exemple quand l'engagement du salarié suit immédiatement une précédente période travaillée en CDD ou en intérim sur un poste de travail identique. Il en est de même pour un apprenti immédiatement embauché, lequel ne peut avoir de période d'essai,
  • le décompte de la période d'essai est identique pour un salarié à temps plein ou à temps partiel,
  • toute suspension du contrat de travail, sauf si elle est due à l'employeur, entraine une prolongation, pour une durée identique, de la période d'essai. Il en est ainsi en cas de congés payés, de maladie, etc.,
  • il n'est pas possible de différer le début de la période d'essai,
  • certaines catégories bénéficient de durée de période d'essai spécifique, comme par exemple les apprentis.

LA FIN DE LA PÉRIODE D'ESSAI

Dans le meilleur des cas, la période d'essai est concluante et le contrat de travail se poursuit au-delà de son terme. Dans le cas inverse, la période d'essai peutêtre rompue librement par l'employeur ou le salarié et ce, sans motif et sans obligation d'ordre procédural. Les formalités de rupture sont donc très allégées.
Néanmoins, il existe quelques règles à respecter :

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Par Maître Abdelkader Hamida , Avocat associé en droit social de Cabinet Vaughan Avocats

Vaughan Avocats, 9 rue Denis Poisson, 75017 Paris Tél. 01 53 53 69 00

www.vaughan-avocats.fr

12778 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :