Newsletter

Sur le même thème

Soins homme
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

2 1 5 1

Stress, transpiration : conseillez vos clients

N°639 Juillet-Août 2011
Gillette a fait réaliser une étude sur les rituels des soins des hommes en Europe. 12 000 hommes et femmes ont été interrogés. Leurs témoignages vous intéresseront au plus haut point. Ils vous permettront de mieux conseiller vos clients et de mieux répondre à leurs préoccupations.

UNE VIE À 100 À L’HEURE !

Les hommes aiment garder le contrôle en toute situation ! Pour donner la meilleure image d’eux-mêmes et se sentir confiants tout au long de la journée, ils ont besoin de gestes simples et efficaces. Produit de soin n° 3 après le rasoir et le savon, le déodorant n’est pas un geste anodin, mais une étape essentielle de la préparation quotidienne des hommes. Il doit leur permettre d’avoir la confiance nécessaire pour se sentir performants quand il le faut ! Dans une société marquée par de fortes pressions, les hommes doivent faire face à de nombreuses exigences, aussi bien dans leur vie personnelle que professionnelle. En tant qu’expert des hommes, Gillette l’a bien compris ! L’étude internationale «L’homme moderne et sa réussite» menée pour le compte de Gillette en 2008 a montré que 76 % des hommes dans le monde sont tenus à une obligation de résultat et que leur capacité à gérer la pression est un facteur de réussite. Soucieux de contrôler les odeurs de transpiration, ils ne veulent pas donner l’impression d’une personne nerveuse et pour cela, ils ont besoin de faire avant tout confiance à leur déodorant.

ÊTRE TOUJOURS SÛR DE SOI

La sudation et les mauvaises odeurs sont devenues socialement inacceptables dans certaines cultures où elles sont associées au manque d’hygiène, à la nervosité et à l’incompétence. Selon David Moxon, psychologue en Santé Publique au Royaume-Uni, «La peur que les autres interprètent l’odeur de transpiration comme l’indice de quelque chose de plus grave, comme un manque d’hygiène ou de compétence, peut contrarier la productivité d’un homme qui subit des pressions». Personne ne veut être celui qui transpire ! Donner une bonne image de soi est un objectif quotidien pour les hommes. Même dans des situations de pression et de stress, l’orgueil masculin les pousse souvent à affirmer qu’ils se sentent parfaitement bien alors que des manifestations physiques démontrent le contraire.

RÉGULER LA TRANSPIRATION

La sudation est un phénomène nécessaire qui, sous le contrôle de l’hypothalamus, assure la régulation de la température interne de l’organisme ainsi que l’élimination de la sueur et des résidus de la circulation sanguine. Avec le sébum, elle contribue au film hydrolipidique. Il existe deux types de sudation, chacune d’elles étant liée à un type de glandes sudoripares :

  • 1. La sudation physique ou thermique, produite par les glandes eccrines qui s’activent par exemple lors d’un effort physique
    Les glandes eccrines se situent principalement sur la paume des mains, la plante des pieds et le front. La sueur qu’elles sécrètent est inodore et composée à 99 % d’eau. Elles permettent de refroidir l’organisme en évaporant de l’eau à la surface de la peau.
  • 2. La sudation émotionnelle ou psychique, produite par les glandes apocrines et intimement liée au stress
    Les glandes apocrines sont annexées au poil et donc localisées principalement au niveau des aisselles et de l’aine. La sudation qu’elles provoquent résulte principalement de stimuli émotionnels importants. Elle se compose d’eau et de nutriments (lipides et protéines) qui, sous l’influence du pH légèrement alcalin, vont être dégradés par la flore bactérienne. C’est ainsi qu’apparaissent composants et molécules volatiles malodorants lorsque l’on est stressé ou nerveux.

La sudation est nécessaire mais lorsqu’elle devient excessive ou incontrôlée, elle peut devenir gênante pour soi-même ou pour les autres.

PEUR ET SUDATION

Gillette a travaillé en collaboration avec le psychologue anglais, David Moxon, pour identifier ce que l’on appelle le «cycle de la peur» chez les hommes. Selon David Moxon, «La production de l’odeur de transpiration peut entraîner une transpiration émotionnelle qui, à son tour, provoque une transpiration due au stress qui va renforcer l’odeur de transpiration. Ainsi, plus un homme redoute de sentir la transpiration, plus son corps transpire».

COMMENT APPRIVOISER LE STRESS ?

Oscar Sisto, Professeur de Théâtre, vous explique comment aider vos clients à apprivoiser le stress, un de leurs pires ennemis. Tout le monde est victime un jour ou l’autre du stress, «d’un mal-être du moment» qui se manifeste sournoisement et directement sous forme de phénomènes et d’actions physiques qui nous dépassent et que l’on croit ne plus pouvoir contrôler : tensions des épaules et du cou, mains crispées ou moites, gestes parasites récurrents, etc. Notre comportement n’est soudain plus le même et l’on se sent amoindri, sans repère. Et lorsque l’on croit en être venu à bout, il suffit que les cartes soient soudainement redistribuées (autre lieu, nouveaux interlocuteurs, contexte) pour que notre «propre ennemi» resurgisse de plus belle.

On dit souvent au théâtre que la première chose naturelle qui arrive chez l’acteur est le trac. Des études neurologiques ont montré que nous avons plusieurs centaines de pensées par minute. De ces pensées se créent des films (et si je commets une erreur... et si le résultat n’est pas bien... et si les gens s’ennuient...) qui ont une influence directe sur le physique (picotements, sueur) puis sur le comportement (nervosité, agacement). Il faut donc éviter de trop réfléchir et essayer d’être dans l’action plus que dans la réflexion.

Quelques conseils pour ne pas subir ce stress

Il faut savoir comment, en quelques minutes, anticiper ce que les pensées font subir au corps.

Les glandes sudoripares vaprocines ne fonctionnant pas encore les bébés ne dégagent pas d'odeur corporelle désagréable. Homme et femmes disposent de 2 à 5 millions de glandes sudoripares eccrines (entre 100 et 200/cm² chez l'adulte).

De part leur pilosité , les hommes ont une activité sudorale plus importante que les femmes. Il y a plus de chance de rater un test au détecteur de mensonges que lorsque l'on transpire puisqu'il mesure les fluctutions de la conductance cutanée en fonction de la transpiration.. L'odeur corporelle de chaque individu est différente car génétiquement déterminée.

ASTUCES :

  • Pour enlever les traces jaunes sur les vêtments dues à la transpiration : appliquer un coton imbibé d'ammoniaque à 28% ou de vinaigre blac.
  • Pour enlever l'effet blanc cartonneurx sur un tee-shirt ou une chemise : lors du repassage, poser une feuille de papier absorbant et repasser avec un fer chaud.

1. Respirer

Conseillez à votre client de ne pas attendre que son corps le bloque ou le piège. Pour cela, la chose primordiale et la plus naturelle au monde est la respiration. Sans s’en rendre compte, votre client se retrouve souvent en apnée et une respiration ténue ou inexistante le rend inévitablement fragile : son corps n’est plus oxygéné, des tensions apparaissent, ses muscles se raidissent et ses idées elles-mêmes ou la liberté de parole ne viennent plus.
Conseillez-lui d’associer le mot «inspiration», qui évoque un acte créatif, avec «l’inspiration», acte vital d’oxygéner le cerveau.

2. Se déresponsabiliser

Le trac ou le stress apparaissent lorsque votre client se sent «un poids sur les épaules», qu’il se sent jugé ou lorsque de son efficacité dépend un résultat. Lors d’une réunion, d’un colloque ou même d’un simple dîner, il s’imagine qu’il délivre à l’autre un message qui va lui apporter des informations et l’enrichir personnellement. Il lui est ainsi facile de se sentir plus impliqué dans son discours qui prendra alors un sens véritable.

3. Se concentrer

Le fait de s’intéresser à quelque chose d’extérieur à lui-même fait oublier ses peurs à votre client. C’est à ce moment-là que sa force et ses atouts apparaissent qu’il le veuille ou non. Il ne doit pas subir ce qu’il dit mais se l’approprier pleinement ! Il empêchera ainsi la peur de venir s’installer et son corps retrouvera alors sa place et sa liberté.

 

284 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :