Newsletter

Sur le même thème

Marketing Vente Gestion
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

3 0 5 1

Les changements dans les TPE

N°713 Avril 2018
Bouleversement des pratiques de consommation, intensification de la concurrence, nouvelles dispositions réglementaires, tendances de la conjoncture... les dirigeants de petites entreprises s'adaptent en permanence.

L'étude de la Fédération des Centres de Gestion Agréés (FCGA) décrypte les mécanismes du changement dans les TPE.

S'ADAPTER AU CHANGEMENT,
C'EST VITAL !

Dans un environnement en perpétuelle mutation, les TPE qui ne s'adaptent pas disparaissent.
C'est l'une des multiples causes de défaillance bien identifiées.

Ainsi, 40 % des 138 000 entreprises créées en France au premier semestre 2010 (hors auto-entrepreneurs) n'existaient plus cinq ans après (Insee). L'enjeu économique et social est de taille.

Mais comment, sur le terrain, les commerçants, les artisans et les prestataires de services indépendants s'adaptent-ils concrètement à la nouvelle donne ?
Quelle dynamique du changement caractérise ces petites entreprises ?

Pour répondre à ces questions, l'enquête menée par la FCGA s'est concentrée sur les changements intervenus au cours des cinq dernières années dans les petites entreprises du commerce, de l'artisanat et des services.

DES REPRENEURS EXPÉRIMENTÉS
ET AGILES

L'expérience n'interdit pas l'esprit d'initiative. Plus des trois quarts des dirigeants de TPE questionnés (76,1 %) sont à la tête d'une entreprise qu'ils ont reprise.

Moins d'un tiers (30,4 %) dirigent une structure qu'ils ont eux-mêmes créée. La majorité des répondants (29 %) exploitent leur affaire depuis plus de 20 ans et une part plus importante des sondés (59 %) depuis plus de 10 ans.

Il s'agit donc, pour la plupart d'entre elles, d'entreprises bien installées. Sachezenfin que, sur la totalité desndirigeants questionnés, la partndes dirigeants de moins de 30 ans est majoritaire (32,9 %).

BEAUCOUP DE CHANGEMENTS
CÔTÉ CLIENTS,
PEU DE NOUVEAUTÉS
CÔTÉ EMPLOYÉS

Le contraste entre la sphère commerciale et la dimension sociale est saisissant. Parmi les changements «importants» ou «assez importants» cités par les dirigeants de petites entreprises, on retiendra ceux qui concernent l'activité même de l'entreprise (32 % au total), ses clients (40,9 %) ou encore sa stratégie de communicationN(27,5 %).

Si la vie économique des TPE a connu des transformations significatives au cours desNcinq dernières années, on notera en revanche la grandeNstabilité (pas ou peu de changementdans 85 % des cas enNmoyenne) de tous les volets liés à la dynamique sociale : management, recrutement,Nlicenciement, rémunération

SURTOUT POUR S'ADAPTER
À LA CONJONCTURE
ET À LA CONCURRENCE

Quels sont les principaux motifs qui conduisent au changement dans une TPE ?

La conjoncture (45,2 %) et la concurrence (32 %) répondent d'abord les chefs d'entreprise questionnés. Ce qui signifie que les changements sont, la
plupart du temps, induits par des facteurs extérieurs à l'entreprise.

Mais il faut noter que c'est la volonté du dirigeant et sa capacité d'anticipation qui sont à l'origine des changements dans 27,5 % des cas. Deux autres facteurs relativement importants sont également cités par les entrepreneurs : les nouvelles dispositions réglementaires (26,2 %) et les clients (25,4 %).

DES CLIENTS ENTHOUSIASTES,
DES SALARIÉS SCEPTIQUES,
DES PROCHES INCRÉDULES

Stop aux idées reçues ! Pour une majorité de dirigeants de TPE (49,1 %), ce sont les clients qui accueillent le mieux les changements apportés à
l'organisation de l'entreprise. Politique tarifaire, stratégie commerciale, communication, gamme de produits, services... : les habitués seraient relativement compréhensifs en ce qui concerne tous ces aspects qui les affectent directement.

En interne, le personnel est moins souple : seulement 35 % des répondants déclarent que les salariés valideraient les changements décidés.
Enfin, et contre toute attente, un quart seulement des chefs d'entreprise à la tête d'une exploitation familiale affirment,que leurs décisions sont bien, accueillies par leurs proches...

AVIS D'EXPERT

Alexis Govciyan, Directeur de l'Institut Supérieur des Métiers : «Les dirigeants de TPE sont conduits, dans un contexte de concurrence et de performance, à s'appuyer plus que jamais sur leur dynamique interne et l'implication de leurs salariés, car il est évident que le management de la ressource humaine est un élément clé du développement économique.»
www.fcga.fr

LA FÉDÉRATION DES CENTRES
DE GESTION AGRÉÉS EN BREF

Près de 300 000 petites entreprises (TPE) et 100 Centres de Gestion Agréés (CGA) ;
- 92 % des entreprises nationales ont moins de 10 salariés.
- 50 % des TPE imposées au BIC sont adhérentes d'un CGA.

Grâce à l'adhésion à un CGA, le revenu imposable de l'entreprise n'est pas majoré de 25 % !

12924 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :