Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°728 Septembre 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Parcours d'esthéticienne : formatrice internationale

Par Laure Jeandemange
N°683 Juillet - Août 2015
Découvrez le parcours d'Alexandra Cazzilli qui ne se destinait pas du tout à l'esthétique et pourtant... Elle vous parle avec passion de son quotidien de formatrice internationale en esthétique.

Jeune diplômée en Commerce Internationale, je réalise mon stage de fin d'études en Angleterre, à Londres dans un poste à responsabilités dans le domaine des télécommunications. Puis je découvre la petite annonce d'un distributeur de cosmétiques français pour le recrutement d'un chef de produit junior.

Je tente l'expérience avec l'intuition que j'allais entrouvrir une porte dans un univers qui me correspondait...

JE VEUX DEVENIR
FORMATRICE INTERNATIONALE

N'étant pas esthéticienne, je devais être formée aux produits et soins des marques. Un jour, la responsable internationale de Gatineau est venue pour une formation. Tandis qu'elle nous parlait, il s'est produit en moi un déclic : «Je veux faire comme elle, utiliser mes connaissances, voyager à travers le monde, découvrir et apprendre chaque jour !». Cette phrase clignotait furieusement dans ma tête.

Je parle 5 langues (français, langue maternelle, grec grâce à mon père, anglais, espagnol et italien appris lors d'études et stages à l'étranger), j'adore voyager, je commence à bien maîtriser les cosmétiques et à comprendre les techniques mais je suis incapable de devenir formatrice internationale, je n'ai aucune notion d'anatomie, de cosmétologie, je ne sais pas faire de massages... Pour être crédible, je dois passer mon CAP et donc rentrer en France.

PREMIÈRES EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES

Diplôme en poche, j'ai commencé par travailler en tant qu'esthéticienne chez Carole Franck avant d'être contactée par le groupe Guinot-Mary Cohr qui me donna réellement la plus grande opportunité de ma vie, croyant plus à mes capacités qu'à mes années d'expérience en esthétique en m'offrant un poste de formatrice Internationale.

J'étais en charge de l'Asie, de l'Amérique Latine et de l'Europe du Sud. Tout un programme ! Un boulevard d'opportunités s'ouvrait à moi, un monde presque parallèle, entre aéroports, taxis, paysages, adaptation culturelle, hôtels, rencontres et décalages horaires. Mon premier voyage fut en Australie avant de partir pour Bali.

J'animais un séminaire régional de formatrices Mary Cohr pour toute l'Asie. Je partais aussi au Mexique et en République Dominicaine pour des séminaires en espagnol. Je découvrais avec émerveillement le Japon, sa culture énigmatique, des centaines de journalistes sur le qui-vive émerveillées par une Française sur un podium. La Corée ou comment éviter de chanter au karaoké après une soirée barbecue accompagnée au vin de riz au milieu d'une équipe essentiellement masculine ?

Puis, la Thaïlande et son respect pour les traditions et son énergie magnétique. Je découvrais Singapour, la Suisse de l'Asie, la discipline et la ponctualité, ses rues d'une perfection presque dérangeante et son goût pour le travail acharné et organisé. Hong Kong et son influence anglosaxonne.

La Chine et sa population grouillante, son développement frénétique, ses spas démesurés... Cette merveilleuse aventure dura quatre ans entre l'Asie et l'Amérique du Sud.

Dès que j'étais à Paris, je me formais aux massages du monde à l'ESI, École des Spas et Instituts, afin d'être plus crédible auprès des formatrices asiatiques, expertes en la matière. Après un an de formation, je remportais le concours de fin d'année, la Main d'Or avec les félicitations du jury.

RESPONSABLE DÉVELOPPEMENT SPA ASIE-PACIFIQUE

Responsable développement spa Asie-Pacifique

À l'époque, le groupe Accor recherchait une Responsable Développement Spa pour les Hôtels Sofitel. Du design au travail sur les plans avec les architectes, en passant par la décoration intérieure, le choix des marques, le recrutement, la formation, le développement du menu, des outils marketing... j'étais vite impliquée dans toutes les étapes de l'ouverture du spa. J'ai ouvert plusieurs spas Sofitel en Asie et en Amérique Latine.

formatrice internationale esthétique

Après deux ans, je décidais de tenter une expatriation au grand export et partais m'installer en Thaïlande en tant que spa manager et responsable du développement et du suivi des spas Sofitel en Asie. Arriver dans un pays qui nous est étranger, sans en comprendre encore bien la culture et ses règles peut être déstabilisant, cependant l'adrénaline et les découvertes de chaque jour me rappelaient que j'avais définitivement fait le bon choix.

A commencer alors pour moi un pèlerinage parmi diverses propriétés du groupe en travaillant au sein des équipes locales dans la conception du spa, la mise en place, le recrutement, la formation du personnel : sept mois au Cambodge, dix mois en Chine pour y créer un spa de A à Z.

Après l'ouverture du spa du Sofitel Macau, je retournais en Thaïlande en tant que directrice du Spa Elemis de l'Hôtel Saint Régis de Bangkok. Responsable d'un superbe établissement, je gérais une équipe de vingt personnes entre joies et désarroi... Je découvrais des techniciennes aguerries, les jalousies et les challenges à gérer une équipe multiculturelle. Je redynamisais les équipes, apportai des idées de développement tout en gérant des problématiques en ressources humaines et opérationnelles.

Mon conseil
pour devenir formatrice internationale

Formez-vous à des techniques pointues et ne brulez pas les étapes. Être esthéticienne, enseigner des protocoles et véhiculer sa passion n'est pas donné à tout le monde, c'est un réel apprentissage.

Je rencontre aujourd'hui des jeunes filles qui font de la formation sans avoir aucune connaissance des techniques de formation, sans aucune patience ou pédagogie, elles récitent leur leçon et ne font rien passer à leurs élèves.

Une formatrice internationale est en apprentissage permanent. Ses qualités sont : l'adaptabilité, une très grande autonomie, une ouverture d'esprit, le goût des voyages, le sens de l'improvisation, la curiosité, la passion pour son métier, le sens du partage.

Ce métier demande des sacrifices et la vie de famille est difficilement compatible mais pas impossible.

MA NOUVELLE VIE

Aujourd'hui, riche de mon expérience de plus de quatorze ans dans le secteur de l'esthétique et du spa, j'ai monté ma société de conseil en développement commercial et en formation pour des sociétés de cosmétiques professionnelles désireuses de s'implanter en Asie.

Kos Consult Ltd s'adresse aux marques professionnelles spa et instituts qui souhaitent bénéficier d'une expertise locale en Asie et conserver une veille sur l'activité de leurs distributeurs existants tant au niveau commercial qu'au niveau de la formation technique et que dans le développement de nouveaux marchés sur une région en plein essor.

Par Laure Jeandemange

Cliché Sergey Nivens

11934 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :