Newsletter

Sur le même thème

Bio
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°727 Juillet-Août 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Bio : exigez l'original !

Par Michel Knittel , Manasa Conseil
N°721 Janvier 2019
La cosmétique bio affiche dans le monde un taux de croissance de l’ordre de 10 %, alors que la cosmétique conventionnelle ne croît quasiment plus. Le marché bio attire donc les convoitises des grands groupes industriels dont l'intérêt est purement commercial.

«INSPIRÉ» OU
«PROCHE DU NATUREL» !

La croissance presque insolente des ventes des produits bio et «verts» en fait un marché qui attire les convoitises.

«Bio», «Naturel», «Inspiré du naturel»... les consommateurs non avertis ont de quoi s'y perdre.

Certes, les cosmétiques conçus sur base de chimie conventionnelle et pour lesquels les ingrédients issus de l'agriculture biologique ne sont pas une condition sine qua non respectent totalement, sans la moindre faille, la réglementation. Mais face à ces consommateurs, de plus en plus nombreux, qui veulent des produits réellement et totalement sur base naturelle, on ne peut que regretter cette confusion.

D'autant plus que la confusion est aussi entretenue par les distributeurs conventionnels, c'est-à-dire les circuits de vente qui n'ont pas fait du bio et du naturel leur raison d'être : grande distribution, parfumerie, pharmacie, parapharmacie, coiffeurs, etc.

Ces distributeurs mélangent de plus en plus dans leurs rayons des produits certifiés bio, des produits «inspirés du naturels» et bien entendu des produits dont seuls certains actifs sont naturels mais mis en avant pour «surfer sur la vague».

Des cosémtiques bio
en vente partout

Fin septembre 2018, nous étions comme chaque année au Naturkosmetik Branchenkongress de Berlin, «le» congrès européen de la cosmétique naturelle et bio. Qu'y avons-nous vu ? Justement toute l'ambiguïté autour des cosmétiques naturels dans la distribution conventionnelle, qui ne veut pas, elle non plus, manquer de tirer parti des attentes des consommateurs.

C'est notamment le cas du circuit des drogueries. Oubliez ce que signifie ce mot en France, où ce type de magasin a quasiment disparu. En Allemagne, ces milliers de supermarchés en libre-service sont un croisement entre parapharmacies et parfumeries, et même de plus en plus magasins alimentaires.

Ces drogueries sont le 1er lieu de vente pour la cosmétique en Allemagne, réalisant par exemple 42 % des ventes de cosmétiques certifiés. Mais ces drogueries ne vendent pas que du certifié, loin de là : on y trouve toutes les marques internationales vendues chez nous en grande distribution ou en parfumerie.

Or, en août 2018, Budni, à l'origine entreprise régionale du nord de l'Allemagne, a ouvert son premier magasin à Berlin, qui n'a plus rien à voir avec une droguerie, ressemblant bien plus, en raison de son énorme assortiment alimentaire (y compris du frais) à un supermarché bio.

 

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Par Michel Knittel , Manasa Conseil
13064 Votez
Retour aux articles

Commentaires

  • BARROY MELEY 06/01/2019
    Je souhaite proposer de nouveaux soins à mes client(e)s, et j'aimerais rentrer, pour cela une marque bio (soins cabine et revente). Quelles sont les marques bio sérieuses qui proposent ce type de produits? Merci pour votre réponse
    Signaler un contenu abusif

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :