Newsletter

Sur le même thème

Esthétique
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°725 Mai 2019

Numéros précédents

3 0 5 1

Les métiers de l'esthétique face à la crise

N°669 Avril 2014
À l’initiative d’une esthéticienne qui rencontre des difficultés en ce moment, la CNAIB 06, présidée par Olga Albin, a décidé de réunir des professionnelles des métiers de l’esthétique afin de faire un tour d’horizon des erreurs fréquemment commises par des esthéticiennes qui ont du mal à être de bonnes gestionnaires d’entreprise en période de crise, puis de faire un tour de table avec des échanges d’idées sur la nouvelle réglementation et les bons plans.

Nous félicitons Valérie Cayrolles, géniale esthéticienne, qui ne reste pas les bras ballants devant une situation de crise, mais, au contraire, entraîne ses consoeurs dans des réunions (discussions, échanges, confrontation, brainstormings...) où les esthéticiennes qui réussissent confient leurs «recettes» à celles qui ont des difficultés.

Valérie Cayrolles insiste : «Nous ne sommes pas concurrentes. Ensemble, avec nos qualifications et notre professionnalisme, nous pouvons faire face à la crise et prendre exemple sur celles qui arrivent à sortir du lot.

«Sachez que vous n'êtes pas isolée. Nous organisons dorénavant les "Lundis CNAIB". Tous les premiers lundis du mois, la CNAIB 06 propose des stages permettant de développer votre chiffre d'affaires et d'être plus performante (vente, technique, etc.), ainsi que des ateliers spécifiques à vos métiers de la beauté avec échange d'idées, de bons plans, de fournisseurs...

Cette première réunion d'information a été un festival de bons conseils !» explique Olga Albin.

COMMENT DEVENIR UN MEILLEUR GESTIONNAIRE D'ENTREPRISE ?

Qu'est-ce qui fait qu'une esthéticienne dirigeante est une mauvaise gestionnaire d'entreprise en 2014 ? Quelles sont les erreurs à ne surtout pas commettre ?
Voici un petit tour d'horizon des erreurs fréquemment commises qui font une mauvaise gestionnaire d'entreprise :

1- Un manque de vision à moyen et à long terme

Une bonne gestionnaire ne se contente pas de travailler au jour le jour : elle sait où elle va, quels sont ses objectifs à atteindre, et elle a défini une stratégie avec des actions à mettre en place pour atteindre son but.

2- Sous-estimer les charges

De nombreuses esthéticiennes ont tendance à minorer les charges qu'il va falloir assumer pour lancer et développer une entreprise.
Il faut non seulement prévoir les charges liées à l'activité en elle-même (assurances, achats, produits, gestion du stock, local, eau/électricité..., frais de déplacement, achat équipement/ matériel, abonnement web, téléphone, etc.), les cotisations sociales/taxes/impôt qu'il faudra régler, mais également les frais liés à la communication, la prospection, le marketing.
En fonction de votre secteur d'activité, ces frais peuvent être conséquents.

3- L'excès d'enthousiasme

Une mauvaise gestionnaire a tendance à dresser un scénario un peu surréaliste : dans ses prévisions, les clientes sont faciles
à trouver et il n'y a jamais de retard de paiement, et tout va bien dans le meilleur des mondes...

Une caricature un peu exagérée mais finalement pas si éloignée de la réalité. Il est très important d'estimer votre besoin en fonds de roulement (BFR) si vous ne voulez pas aller dans le mur, même avec une activité rentable ! Pensez également à prévenir les difficultés de trésorerie.

Les cinq erreurs à éviter sont :

  • Erreur n° 1 : sous-évaluer votre besoin en fonds de roulement.
  • Erreur n° 2 : sous-estimer les retards/annulations de paiement.
  • Erreur n° 3 : utiliser de mauvaises solutions de financement.
  • Erreur n° 4 : croire que le chiffre d'affaires et la rentabilité sont des synonymes.
  • Erreurs n° 5 : ne pas réaliser ou ne pas actualiser votre plan de trésorerie.

4- Une mauvaise organisation

Vous avez le sentiment d'être surchargée de travail ? Vous prenez du retard dans l'exécution des tâches quotidiennes ?
Vous travaillez en permanence et vous n'avez plus de temps pour rien ?

Il y a deux options :

  • soit les clientes affluent et vous êtes effectivement débordée : dans ce cas, vous devez envisager de déléguer certaines tâches (la comptabilité, le secrétariat, la communication...) pour vous concentrer pleinement sur votre activité,
  • soit le temps vous semble filer à toute vitesse mais, concrètement, vous n'êtes pas assez productive : il vous faut revoir l'organisation de vos journées et utiliser des outils et des méthodes de gestion du temps qui vous seront proposées lors des «Lundis CNAIB» tous les premiers lundis du mois.

5- Zapper les outils d'aide à la prise de décision

Il y a des outils très utiles qui vous permettent d'estimer le temps passé pour chaque mission, de mesurer la rentabilité de telle ou telle tâche, d'améliorer vos performances, d'avoir des statistiques détaillées sur votre activité... Bref : des outils qui vous aident à prendre les bonnes décisions au bon moment.

Pourquoi vous en priver ? Vous gagnerez un temps précieux (il est difficile d'avoir le temps et les connaissances nécessaires pour réaliser cette analyse soi-même) et vous prendrez davantage de recul pour piloter efficacement votre activité.

 

 

6- Une marge insuffisante

Une mauvaise gestionnaire a tendance à fixer ses prix un peu au hasard et à ne pas savoir quelle est la marge minimum à appliquer pour rester rentable. Si ces notions ne vous passionnent pas, vous avez tout intérêt à vous faire accompagner par un professionnel (expert-comptable...).

7- L'excès de naïveté

C'est un peu le pendant du point n° 3 : en 2014, vous devez ouvrir les yeux et assimiler le contexte actuel pour pouvoir vous adapter. En période de crise économique, vous allez être confrontée :

  • à des objections par rapport à vos tarifs : vous devez préparer à l'avance des arguments pour contrer cette objection et, le cas échéant, redéfinir votre offre (fractionner vos prestations, développer des packs ou des formules «tout inclus»...),
  • à des impayés ou à des retards de paiement : vous devez inclure cette éventualité dans votre BFR pour vous assurer d'avoir toujours une trésorerie suffisante et éviter les difficultés financières, (solution de paiement en 2/3/5 fois...).

8- De mauvaises dépenses

Pour éviter de jeter votre argent par les fenêtres, vous devez :

  • vous informer en permanence pour éviter les arnaques : le piège du one shot pour votre site web, l'arnaque des éditeurs de plans, etc. En cas de doute, n'hésitez pas à poser des questions lors des «Lundis CNAIB» tous les premiers lundis du mois,
  • faire des dépenses inappropriées : si vous n'avez pas un budget suffisant pour vous offrir plusieurs publications, il n'est par exemple pas vraiment judicieux d'investir dans un quart de page dans un magazine national. Surtout si vous visez une clientèle locale,
  • une mauvaise dépense est aussi de payer trop cher pour des prestations équivalentes : n'hésitez pas à comparer les tarifs des assurances, des banques, des fournisseurs, à regarder ce qu'il y a précisément dans les contrats et à renégocier ces postes si nécessaire. Faites jouer la concurrence !

9- La course au «tout gratuit»

A contrario, un mauvais gestionnaire est aussi celui qui refuse d'investir pour son entreprise et qui ne recherche que des solutions gratuites. Payer pour un outil, une prestation ou une solution de qualité n'est pas une dépense inutile.

10- Pas de suivi ni d'anticipation

Une entreprise ne doit pas rester figée sur ses acquis. Le contexte évolue, change, les attentes et les besoins de vos clientes aussi.
Une bonne gestionnaire doit effectuer un suivi des actions réalisées, de sa trésorerie, de sa stratégie...

Et anticiper les tendances de demain. Vos concurrentes ne rateront pas le coche, alors ne vous laissez pas distancer ! Une bonne et une mauvaise gestionnaires peuvent toutes les deux commettre des erreurs. La différence, c'est que la bonne gestionnaire réagira très vite alors que la mauvaise
continuera à s'enfoncer...

CONCLUSION

Tous les membres de l'équipe de la CNAIB 06 sont à votre écoute pour la moindre aide ou information qu'elles peuvent vous apporter à la lecture de cet article. À très bientôt pour des prochains ateliers...

Ne soyez plus isolée !

ADHÉREZ À LA CNAIB 06

CNAIB.
Tél. 04 93 07 38 60.
e-mail : contact@cnaib06.fr
www.cnaib.fr

Cliché Lexaarts Fotolia

11331 Votez
Retour aux articles

Commentaires

  • Anonyme 14/11/2014
    La localisation géographique de mon salon est quand-même signifiante pour la fixation de mes tarifs. Pas évident.
    Signaler un contenu abusif

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :