Newsletter

Sur le même thème

Massage
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°721 Janvier 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

J'ai testé : Les massages aux tampons

Par Sophie Meyer
N°643 Décembre 2011
J’ai décidé d’aller tester pour vous des massages aux tampons chauds, c’est-à-dire des protocoles dépaysants, réconfortants et revitalisants, enfin normalement...

ESCALE DÉPAYSANTE AU COEUR DE LA THAÏLANDE


Pour commencer cette série de tests sur les massages aux tampons, je décide tout naturellement de me rendre dans un spa parisien du 9ème arrondissement spécialisé dans les techniques de massage thaï. Je découvre une imposante porte aux boiseries asiatiques, et, une fois son seuil franchi, une sensation de bien-être m'envahit immédiatement. Je me retrouve dans un décor extrêmement raffiné qui me plonge instantanément dans une ambiance unique et dépaysante.

La décoration des lieux particulièrement soignée est riche en boiseries, drapés, bougies et nombreux objets traditionnels. Par son atmosphère, ce spa authentique ouvre grandes les portes de l'art de vivre et des moeurs traditionnels thaïlandais. J'ai pris soin de réserver, mais une fois sur place, j'observe qu'avec ou sans rendez-vous, la clientèle est toujours reçue avec un large sourire. J'apprends également que toutes les masseuses sont issues de la célèbre école de formation de Wat Po à Bangkok et reprennent donc dans les règles de l'art tout le savoir-faire thaïlandais basé sur des techniques ancestrales transmises de génération en génération. Une praticienne me prend très rapidement en charge. Elle m'offre une infusion de plantes et nous commençons immédiatement à échanger sur cette technique particulière de massage aux tampons du Siam ou Herbal Siam. J'apprends ainsi que ce soin traditionnel, également appelé Nuad Plakob, garantit une détente absolue grâce aux bienfaits des plantes médicinales contenues dans les ballotins chauffés à la vapeur.

Tout en m'accompagnant en cabine, elle m'explique aussi que le spa offre également des gommages et des séances de hammam. En pénétrant dans la cabine, c'est tout un monde qui vient m'imprégner, par ses odeurs, ainsi que ses matières et ses couleurs, grâce aux pièces uniques chinées et rapportées directement de Thaïlande. Ma praticienne qui parle très bien le français poursuit ses explications et elleme précise donc que ce massage Nuad Plakob est un soin qui complète idéalement une séance de Nuad Bo'rarn ou massage thaï traditionnel au sol.

Elle m'explique que ce massage garantit une détente absolue et qu'il est particulièrement indiqué pourles personnes anxieuses. J'apprends également que le Nuad Plakob se situe entre massage et aromathérapie et que ce soin herbal est une tradition ancestrale initiée par des moines vivant au Siam. Après avoir fait sécher au soleil des centaines de plantes, les herbes sont enroulées dans des tissus de lin formant des bourses compactes. À base de mouvements circulaires appliqués sur la totalité du corps, ce massage est source de vitalité. Ma masseuse me montre alors les tampons qu'elle va utiliser sur moi. Elle me confie qu'ils contiennent un mélange de 12 plantes et épices fraîches (bergamote, curcuma, tamara, acacia, citronnelle, gingembre, camphre, eucalyptus, sésame noir, riz, etc.)

Ma séance va donc se dérouler au sol sur un futon et commencer par un massage équilibrant aux huiles essentielles qui fait disparaître noeuds et tensions, puis ma masseuse, après avoir chauffé à la vapeur les «tampons de Siam», va me les appliquer sur l'ensemble du corps. Ces compresses relativement chaudes sont posées en pressions légères, puis plus appuyées le long des méridiens ainsi que sur les muscles endoloris et les zones de tension. Ma praticienne va alterner des pressions palmaires et l'application des tampons chauds, ce qui est très agréable.

Résultat, mes douleurs sont soulagées, ma peau est douce et apaisée, mon corps délié et mes toxines éliminées. Placés au bon endroit, la puissance naturelle de ces tampons d'herbes a un véritable effet de fontaine de jouvence, la circulation veineuse est stimulée et l'esprit apaisé. Les points d'énergie se débloquent et une nouvelle vitalité pénètre le corps tout entier.

Après plus d'une heure quarante de soin, je ressors sur un petit nuage, totalement relaxée et déconnectée des affres de la trépidante vie parisienne. Ma praticienne me propose une nouvelle infusion de plantes avant de me raccompagner très aimablement et je dois bien l'avouer, je ne suis guère pressée de la quitter...

Ma note : 18/20.
Mes commentaires :

pour reprendre les termes de ma charmante
praticienne, doux comme de la soie, les tampons du Siam
caressent notre peau et harmonisent notre corps ! Ce rituel
millénaire a été effectué ici dans les règles de l'art, alliant à la
fois une haute technicité dans l'art du massage à l'hospitalité
légendaire et emblématique des Thaïlandais.

Saud Saï Spa. 74 rue de Clichy, 75009 Paris
Tél. 01 45 26 13 17. www.saudsaispa.com

DES POCHONS AYURVÉDIQUES BRÛLANTS

Après cette première expérience exceptionnelle, je décide d'aller tester un soin ayurvédique aux pochons dans un petit institut de beauté du quatorzième arrondissement de la capitale. Je découvre un joli petit institut de quartier aux couleurs chatoyantes et au décor d'inspiration ayurvédique. Le cadre me paraît atypique mais un peu vétuste. Les lieux sont assez exigus, mais l'espace semble complètement optimisé, avec une petite boutique dans laquelle se trouvent deux petits fauteuils en rotin et une table basse assortie afin de permettre à la clientèle de patienter. Juste derrière cet accueil microscopique se trouvent trois petites cabines, l'une dédiée aux épilations, l'autre aux soins visage et corps et enfin la dernière renfermant un appareil de bronzage.

Sans plus attendre, la maîtresse des lieux m'invite à me mettre à l'aise dans la cabine de soins. Cette femme d'une quarantaine d'années est charmante mais elle m'explique qu'elle ne pratique pas et elle me présente sa jeune collaboratrice qui est, me précise-t-elle, une esthéticienne confirmée malgré son jeune âge évident. La très jeune femme paraît visiblement un peu intimidée par ma présence, aussi je m'empresse de la mettre à l'aise en plaisantant un peu avec elle. Je l'interroge sur son parcours professionnel et j'apprends qu'elle vient de passer son CAP et qu'elle poursuit par un Brevet Professionnel en alternance sur deux ans dans une école parisienne. Elle m'explique que c'est d'ailleurs dans cette école qu'elle a appris le rituel indien aux pochons, qu'elle va me faire découvrir.

Je suis un peu sceptique mais soit, quand il faut y aller, il faut y aller ! La jeune esthéticienne peine réellement à me décrire ce qu'il y a dans ses fameux pochons indiens mais réussit tout de même à me préciser que ce soin est originaire d'Inde et tissu des traditions ayurvédiques. À part cela, je n'obtiendrai d'elle aucune autre explication. En effet, impossible de savoir la composition exacte de ces fameux pochons et pas plus d'informations sur le déroulement précis du soin. La cabine est petite mais parfaitement entretenue malgré unedécoration discutable avec moult fleurs en plastique ou autres petits objets kitsch et hétéroclites.

Mon soin commence par un énergique gommage au sel de la mer Morte, ce qui, si je ne m'abuse, n'a que peu de rapport avec les rituels de beauté ayurvédiques... ! Puis, après un rinçage fastidieux au gant de toilette, ma jeune praticienne enchaîne d'une façon assez peu habile avec un modelage manuel tout à fait classique.

L'huile utilisée est une banale huile d'amande douce et les manoeuvres ainsi que la dextérité de l'esthéticienne sont peu concluantes. Néanmoins, cette étape est apaisante et la bienvenue après un gommage à mon goût un peu trop agressif et totalement inadapté à mon épiderme fin et sensible. Hélas, ce passage va être de courte durée et ma jeune praticienne va enchaîner avec un tamponnage surprenant et dégoulinant à l'aide de pochons brûlants. C'est hyper désagréable car leur température est beaucoup trop chaude, ce qui ne calme en rien l'irritation précédemment induite par le gommage. Encore une fois, les mouvements effectués sont quelconques, hyper hésitants et leurs pressions non maîtrisées. C'est pourquoi je demande à mon esthéticienne de n'effectuer qu'un seul passage sur mes membres inférieurs car j'ai de sérieux problèmes circulatoires.

Malgré mes nombreuses réclamations, la température des pochons ne baissera pas, ce qui m'empêchera de profiter de mon soin. Et pour compléter le tableau, je suis beaucoup trop huilée. Mon esthéticienne ne m'essuie pas, je dois le faire moi-même ce qui est peu évident dans le dos par exemple, mais qu'importe, le papier recouvrant la table de massage ne suffit pas et je suis contrainte d'utiliser une serviette éponge, pour ne pas salir mes vêtements en me rhabillant. La propriétaire des lieux m'attend dans sa petite boutique et me raccompagne rapidement sans même me donner sa brochure publicitaire, dommage !


Ma note : 8/20.
Mes commentaires :

pour ce type de soin aux tampons chauds, une température non maîtrisée et en l'occurrence beaucoup trop élevée est totalement préjudiciable lorsque la cliente massée ne supporte pas la chaleur pour quelques raisons que ce soit. Il convient en effet de s'inquiéter de ce paramètre essentiel auprès de votre clientèle avant ce type de massage.

Certes, la chaleur stimule le métabolisme. Chaque degré qui excède la température du corps accroît le bon fonctionnement du métabolisme d'environ 15 %. Également, la chaleur renforce la souplesse. Les tendons et les muscles s'étendent naturellement. La chaleur stimule aussi la circulation sanguine : les vaisseaux sanguins sont dilatés et par ce biais, la peau est mieux irriguée. Et enfin, par cette source de chaleur, les toxines sont éliminées. Mais, il convient de respecter scrupuleusement les contre-indications pour ce type de massages aux tampons chauds, qui sont les suivantes : perte de sensibilité superficielle, problèmes cardiaques ou circulatoires, varices ou fragilité capillaire, femmes enceintes ou épiderme fin et fragile des personnes âgées.

Par Sophie Meyer
10441 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :