Newsletter

Sur le même thème

Corps
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°707 Octobre 2017

Numéros précédents

4 2 5 1

Les freins à l'amincissement

N°702 Avril 2017
Voici une check-list d'éléments bons à savoir, à prendre à compte pour coacher vos clientes et les accompagner dans la reconquête pas toujours simple de leur silhouette.

L'ACIDITÉ (EN EXCÈS)

L'organisme a besoin d'équilibre et de conditions relativement constantes : température du corps, pression sanguine, tension artérielle...

Tout déséquilibre même léger a des répercussions sur la forme générale mais aussi sur la ligne. L'acidose est fréquente et souvent méconnue. Elle impacte négativement les grandes fonctions, notamment digestives et circulatoires, et se traduit par une sorte de défaillance énergétique, un métabolisme au ralenti, une fonte musculaire. Elle augmente la production du cortisol, hormone qui favorise le développement de la masse grasse abdominale, la résistance à l'insuline... Un cercle vicieux qui favorise la prise de poids et freine sa perte.

Un pH normal est compris entre 7 et 7,5. Savoir si l'on est trop acide est simple ! Il suffit de mesurer le pH urinaire.

Quelques gouttes d'urine sur une bandelette de réactif spécifique vont la colorer. Il reste à comparer avec le témoin colorimétrique fourni. Bandelettes ou languettes s'achètent pour une somme modique en pharmacies, boutiques diététiques ou par VPC.

L'ACTIVITÉ PHYSIQUE (INSUFFISANTE)

On sait bien désormais que, côté minceur, le salut vient moins de la restriction alimentaire que de l'augmentation de l'activité. Indépendamment des prestations que vous pouvez proposer, la marche reste la meilleure indication. 10 000 pas par jour !

Ce concept en forme de recommandation vient d'un professeur japonais renommé : 11 000 en dessous de 50 ans et 8 000 au-delà de 60 ans. En mode sédentaire, on fait entre 4 à 5 000 pas par jour. Il reste à compléter par de la vraie marche, sachant qu'on fait en moyenne 500 pas en 5 minutes.

La récompense, c'est 300 calories brûlées, prises sur la graisse corporelle, et une masse musculaire augmentée. Il faut investir dans un podomètre (10/20 €). Son effet booster est avéré !

L'ÂGE

Plus le temps passe et plus il est difficile et/ ou long de perdre du poids. Il faut s'armer de patience ! Vouloir «faire» le même poids à 45 ans qu'à 25 ans est pour la majorité des femmes un désir irréaliste.

Entre 20 et 50 ans, les Françaises prennent 7,5 kilos en moyenne. Mieux vaut porter l'attention sur l'harmonie et la tonicité des formes que sur les kilos.

LA CONSOMMATION (SOURNOISE)

Certaines de vos clientes absorbent plus de nourriture qu'elles ne le croient. Celles qui ont fait des régimes avec un ou plusieurs aliments «à volonté» ont parfois perdu la notion de la portion juste. D'autres ne comptent pas les mini-grignotages, qui finissent par peser lourd sur les efforts minceur et les hanches.

Adopter la méthode du carnet : honnêtement et scrupuleusement tenu pendant une ou deux semaines. Il permet parfois de voir tous les petits extras pas innocents : du quignon de pain grignoté en sortant de la boulangerie, au sucre mis dans le thé, aux deux biscuits offerts par la collègue...

LES HORMONES (EN VRAC)

Elles font partie du package féminin, pour le meilleur et pour le pire. Les grandes périodes de chamboulement hormonal sont bien connues mais hors de ces moments, les hormones peuvent aussi fluctuer.

Leurs sécrétions, activées par différents facteurs, bouleversent la chimie corporelle, les mécanismes d'absorption et de dégradation, et créent une résistance à l'amincissement. Le cortisol est particulièrement visé.

Cette hormone stéroïde est une régulatrice métabolique qui stimule la dégradation protéique et graisseuse. Une visite chez le médecin ou un endocrinologue peut être utile.

LA MASSE MUSCULAIRE (INSUFFISANTE)

C'est l'activateur principal du métabolisme. L'augmenter fait brûler plus d'énergie, même au repos, et monter le niveau de testostérone, hormone brûleuse de graisse. Plus elle fond, plus le métabolisme baisse, plus on grossit. Plus faible chez les femmes que chez les hommes, elle diminue avec l'âge - de 2 à 3% par décennie d'âge adulte !

Pour l'augmenter, deux pistes à cumuler : avoir une activité physique régulière et consommer plus de protéines. Elle va de pair avec une masse grasse en excès. Un impédancemètre est un bon moyen de définir, contrôler et mesurer un programme d'amincissement. Il indique le taux de masse graisseuse, hydrique, musculaire, osseuse, l'IMC (indice de masse corporelle), le métabolisme basal (nombre de calories nécessaires à l'organisme pour fonctionner au repos).

Mieux vaut investir dans un équipement professionnel, plus cher mais plus stable, plus riche en données et qui permet de suivre sur graphique les évolutions de vos clientes.

LE MÉTABOLISME DE BASE (AU RALENTI)

C'est l'énergie, les calories que l'organisme mobilise et dépense pour assurer l'ensemble de ses fonctions vitales. Il varie selon les individus, le sexe, les âges, le mode de vie, autour de 1 400 calories pour une femme, et 1 800 pour un homme.

Un métabolisme faible, au ralenti génère une prise de poids ou a minima rend sa perte problématique. Activité physique et protéines sont ses meilleurs boosters et leur absence le plus grand ralentisseur !

Les massages énergétiques d'inspiration asiatique sont de grands stimulateurs et régulateurs métaboliques, des alliés minceur longue durée qui optimisent un programme minceur efficace. De pressions en frictions et digitopuncture sur les trajets des méridiens, ils suppriment les stases énergétiques, dynamisent les fonctions de digestion et d'élimination.

ui na minceur, chi nei tsang, massage taoïste, réflexologie ou encore un duo venu de l'ayurvéda, udvatarna + garshang, sont parmi les grandes options à programmer dans votre planning de formation.

LA MOTIVATION

Vos clientes veulent-elles maigrir ou mincir ? On utilise souvent les deux comme des synonymes... à tort. Mincir, c'est affiner sa silhouette, éliminer les surcharges résiduelles en respectant la masse musculaire, donc la vitalité et la tonicité.

Maigrir, c'est perdre du poids au détriment d'une fonte des muscles qui va affaiblir les capacités fonctionnelles de l'organisme - souvent par le suivi de régimes restrictifs et hypocaloriques.

Sans être indiscrète et inquisitrice, il est intéressant de déterminer si c'est une volonté réelle, pour vos clientes et pas pour les autres.

Pratiquement quels sont leurs points faibles, leurs moments de «craquage» ? Soirée télé, stress, coups de blues, émotion, ennui ? Pour prévoir les antidotes.

L'OBJECTIF (IRRÉALISTE)

Certaines de vos clientes ont un poids cible en objectif et, pire, un délai pour y arriver : 10 kilos ! Le poids idéal ne se décrète pas, c'est la porte ouverte à la déception. La «pesée» devient souvent un rituel addictif et obsédant pour certaines. Peu représentatif des formes et des efforts.

Parfois la balance ne bouge pas mais le corps s'est affiné ! C'est injuste mais certaines ne sont pas faites pour être minces, «formatées» pour faire un 42 ou plus ! Pas toujours facile à accepter ! Les mensurations sont plus significatives que le poids, plus révélatrices de l'harmonie de la silhouette et de ses modifications.

Un vêtement «témoin» est un meilleur indicateur que la balance. Les femmes sont les championnes du focusing. Elles se polarisent sur une partie de leurs corps, cuisses, fesses, ventre, sans vision globale et oublient que ce qui compte ce sont les proportions et l'équilibre. Une séance de relooking peut aider.

LES PROTÉINES (EN INSUFFISANCE)

Leur digestion oblige le corps à dépenser beaucoup d'énergie et beaucoup plus que celle des glucides ou des lipides. Elles ont l'avantage d'être rassasiantes, de limiter les envies de sucré et d'améliorer la tonicité des tissus et des parois veineuses.

Si l'apport est insuffisant, l'organisme puise dans les muscles qui se vident de leur substance, fondent et n'activent plus le métabolisme. Vos clientes, volontiers «herbivores», grandes consommatrices de salades et autres crudités qu'elles croient diététiques, ne consomment généralement pas assez de protéines.

Pas question de se lancer dans un régime à la Dukan, aujourd'hui décrié autant qu'il a été encensé. Il faut ajouter des protéines dans leur alimentation. Cela vaut aussi pour les sucres lents, à index glycémique bas.

LES RÉGIMES (À RÉPÉTITION)

Le mot et la chose sont devenus has-been. Frustrants, ils s'avèrent tous inefficaces à terme 9 personnes sur 10 ont repris le poids perdu, voire davantage, dans les mois ou années suivant le régime. Pire, les abonnées aux régimes sont devenus «régime-résistantes».

La réduction calorique fait passer l'organisme en «sous-régime». Un régime inférieur à 1 000 calories quotidiennes génère en quelques jours une baisse métabolique de 45 %. L'organisme mis en mode sauvegarde fait des réserves de sucre qu'il puise dans les muscles qui... fondent.

La fonte musculaire peut représenter jusqu'à 25 % du poids perdu. Perte de muscle = baisse métabolique = perte de muscle... Le cercle vicieux est en marche !

LES REPAS (SAUTÉS)

Ils vont de pair avec la rubrique précédente. Affamées au repas, souvent vos clientes ont tendance à manger davantage. Or, leur corps, alerté par cette «petite famine», va stocker en graisse près du quart du repas absorbé.

Facteur aggravé s'il s'agit du repas du soir ! De nombreuses femmes restent surprises de mincir en mangeant davantage !

LA RÉTENTION D'EAU

95 % de vos clientes sont concernées de manière ponctuelle, récurrente ou permanente. L'excès et l'accumulation d'eau dans les tissus, inesthétique et inconfortable, peut représenter jusqu'à 3 kilos sur la balance, qui pèsent sur les formes, la forme et le moral. Ce stockage excessif, ce déficit d'élimination montrent que le corps est déréglé.

Toutes les périodes de chamboulement hormonal sont le lit de la rétention d'eau. La carence protéinique aussi. Un autre grand fauteur est le sel ! Les tissus «salés» attirent l'eau et la retiennent... On gonfle.

La consommation idéale est autour de 4 grammes/jour. Les abus sont fréquents. Le sel se cache par exemple dans les sauces qui accompagnent les «diététiques» sushis et les plats préparés, si pratiques pour les femmes débordées, au temps compté. Un bon draineur est alors fortement conseillé.

Le top ten des plantes drainantes et diurétiques : orthosiphon, pissenlit, thé vert, boulot, aubier de tilleul, verge d'or, reine des près, piloselle, queue de cerise, vigne rouge.

Boire des tisanes est particulièrement recommandé. Les plantes sont des alliées précieuses et avérées pour lutter contre la rétention d'eau du fait de leur action sur les reins, le système lymphatique et la circulation sanguine.

LE SOMMEIL (EN MANQUE)

Des études démontrent que le manque de sommeil a une incidence sur le poids et sur l'IMC et peut compromettre l'efficacité d'un régime minceur.

Des nuits trop courtes affectent l'équilibre chimique du corps, notamment le niveau de leptine et de ghréline, deux hormones qui influencent le niveau et le contrôle de l'appétit et l'appétence pour certains aliments-sucrés !

Or les Français et les Françaises souffrent d'un déficit de sommeil. Il commence en deça de 7 heures et devient vraiment problématique à 5h30. Placées dans des conditions identiques, les «petites dormeuses» participant à une étude accusaient un IMC de 28,3 contre 24,5 pour les «bonnes dormeuses».

LE STRESS

En situation de stress, les glandes cortico-surrénales très sollicitées génèrent une forte sécrétion hormonale : insuline, adrénaline et surtout cortisol dite hormone du stress.

Elle libère des graisses dans le corps et favorise leur stockage. Cet excès de graisse s'assortit d'un excédent de glucides également libérés par le stress, responsables de bourrelets qui s'installent sur la zone abdominale, épaississent la taille et matelassent le ventre. Le stress joue aussi sur l'humeur et le moral, il pousse vos clientes au grignotage compensatoire, gras et sucré de préférence.

Des soins de relaxation, balnéothérapie, massages détente..., sont parfaitement légitimes et optimisent le programme minceur. Les émotions mal gérées ont le même effet.

LES TOXINES

Face à ses excès et modes de vie, le corps de vos clientes peine à remplir ses fonctions d'épuration, d'élimination des déchets.

Résultat : leur organisme s'encrasse, leurs organes s'engorgent, les toxines s'installent dans leur masse grasse, leur métabolisme se met au ralenti, brûle moins... Foie et reins sont hyper sollicités.

La peau, le plus grand émonctoire, vient en relais. Tout ce qui fait transpirer, ouvrir les pores est bienvenu : hammam, gommages, enveloppements.

12718 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :