Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°730 Novembre 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Parcours d'esthéticienne : création d'un spa

Par Valérie Obadia
N°650 Juillet-Août 2012
Laure Lucien tourne le dos à son métier de restauratrice. Profitant de l’achat d’une maison, elle décide d’ouvrir un spa. Témoignage d’une réussite.

Laure Lucien, 42 ans, mène une vie heureuse en Normandie. Elle a créé une maison d'hôtes et un spa, il y a 5 ans. Le succès a été rapide. Pas de réservation de séjour possible dans «La Petite Maison» avant cinq mois !

Les Parisiens et les Belges qui y séjournent apprécient de se faire dorloter au spa. «Ces chambres d'hôtes ont boosté le chiffre d'affaires du spa», constate avec plaisir Laure Lucien. Une réussite qui ne s'est pas faite en un jour. Le temps de vivre un autre métier, de passer le CAP d'Esthétique et de se lancer à son compte.

«Lorsque j'étais enfant, j'adorais accompagner ma Maman dans les instituts de beauté, raconte Lucie. Dès mon adolescence, j'ai fait à mon tour des soins. J'ai toujours eu le goût de la beauté, du bien-être.» Son Bac G2 en poche, Laure passe un DEUG à la faculté de Rouen au département AES, Administration Économique et Social. Elle travaille dans un cabinet comptable. Parcours classique ! «Lorsque j'ai rencontré mon mari, je l'ai suivi pour monter un restaurant à Mers-Les-Bains, une station balnéaire à côté du Tréport et de Dieppe. Je l'ai aidé dans la gestion, l'accueil des clients, le service. Mais ce n'était pas ma vocation, lâche Laure. Ce qui me plaisait, c'était de me baigner l'après-midi ! Puis, j'ai pris un congé parental pendant trois ans afin d'allaiter mes deux enfants qui ont deux ans d'écart.»

spa, esthétique, parcours d'esthéticienne

Dans la petite ville d'Eu (8 000 habitants), Laure avait repéré une maison abandonnée du 17ème siècle. Mais elle n'était pas à vendre. Un jour, le notaire annonce que les propriétaires sont disposés à céder cette maison. Laure et son mari achètent cette maison en 1999. Composée de deux bâtiments et d'une cour intérieure, Laure décide de créer un hammam et un sauna dans la petite maison attenante. Coût de l'opération : 8 000 euros avec un joli hammam en faïence dans les tons gris et bleu et des équipements Tylo. «Ça coûte cher. Mais c'est une excellente marque. Depuis l'installation il y a huit ans, l'équipement tient toujours le coup ! Le bois du sauna est toujours impeccable», commente Laure.

Pas de concurrence dans les environs. Le tarif ? 16 euros par personne pour une durée indéterminée et sur rendez-vous. La remise de peignoirs, chaussons et serviettes ainsi que l'accès à la tisanerie sont compris dans le prix. Il n'y a pas d'autres hammam et sauna dans le coin. C'est une exclusivité ! Très vite les clients arrivent. La jeune femme se prend au jeu de son nouveau métier. Elle se forme aux massages -le massage suédois en priorité- à l'École Azenday à Paris.

«Mon beau-frère kinésithérapeute m'a mise en garde : «Tu ne peux pas faire de massage sans diplôme», raconte Laure. Aussi, je me suis inscrite à 37 ans à l'École Catherine Lorène pour préparer le CAP d'Esthétique dans le cadre du CFA, Centre de formation des adultes, à Rouen. Mais, j'avais déjà une activité professionnelle et peu de temps disponible. J'ai donc suivi les cours théoriques par correspondance via le CNED. J'avais des interrogations écrites que je renvoyais et qui étaient notées avec les appréciations des professeurs. Bachelière, j'étais dispensée de certains cours comme les mathématiques et l'histoire. Travaillant tous les après-midi et soirs, j'ai préparé en six mois -au lieu de deux ans- le CAP. Le plus difficile, c'était les sciences naturelles ! Par ailleurs, une amie, qui a été esthéticienne pendant 20 ans et est revenue dans la région après avoir arrêté sa carrière, m'a donné des cours individuels. Une chance d'avoir mon professeur personnel trois fois par semaine ! Tout y est passé : les soins du visage, l'épilation, la manucurie...»

En 2007, Laure obtient son CAP avec un 13 de moyenne concernant l'épreuve pratique.
En quatre heures, elle devait faire des soins à une jeune femme qui venait d'accoucher et avait la peau grasse : épilation des sourcils et du maillot, soin du visage, french manucure, maquillage de jour. Pour l'épreuve dessin, elle obtient un 19 sur 20. Une note dont elle n'est pas peu fière !

30 % D'HOMMES ADEPTES DES MASSAGES

 

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Par Valérie Obadia
10517 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :