Newsletter

Sur le même thème

Santé Médecine
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°723 Mars 2019

Numéros précédents

4 1 5 1

Questions sur le psoriasis

N°672 Juillet Août 2014
2,5 millions de personnes en France vivent avec le psoriasis, une maladie qui, sous le regard des autres, constitue un véritable handicap. Voici ce qu'est réellement cette maladie et la souffrance silencieuse de tant de personnes atteintes de psoriasis...

Cette maladie de peau, le psoriasis, fait subir à chaque personne atteinte une triple peine :

  • la première est de savoir que l'on n'en guérit pas, même si elle se soigne,
  • la seconde tient dans les préjugés qui entourent la maladie : contagiosité, faiblesse psychologique ou manque d'hygiène du patient sont parmi les plus courantes,
  • la dernière est la conséquence immédiate de la précédente : on évite les personnes atteintes de psoriasis, on les écarte du monde du travail tandis que l'intimité, la tendresse, la vie sexuelle deviennent des graals difficiles, voire impossibles à atteindre pour le malade.

Honte, culpabilité, mal-être, refus de soi... voilà ce que les patients ressentent dans ce monde où l'apparence est reine.

LE PSORIASIS : MAL CONNU, MAL PERÇU, MAL VÉCU

À l'occasion de la 10ème Journée Mondiale du Psoriasis le 29 octobre dernier, France Psoriasis (anciennement l'Association Pour la Lutte contre le Psoriasis), a évalué les connaissances et les comportements des Français face à cette maladie (sondage réalisé par OpinionWay, les 15 et 16 juillet 2013 auprès de plus de 1 000 personnes) :

  • Les Français savent-ils ce qu'est le psoriasis ?
  • Que représente-t-il pour eux ?
  • Comment réagissent-ils face à une personne atteinte de psoriasis ?
  • Quelles sont les difficultés rencontrées par les patients quotidiennement ?

Même si la plupart des personnes interrogées savent que le psoriasis est une maladie inflammatoire, il persiste bon nombre d'idées reçues telles que la contagiosité, les facteurs psychologiques ou encore le manque d'hygiène, contribuant à créer ou à maintenir une distance, virtuelle ou réelle, entre le patient et eux.

1/3 des Français savent sans savoir

Premier constat du sondage : 1/3 des Français savent sans savoir ! Un chiffre qui met en exergue les idées reçues ancrées dans l'esprit des Français et qui parasitent la vie des patients autant dans un contexte professionnel que personnel.

Pour eux, le psoriasis, c'est ...

  • 82% Une maladie inflammatoire de la peau
  • 14% Une maladie psychologique
  • 4%   Une maladie liée à un manque d'hygiène

8 Français sur 10 reconnaissent le psoriasis comme une maladie inflammatoire de la peau. Cependant, 18 %, soit près d'1/5 des interrogés, ne connaissent par la définition de la maladie et l'associent à un problème psychologique ou à un manque d'hygiène.

Ils disent que le psoriasis...

  • 57% Est une maladie qui se soigne
  • 21% Est une maladie qui peut se guérir
  • 6% N'est pas une maladie
  • 5% Est une maladie contagieuse
  • 11% Je ne sais pas exactement ce qu'est le psoriasis

82 % des Français donnent une définition correcte de la maladie. Pourtant 32 % en ont une image erronée et 11 % ne savent pas la caractériser.
Ce sont des facteurs stigmatisants, auxquels les patients sont confrontés dans leur quotidien.

Plus de 4 Français sur 10 préfèrent garder leurs distances avec les patients psoriasiques.

Deuxième constat : plus de 4 Français sur 10 gardent leurs distances avec le psoriasis !

Enfermés dans leurs a priori, tels que le manque d'hygiène et le risque de contagion, 42 % des sondés éviteraient un contact physique lors d'une première rencontre avec une personne atteinte de la maladie : une réalité bien loin de la vérité !

Lors d'une première rencontre, ils...

  • 73% Essayent d'éviter tout contact physique
  • 72% Leur feront la bise comme aux autres
  • 76% Leur serreront la main

Au moins un évitement pour 42 % des Français. Un poids social, professionnel et intime de la maladie reconnu par tous.

Troisième constat : plus de 9 Français sur 10 ont conscience des discriminations que les personnes atteintes de psoriasis subissent au quotidien.

Vie sentimentale, vie sociale et professionnelle sont une lutte constante qui amène parfois à la dépression et un mal-être général. Une réalité qui pourrait être évitée, si les Français connaissaient mieux la maladie.

Selon eux, une personne souffrant de psoriasis rencontre des difficultés dans...

Sa vie sociale :

  • 31% Souvent
  • 52% De temps en temps
  • 12% Rarement

Sa vie professionnelle :

  • 29% Souvent
  • 52% De temps en temps
  • 13% Rarement

Sa vie sexuelle

  • 26% Souvent
  • 49% De temps en temps
  • 17% Rarement

Sa vie familliale

  • 13% Souvent
  • 47% De temps en temps
  • 29% Rarement

96 % des Français sont conscients des difficultés rencontrées dans la vie des patients.

LE PSORIASIS, EN BREF, QU'EST-CE QUE C'EST ?

Le psoriasis est une maladie inflammatoire de la peau qui touche autant les hommes que les femmes. Si l'âge moyen de début de la maladie est 33 ans, celle-ci peut également affecter le nourrisson, l'enfant, l'adolescent et le sujet âgé.

Environ 2,5 millions de personnes sont atteintes de la maladie en France.

Le psoriasis se caractérise par une prédisposition génétique.

L'interaction entre des gènes de susceptibilité au psoriasis et des facteurs déclenchants environnementaux est à l'origine de l'apparition des lésions. Le phénomène initial est une réaction inflammatoire dermique qui provoque, entre autre, le renouvellement accéléré et anormal des kératinocytes (cellules constituant l'épiderme).

Ainsi, le renouvellement épidermique, qui habituellement prend 28 jours, se fait alors en 5 à 7 jours. Ce phénomène, évoluant par poussées, est responsable des plaques rouges recouvertes de pellicules blanchâtres qu'on appelle les squames.

Ces plaques peuvent apparaître à différents endroits du corps, le plus souvent sur les coudes, les genoux et le cuir chevelu.

Non contagieux, le psoriasis est donc sous-tendu par une composante génétique et immunologique qui, sous l'influence de facteurs environnementaux, contribue à l'apparition de la maladie.

Les différentes formes de psoriasis Il existe plusieurs formes cliniques de psoriasis :

  • Le psoriasis en plaques : c'est la forme la plus habituelle de la maladie : 80 % des cas. Il se caractérise par des plaques rouges, épaisses, arrondies ou ovales et recouvertes de squames blanches.
    Localisation : cuir chevelu, les coudes, les genoux et la région lombaire.
  • Le psoriasis en gouttes : il concerne 10 % des cas et touche généralement les enfants et les adolescents. Il se manifeste de façon soudaine, souvent à la suite d'une infection, par des petites plaques en forme de gouttes qui blanchissent rapidement.
    Localisation : membres et tronc.
  • Le psoriasis pustuleux : les plaques inflammatoires sont surmontées de pustules blanc-jaunâtre. Malgré cet aspect «pustuleux», il ne s'agit pas d'un pus infectieux.
    Localisation : paume des mains et plante des pieds, beaucoup plus rarement psoriasis pustuleux généralisé.
  • Le psoriasis inversé : les lésions se situent alors dans les plis et se caractérisent par des plaques rouges, lisses non squameuses.
    Localisation : plis inguinaux, axillaires, sous-mammaires ou inter-fessier et nombril.
  • Le psoriasis érythrodermique : c'est la forme la plus rare mais la plus grave. Ce psoriasis est une inflammation de la peau combinée à une desquamation plus ou moins importante, parfois absente, étendue à l'ensemble de la peau. Elle est généralement accompagnée de fièvres, frissons et nécessite une prise en charge rapide en hospitalisation.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS ?

Le psoriasis est une maladie dont on ne guérit pas, au même titre que l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie ou le diabète. Mais c'est une maladie dont on peut maîtriser les poussées.

Les traitements ont pour objectif de lutter contre l'inflammation et le renouvellement accéléré des kératinocytes, et d'obtenir le «blanchiment» des plaques. Parallèlement, le patient retrouve un «bien-être» cutané, soulagé de ses démangeaisons, de ses douleurs et de la desquamation incessante de ses plaques.

Il existe différents types de traitements, qui sont fréquemment associés car complémentaires :

Les traitements locaux

En complément d'une bonne hydratation de la peau, les traitements locaux agissent directement sur les plaques. Ces traitements dits «d'attaque» permettent d'atténuer les démangeaisons, le grattage entretenant les plaques.

  • Les dermocorticoïdes existent sous des formes galéniques multiples, pommade, crème mais aussi lotion, gel, shampooing ou mousse, à adapter à chaque localisation. Leur action est rapide, en particulier sur l'inflammation et les démangeaisons.
    Cependant, ce traitement doit être limité dans le temps. La surface cutanée traitée ne doit pas être trop étendue. L'arrêt brutal du dermocorticoïde peut être suivi d'un «effet rebond» (récidive importante à l'arrêt du traitement), ce qui implique une diminution progressive de la fréquence des applications.
  • Les dérivés de la vitamine D sont utiles en traitement d'entretien, en relais des dermocorticoïdes, car le délai d'action est plus long. Ils sont parfois irritants sur les zones de peau fine.
  • Les rétinoïdes locaux sont peu utilisés car souvent très irritants.
    L'association de vitamine D et dermocorticoïde est, actuellement, le traitement local le plus souvent utilisé en première intention.

La photothérapie et la puvathérapie

Chez 9 patients sur 10, les rayons du soleil améliorent le psoriasis. Ces traitements sont adaptés pour reproduire les bienfaits du rayonnement solaire. Ils sont effectués sous surveillance médicale, avec un décompte du nombre de séances pour chaque individu.

  • La puvathérapie, traitement de courte durée, associe une exposition au rayonnement UVA et la prise d'un médicament photo-sensibilisant, le psoralène. Ce traitement apporte une amélioration significative des lésions au bout de deux mois, à raison de 2 à 3 séances par semaine.
  • La photothérapie UVB spectre étroit a pour avantage de ne pas nécessiter la prise d'un psoralène. Ce traitement d'une durée d'un mois et demi à deux mois à raison de 2 à 3 séances par semaine permet le blanchiment des plaques au bout de 4 à 6 semaines. C'est la photothérapie la plus utilisée actuellement.
    Quelle que soit la photothérapie, le nombre de séances doit être limité à 150 à 200 séances pour une vie, afin de prévenir l'apparition de cancers cutanés à long terme.

Les traitements systémiques(par voie orale ou injection)

Ils sont indiqués dans les psoriasis modérés ou sévères. Ces médicaments luttent contre l'inflammation qui sous-tend le psoriasis et la prolifération kératinocytaire.

  • Les rétinoïdes oraux dérivés de la vitamine A : ils sont plus efficaces sur le psoriasis pustuleux ou érythrodermique que sur le psoriasis en plaques. C'est un traitement de fond, souvent utilisé en complément de la puvathérapie.
  • La ciclosporine orale est un traitement très efficace et d'action rapide. Son utilisation doit cependant être surveillée et limitée dans le temps du fait de sa toxicité rénale et de nombreuses interactions médicamenteuses.
  • Le méthotrexate est un traitement de fond. C'est un médicament utilisé depuis longtemps, peu onéreux et très utile pour les psoriasis modérés à sévères, avec ou sans atteinte articulaire. Sa prise est hebdomadaire, soit par voie orale, soit en injection sous-cutanée.
  • Les biothérapies : les anti-TNFα ou anti-IL12/IL23 sont les traitements les plus récents du psoriasis. Cette nouvelle classe de médicaments, administrés par perfusion ou en injection sous-cutanée, constitue un grand progrès pour les patients dont le psoriasis résiste aux traitements systémiques précédemment cités. Ils ont pour particularité de cibler une molécule précise de l'inflammation. De nouvelles biothérapies sont attendues très prochainement.


La cure thermale : il est conseillé de faire une cure de trois semaines chaque année pendant trois ans. Loin du stress et des tracas du quotidien, la cure thermale rend «zen». On prend soin de soi et on se soigne !

VRAI/FAUX : STOP AUX IDÉES REÇUES !

Le psoriasis est lié au stress et à des problèmes psychologiques

FAUX : le psoriasis n'est pas une maladie psychologique. Elle se déclare généralement par une forte émotion (positive ou négative) mais n'est pas la cause de son apparition.

Le psoriasis est une maladie contagieuse

FAUX : le psoriasis n'est pas contagieux. Une personne atteinte de la maladie ne peut pas la transmettre, ni par le toucher, ni par les vêtements, ni par contact physique. Son origine est multifactorielle (génétique, immunologie...).

Le psoriasis peut être héréditaire

VRAI : pour 40 % des patients, un ou plusieurs membres de leur famille sont atteints par la maladie. Si l'un des deux parents est atteint, le risque pour l'enfant de souffrir de la maladie varie de 5 à 10 %.

Une personne peut souffrir de rhumatisme psoriasique sans avoir de psoriasis cutané

VRAI : il arrive, dans certains cas rares, que le rhumatisme psoriasique précède l'apparition du psoriasis cutané.

Le soleil (avec modération) est efficace contre la maladie

VRAI : pour 90 % des patients, des expositions courtes et régulières au soleil (avec une protection solaire) peuvent limiter une crise de psoriasis. Mais attention aux coups de soleil et à une exposition trop forte qui peuvent aggraver les symptômes.

La rémission est possible

VRAI : grâce à la recherche, l'impact du psoriasis peut désormais être diminué voire disparaître. On parle alors de blanchiment des plaques, et non de guérison, ce qui a pour effet d'atténuer ou de supprimer les démangeaisons et la desquamation.

Deux phases sont à prendre en considération dans le traitement de la maladie : la phase «d'attaque» qui vise à réduire et éliminer les plaques existantes et la phase «d'entretien» qui vise à empêcher l'apparition de nouvelles plaques.

Le psoriasis touche uniquement les parties externes de la peau

FAUX : les études actuelles semblent démontrer que le psoriasis, dans sa forme étendue, est associé à des facteurs de risques cardio-vasculaires, tels que l'obésité, les dyslipidémies, le diabète...

Une prise en charge «globale» des patients est donc nécessaire et elle ne doit pas se limiter à la peau !

CHIFFRES CLÉS

• 2,5 millions de Français touchés par le psoriasis.
• 60 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année.
• 1 patient sur 2 ne se soigne pas, ce qui entraine parfois de lourdes conséquences.

France Psoriasis. Tél. 01 42 39 02 55. e-mail : info@francepsoriasis.org
www.francepsoriasis.org

11443 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :