Newsletter

Sur le même thème

Actifs
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°729 Octobre 2019

Numéros précédents

4 1 5 1

Les conservateurs essentiels, mais...

Par L’Observatoire des Cosmétiques CosmeticObs
N°724 Avril 2019
Les conservateurs sont considérés comme des ingrédients dangereux bien qu’essentiels à la préservation des cosmétiques. Françoise Audebert, Conseillère réglementaire et scientifique, et Anne Dux, Directrice des Affaires Réglementaires et Scientifiques, ont décidé de rétablir la vérité sur ces ingrédients souvent critiqués.

Comme son nom l'indique, un conservateur sert à conserver le produit et empêche la contamination microbienne. Grâce à lui, le consommateur a la garantie d'utiliser son soin sans risque pour sa santé et pendant une durée relativement longue.

DES CONSERVATEURS DANS
LES COSMÉTIQUES : POURQUOI ?

À l'instar des êtres humains, les bactéries ont besoin d'eau pour se développer.

Dans un cosmétique, la prolifération bactérienne est possible à partir de 20 % d'eau dans la formule. «La conservation d'un produit cosmétique va donc dépendre de sa formule et de sa concentration en eau» a expliqué Anne Dux.

Tout comme les antibiotiques, les conservateurs ne sont pas toujours automatiques ! Certains produits n'en requièrent pas l'usage :

  • les produits formulés sans eau comme les poudres, rouges à lèvres ou sérums huileux,
  • les cosmétiques contenant des ingrédients rendant la prolifération microbienne impossible, comme l'alcool,
  • les soins sous forme d'aérosols qui contiennent un gaz propulseur (butane ou propane, par exemple).

Pour se passer de conservateurs, il est également possible de formuler des cosmétiques stériles, en utilisant le procédé UHT. Seul bémol, toutes les substances ne supportent pas ce traitement.

CHOISIR LE BON CONSERVATEUR

Les ingrédients utilisés pour la conservation doivent être listés dans l'Annexe V du Règlement Cosmétique.
Cette liste positive, établie sur la base de la sécurité des substances évaluée par un comité d'experts européens, contient 59 entrées. En pratique, seule une vingtaine est utilisée.

«Les industriels ne peuvent pas choisir n'importe quel conservateur. En effet, il doit correspondre au germe qui risque de se développer dans le produit et cela dépend de la formule, du pH ou de la zone d'application. Par exemple, le PHMB (Polyaminopropyl biguanide) est un conservateur qui ne pique pas les yeux, c'est pourquoi on l'utilise quand on formule un produit à destination de cette zone», a indiqué Anne Dux.

QUID DE LA SÉCURITÉ ?

Les conservateurs sont des substances qui tuent des germes, des bactéries et des champignons, ce sont donc des tueurs et, de ce fait, ils sont eux aussi potentiellement toxiques.

«On évalue de façon systématique leur sécurité. Pour qualifier le danger d'une substance, il est nécessaire d'avoir des données expérimentales sur le pH, la toxicité locale, le potentiel irritant, les dangers systémiques... et ensuite d'évaluer l'exposition du consommateur.

Les doses autorisées fixées correspondent à une concentration 100 fois plus faible que la dose qui ne provoque pas d'effet toxique (NOAEL)», a expliqué Françoise Audebert.

POURQUOI SONT-ILS MIS EN CAUSE ?

Les questions que l'on se pose majoritairement sur les conservateurs concernent leur potentiel allergisant et irritant.
Et il faut savoir que plus une personne est exposée à une substance allergisante, plus elle risque de déclencher une allergie.
«C'est exactement ce qu'il s'est passé avec la méthylisothiazolinone (MIT). Ce cas mérite qu'on en tire tous les enseignements», a insisté Anne Dux.

Cet article
est réservé aux abonnés

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous identifier :

Mot de passe oublié ?

Nouveau Client

Par L’Observatoire des Cosmétiques CosmeticObs
13112 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :