Newsletter

Sur le même thème

Actifs
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°709 Décembre 2017

Numéros précédents

4 1 5 1

LA CAROTTE

Par Josiane Laure
N°654 Décembre 2012
Cette racine orange que l'on consomme depuis la nuit des temps, dans le monde entier à de grands pouvoirs...

La carotte de nos jardins (Daucus carota) de la famille des ombellifères, appelée autrefois pastonade, a été obtenue par l'amélioration patiente de la carotte sauvage au cours des siècles. Les deux espèces ont des caractères botaniques semblables ; cependant, la racine de l'espèce sauvage est blanche, plus petite et coriace.
Pline appelait la carotte pastinaca gallica (nourriture de Gaulois), ce qui laisse supposer qu'elle était le légume privilégié des Gaulois !

PROPRIÉTÉS THÉRAPEUTIQUES

Remède populaire par excellence de la jaunisse, la carotte est considérée depuis bien longtemps comme l'amie du foie. En cas d'irritation, gastro-hépatique, elle régularise les fonctions intestinales aussi bien dans la constipation que dans la diarrhée. De nombreux travaux ont démontré l'extraordinaire efficacité de la carotte dans les traitements des dyspepsies aigues et des diarrhées du nourrisson. Son emploi est couramment indiqué dans ces affections, que ce soit sous forme de préparation pharmaceutique ou simplement en purée ou en soupe.
Cette précieuse racine a la propriété d'augmenter de 10 % le volume de l'urine et la quantité d'acide urique éliminé, aussi estelle recommandée contre les rhumatismes, l'arthritisme, la goutte.

LES BIENFAITS DE LA VITAMINE A

L'intérêt nutritionnel et thérapeutique de la carotte est dû avant tout à sa teneur particulièrement élevée en provitamine A* ou carotène. De ce fait, elle est indiquée pour favoriser la croissance, la résistance aux infections, l'acuité visuelle, le bon état des tissus en général et des tissus épithéliaux en particulier (cornée, intestin, voies respiratoires).

Par ailleurs, certains chercheurs ont démontré que le carotène avait une action sur la régénération des globules rouges, ce qui fait de la carotte un «aliment-remède» recommandé en cas d'anémie, aux personnes fatiguées ou convalescentes. Les semences, quant à elles, ont des propriétés digestives, apéritives, carminatives, galactogènes, vermifuges ; elles se préparent en infusion à raison d'une cuillère à café par tasse.

Pour toutes ces raisons, il est vivement recommandé de manger des carottes et de boire du jus de carotte le plus souvent possible.

USAGES EXTERNES ET ESTHÉTIQUES

Les cataplasmes obtenus avec de la pulpe fraîchement et finement râpée ont à la fois un pouvoir cicatrisant, anagésique et antihémorragique dans les ulcérations ; ils peuvent également être utilisés contre les brûlures. La lotion de jus de carotte constitue un remarquable remède contre les dartres.

En esthétique, la carotte est utilisée contre le vieillissement de la peau. Elle nourrit et régénère la peau, lui redonne souplesse et fraîcheur, atténue les taches qui apparaissent avec l'âge, se montre un anti-rides efficace.
Le jus peut être appliqué en lotion, la pulpe servir à la fabrication de masques ou de macérats* huileux..

* Provitamine A

Contrairement à l'idée reçue, la carotte ne renferme pas de la vitamine A, mais de la provitamine A. La vitamine A n'est présente que dans les aliments d'origine animale.
Cependant, de nombreux végétaux renferment des substances, les carotinoïdes (provitamine A), qui se transforment dans l'organisme en rétinol, autrement dit, en vitamines A.
Sources intéressantes sous forme de rétinol : foie (poissons, boeuf, veau, porc), beurre, laitages crémeux,
jaune d'oeuf.
Sources intéressantes sous forme de carotinoïdes : carottes, betteraves, salades vertes (pissenlit, mâche, cresson, laitue, chicorée),
tomates, épinards, potiron, fruits (abricots, kakis, cerises, melon, pêches), farine de maïs jaune (le maïs blanc en est dépourvu).

* Macérat

Un macérât ou macéré est le produit que l'on obtient par macération. La macération est une opération très simple qui consiste à mettre en contact, à froid, pendant un temps parfois très long, des plantes avec un liquide. Ce peut être de l'alcool (alcoolature d'ail), du vin (vin de gentiane), de l'huile (macérât huileux de carotte). Les macérations à l'eau sont moins courantes car elles présentent l'inconvénient de fermenter facilement.

Josiane Laure. Les Secrets de Laure.
Tél : 04 78 55 56 00.
e-mail : contact@secrets-de-laure.fr
www.secrets-de-laure.fr

Cliché Vencav Fotolia

10662 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :