Newsletter

Sur le même thème

Spa Thalasso
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

4 3 5 1

Parcours de spa manager

N°691 Avril 2016
Sophie Demaret est très bonne élève mais l’esthétique l’attire plus que tout. Contre l’avis de ses parents, elle se lance dans une carrière d’esthéticienne. Très vite, elle parcourt le monde de spa en spa.

Elle abandonne son BM en cours d'année pour partir en Asie où elle a de la famille. Elle devait y rester un mois, elle s'y attardera un an. Enfant, Sophie Demaret a vécu dans les Émirats, elle parle couramment anglais. En arrivant à Singapour, esthéticienne française parlant anglais, elle n'a eu aucun mal à trouver un emploi dans un institut asiatique.

À retenir de cette expérience : «C'est là que j'ai appris ce que signifiait le vrai sens du mot « organisation » et plus précisément le sens du service et du détail, j'ai appris l'anticipation et la bonne attitude comme par exemple ne pas parler fort, la bonne gestuelle, ne serait-ce que pour donner une carte.»

DE LA VENTE AU MASSAGE

De retour en France, Sophie Demaret devient animatrice démonstratrice dans les grands magasins pour Estée Lauder et Clinique. À 24 ans, elle est une excellente vendeuse et parcours la France entière pour Clinique. Une amie d'amie l'informe d'un grand projet de thalasso au Sénégal, malheureusement le centre ne verra jamais le jour.

De cette expérience difficile, elle s'est retrouvée à masser six heures par jour des femmes enceintes dans une clinique. La cliente était sur un tatami et Sophie la massait à même le sol, pour se préserver, elle a dû apprendre à bouger, à bien se positionner.

Le conseil de Sophie Demaret pour se préserver, lorsque l'on doit enchaîner les massages toute la journée, est d'accompagner le mouvement en ayant la bonne hauteur de table, l'idée est de vivre vraiment son massage

DES CHIFFRES ÉNORMES

De retour du Sénégal, pendant cinq ans, Sophie Demaret intègre Sisley en tant qu'animatrice pour toute la France. C'était les débuts de Sisley chez Séphora, une belle aventure avec des objectifs élevés atteints.

Qu'est-ce qu'une bonne vendeuse ?

«J'aime conseiller les gens. Je considère que lorsque l'on touche les gens, on a envie qu'ils soient bien dans leur peau, leur donner des conseils sur leur hygiène de vie, les bons produits. Une bonne vendeuse est à l'écoute, a de l'empathie, maîtrise sa marque et la concurrence. Vous ne pourrez jamais vendre si vous n'aimez pas vos produits, si vous n'y croyez pas.

Certaines esthéticiennes disent : «Je ne peux pas vendre un produit à ma cliente, elle a déjà dépensé pour un soin». C'est un complexe de prix, je n'y pense jamais. Lorsque je travaillais pour Sisley, je vendais le soin «Sysleÿa» au Forum des Halles, tous les objectifs étaient largement atteints. Je ciblais ma clientèle et pas forcément les femmes qui semblaient avoir les moyens parce que c'est un achat plaisir.

Ne vous fiez surtout pas à l'apparence, car vous ne savez rien ! Ce n'est pas parce qu'une femme a de l'argent qu'elle va forcément s'offrir ce soin. Parfois, certaines femmes veulent juste se faire plaisir. C'est psychologique, elles sont heureuses d'avoir un bon produit.

L'AVENTURE SPA COMMENCE

Par un incroyable concours de circonstances, Sophie Demaret se voit proposer son premier poste de spa manager chez Nuxe Montorgueil à Paris.

À la tête de ce spa, pour la première fois, Sophie Demaret se retrouve à diriger une équipe et travailler avec plusieurs personnalités, les gérer, résoudre les conflits, l'objectif étant d'obtenir une vraie cohésion de groupe.

Le secret d'un bon spa manager

«Être avec son équipe, présent sur le terrain, confronté à la réalité, rencontrer les clients, être à l'écoute de l'équipe et des clients. Fédérer tous les membres du spa, les faire participer aux projets, partager les succès mais aussi savoir parler de choses moins agréables avec les bons mots. Bref, communiquer.»

La création de soins

LA CRÉATION DE SOINS

Sophie Demaret a envie de changement et d'apprendre encore et encore. Sollicitée par Edouard & Co, elle rejoint Vitaman en tant que commerciale puis progressivement met en place des protocoles, toujours à la carte à ce jour. En parallèle, elle imagine les protocoles pour Sampar, Task, Talika et Nuxe.

UN BON DIRECTEUR D'HÔTEL

Pour la première fois de sa carrière, sur l'Ile Maurice, Sophie Demaret rencontre un directeur d'hôtel qui comprend vraiment le spa. Généralement les directeurs ont du mal à intégrer que le spa est un mini hôtel, mais aussi que le spa est un métier exigeant certaines connaissances.

Un bon directeur d'hôtel

«Comme de nombreux spa managers, même si cela évolue tout doucement, mon salaire était inférieur aux personnes du front desk, comment être prise au sérieux dans ces conditions ? Le bon directeur d'hôtel est celui qui est à l'écoute, il comprend le spa. Il sait que l'on doit travailler en équipe avec la gouvernante, le marketing.

Ce n'est pas au commercial de décider seul de mettre en place des coffrets Wonderbox sans en informer le spa et donc en proposant le mauvais soin. Un bon directeur d'hôtel saura voir le potentiel de chacun et permettre à ces potentiels de se rencontrer.»

L'INSTITUT ORLANE

Sophie Demaret aime que les choses bougent, alors, lorsqu'on lui propose le Royal Palm au Maroc, elle n'hésite pas. Elle fait toute l'ouverture et le recrutement de ce spa Clarins de 4 500 m² mais aussi les boutiques et le kids club.

Après deux ans, Orlane lui offre le poste de Directrice Institut, flagship de la marque.» Ce qui lui a plu chez Orlane : «Tout d'abord l'histoire de la marque, le contact simple, efficace avec le siège, l'expertise Orlane. Je souhaitais également renouer avec l'institut, collaborer avec une équipe très professionnelle et bien entendu l'objectif de développer l'institut m'attirait beaucoup.»

Sa mission est de rajeunir l'image de la marque, attirer une nouvelle clientèle en réaménageant l'institut, présentant différemment les soins, en faisant évoluer la carte des soins. Grâce à Sophie Demaret, Orlane a pour objectif de créer un modèle d'exploitation qui sera dupliqué à l'étranger.

12312 Votez
Retour aux articles

Commentaires

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :