Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°725 Mai 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Une nouvelle technique de mésothérapie sans aiguille : les champs électro-magnétiques

Par Dominique Redureau , Président de l’IFREC, Professeur Associé de l’Institut Français de Physiothérapie
N°678 Février 2015
Une nouvelle technique vient d’apparaître sur le marché et l’on peut déjà prédire qu’elle va prendre une importance croissante dans vos soins : il s’agit de l’émulation de l’absorption cutanée grâce à des champs électro-magnétiques spécialement conçus pour cette fonction.

LA PROBLÉMATIQUE DE L'ABSORPTION CUTANÉE

Rappelons d'abord quelques notions élémentaires. Par définition, l'absorption cutanée correspond au transfert d'une substance médicamenteuse ou cosmétologique à travers la peau, depuis le milieu extérieur vers le sang.

Elle se réalise donc en deux temps :

1. Pénétration puis perméation d'un produit dans les différentes couches de la peau.

2. Résorption des résidus par la circulation de retour (veineuse ou lymphatique).

Donc, contrairement à une idée reçue, le concept d'absorption cutanée ne se limite pas à la simple introduction d'un produit xénobiotique à la surface de la peau, mais correspond au cycle complet du parcours cutané d'une substance depuis son «entrée» jusqu'à sa «sortie».

D'ailleurs, il est assez curieux de constater que de nombreuses théories sont proposées sur la pénétration des produits dans la peau, mais que l'on ne s'intéresse finalement assez peu et très rarement à l'élimination des résidus de ces matières comme si, par exemple, une crème de jour devait indéfiniment demeurer dans le tissu cutané après son application...

Cela s'explique probablement par le fait que, si l'élimination est relativement aisée grâce à la micro-circulation qui est très riche, la pénétration s'avère beaucoup plus complexe puisque les couches supérieures de l'épiderme sont physiologiquement conçues pour s'y opposer.

Donc, la question qui se pose en pratique est très simple : comment faire pénétrer une substance dans la peau ? Autrement dit, comment contourner la fonction «barrière» de la couche cornée de l'épiderme dont il faut souligner qu'elle a vocation à s'exercer dans les deux sens, d'abord, pour empêcher la pénétration de substances intrusives, mais également pour s'opposer aux fuites d'eau ou d'électrolytes.

Les pharmacologues et les cosmétologues ont l'habitude d'expliquer dans leur enseignement que pour pouvoir faire pénétrer un produit, il faut «leurrer» la couche cornée de l'épiderme. Autrement dit, exploiter le fait que son imperméabilité théorique n'est pas infaillible et qu'elle peut présenter, dans certains cas, une relative perméabilité.

On sait qu'un produit (médicamenteux ou cosmétologique) que l'on souhaite faire passer par voie transcutanée est constitué de molécules actives qui sont savamment incluses dans une formulation (pommade, crème, gel, sérum...).

Lors du contact de ces molécules avec la peau, l'absorption va se dérouler classiquement en trois phases (imprégnation, remplissage avec égalisation des concentrations, puis absorption finale) qui répondent à des lois physiques assez complexes (Lois de Fick). C'est naturellement la dernière phase qui est la plus délicate, dans la mesure où il faut tenir compte de deux types de facteurs :

  • Ceux qui sont liés à la peau elle-même (il est plus facile de faire pénétrer un produit au niveau du contour des yeux où la peau est très fine qu'à celui de la plante du pied où le terme de «couche cornée» prend tout son sens !)
  • Ceux qui sont liés aux principes actifs du produit et qui dépendent en grande partie de leur poids moléculaire (à l'évidence, plus ce dernier est élevé, plus la difficulté est grande).

C'est en fonction de ces facteurs que l'on va déterminer le modèle de diffusion le plus approprié.

LES MODÈLES DE DIFFUSION

Il en existe deux :

  • la diffusion passive,
  • la diffusion forcée.

La diffusion passive

Il s'agit d'un phénomène qui permet d'égaliser des concentrations entre les trois compartiments concernés par les lois de Fick : le donneur (produit), la membrane (couche cornée) et le receveur (la peau). C'est ce qui se produit à chaque fois que l'on applique manuellement un produit sur la peau. Il pénètre «passivement» puisqu'aucune énergie autre que celle de la pulpe des doigts ne favorise son introduction.

Mais, il y a un «bémol» et il est de taille : pour que la diffusion passive fonctionne, il est nécessaire que le poids moléculaire des ingrédients ne dépasse pas une certaine limite qui se situe entre 500 et 1.000 Daltons (Da) selon les cas. Au-delà, toute introduction s'avère illusoire, ce qui fait que de nombreuses molécules sont exclues de ce modèle diffusionnel.

La diffusion forcée

Lorsqu'il existe des facteurs qui empêchent la diffusion passive, il faut recourir à la diffusion forcée qui, comme son nom l'indique parfaitement, est destinée à «forcer le passage» au niveau de la couche cornée de l'épiderme.

Les moyens utilisés portent le nom de «promoteurs d'absorption» et sont de deux types :

  • soit chimiques (les systèmes auto-organisés comme les liposomes en ont constitué un excellent exemple, parmi d'autres),
  • soit physiques (par apport contrôlé d'une énergie externe).

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Par Dominique Redureau , Président de l’IFREC, Professeur Associé de l’Institut Français de Physiothérapie

Dominique Redureau, Président de l'IFREC,
Professeur Associé à l'Institut Français de Physiothérapie,
Attaché à l'Hôpital Européen de Paris
e-mail : ifrec.paris@orange.fr

Pour tous renseignements concernant le Wishpro,
contactez Philippe Prevot.
e-mail : contact@wishpro-france.com
www.wishpro-france.com

Cliché Lunamiarina

11741 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :