Newsletter

Sur le même thème

Visage
Tous les articles


Dans ce numéro

Tous les articles

Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°720 Décembre 2018

Numéros précédents

3 0 5 1

J'ai testé : le maquillage

Par Sophie Meyer , Esthéticienne - Consultante
N°636 Avril 2011
Alors que le maquillage et la vente des produits devraient générer un chiffre d’affaires conséquent, il n’en est rien. Il est même fréquent d’entendre que vous êtes de piètres maquilleuses. Allez, on va se faire maquiller pour en avoir le cœur net !

MON AMI PIERROT

Sans même avoir besoin de prendre rendez-vous, en me rendant dans une petite parfumerie de quartier qui possède plusieurs cabines d'esthétique, j'ai réussi à décrocher mon premier test de maquillage. J'avais en effet remarqué depuis quelque temps que cette ravissante petite boutique proposait cette prestation spécifique, grâce une affiche publicitaire très accrocheuse.

Une charmante jeune femme très élégante dans sa jolie blouse Beauty Street m'accueille avec un grand sourire et  accepte de me maquiller illico presto, en m'expliquant qu'une de ses clientes venait d'annuler son rendez-vous au dernier moment. Elle m'invite à la suivre dans l'arrière-boutique et m'installe dans un joli boudoir attenant à ses trois cabines de soin. J'y découvre un superbe comptoir design entièrement dédié au maquillage avec des lampes de star et un grand miroir laqué noir et or. La jeune esthéticienne me propose de m'installer confortablement sur un superbe fauteuil également noir et or. Elle ouvre quelques tiroirs et sort ainsi tout ce qu'il lui faut pour officier, c'est-à-dire, pinceaux et autres accessoires de maquillage ainsi qu'une kyrielle de produits SLA et Yvan Serras. Cela tombe bien j'adore ces produits... !

Mon esthéticienne procède alors à un démaquillage en bonne et due forme, à ce niveau-là rien à redire. Sa gestuelle est douce et assurée à la fois et elle n'oublie pas de me préciser qu'il est indispensable de maquiller sur une peau parfaitement propre. Elle me demande ensuite quelle est la raison de cette mise en beauté, je lui invente une pseudo soirée habillée et branchée très parisienne. Elle rebondit immédiatement en me proposant quelque chose d'assez soutenu et très tendance avec le «smocky eye», qui, me dit-elle, devrait m'aller à merveille. Je lui réponds gentiment que je lui donne carte blanche et ça j'aurais pas dû...! Également, avant de vous raconter la suite, une petite précision qui a son importance, l'hiver mon teint est très, très pâle. Ma jeune maquilleuse commence très logiquement par m'appliquer une base, mais première erreur, elle va utiliser une base verte alors que je n'ai pas de rougeurs diffuses. Elle fait à présent une nouvelle fixation infondée en insistant sur mes paupières inférieures avec un anti-cernes très pâteux et trop clair, pour soi-disant camoufler mes cernes qui étaient pratiquement invisibles et qui à présent sont très marqués. C'est ballot... ! Mais le pire, elle va ensuite s'orienter sur un fond de teint compact, hyper couvrant et surtout encore une fois beaucoup trop clair. Elle l'applique très très très généreusement, puis me poudre abondamment.

Elle me blush à peine les pommettes d'un rose pâle, avant de passer au maquillage des yeux, le fameux «smocky eye». Aïe, aïe sur ce teint plâtré et blafard, ça va faire mal... ! En effet, bien que sa dextérité ne soit pas à remettre en cause, son choix esthétique ou artistique est plus que discutable. Je me retrouve avec des yeux charbonneux surlignés d'un trait d'eye-liner et d'un épais mascara tous deux fort noirs. Elle en rajoute une couche en choisissant un rouge bien rouge et précisant que c'est la couleur de l'hiver 2010-2011. Après une nouvelle couche de poudre toujours trop blanche, le résultat est affligeant, je me reconnais à peine, mon visage semble figé, mon teint est cadavérique, on ne voit que mes yeux barbouillés de noir et ma bouche rouge pétasse ! Bref, je ressemble sinon à une péripatéticienne, à un clown blanc particulièrement triste ou bien encore à mon ami Pierrot... Sans m'attarder, je prends congé et je m'empresse de rentrer vite et discrètement chez moi pour tout enlever.

Ma Note : 6/20.

Catastrophique malgré beaucoup de bonne volonté et une certaine technique. Également, rien à redire question d'hygiène. Toutefois, ce maquillage n'était pas digne d'une maquilleuse professionnelle et il était réellement décevant, limite choquant. Pour une cliente n'ayant pas ou peu l'habitude de se maquiller, ça peut faire peur !

LES BRONZÉS FONT DU SKI

Après cette première mésaventure, dès le lendemain matin, je me démène pour aller tester un nouveau maquillage. J'opte pour un petit spa urbain en région parisienne. On me propose de me recevoir le jour même en début d'après-midi, j'accepte avec joie.

Une fois sur place, je suis un peu déçue car les photos du site Internet ne reflètent pas vraiment la réalité, mais qu'importe, ma prestation sera peut-être inoubliable... La propriétaire des lieux me reçoit personnellement et me présente l'une de ses esthéticiennes, une superbe jeune femme un peu typée. J'observe immédiatement que mes interlocutrices ont le teint assez mat et qu'elles ont, toutes les deux, du maquillage permanent au niveau des yeux et du contour des lèvres. La pimpante esthéticienne me guide vers le présentoir d'une gamme de maquillage biologique, qui se trouve directement dans l'espace accueil et vente. Après m'avoir débarrassée de mon manteau, elle me fait asseoir sur un petit tabouret face au présentoir.

Son démaquillage est sommaire et contrairement à ma précédente expérience, elle ne respectera pas parfaitement les règles d'hygiène. Entre autres, elle ne se passe pas les mains au gel hydro-alcoolique devant moi, elle ne désinfecte pas non plus ses accessoires et ses produits ne sont pas très propres. Fort judicieusement, elle me questionne sur mes essais précédents et brièvement je lui explique que je ne souhaite pas ressortir avec un teint trop blanc et que je préfère les maquillages plutôt discret. Très vite, elle m'applique successivement une émulsion biologique teintée, un blush orangé, puis une poudre de soleil. Elle s'occupe ensuite de mes yeux en choisissant un beige rosé et un marron glacé qu'elle dégrade mal avec quelques dépôts malencontreux de fard à paupières sur mes pommettes, qu'elle retire difficilement.

La pose du mascara se révèle ensuite à haut risque car la brosse et le produit ont vécu mais surtout l'esthéticienne est assez maladroite pour me mettre la brosse dans l'œil et encore une fois déraper à côté. Elle conclut par un tracé approximatif au niveau de mon contour des lèvres avec un crayon brun trop foncé (en me vantant les avantages du maquillage permanent, non merci !) associé à un gloss repulpant beige orangé assez collant. Le résultat final est le parfait contraste de ma précédente expérience malheureuse de mise en beauté. Mon teint est beaucoup trop foncé et l'on voit les démarcations au niveau de mon cou, également tout est exagérément trop orangé. J'ai l'impression de revenir d'une semaine à la montagne, bref un vrai bronzage de skieuse !

Ma note : 5/20.

Une hygiène et une technique fort discutables. Un maquillage peu nuancé et absolument inapproprié à ma carnation hivernale très claire. Le travail du teint était inexistant avec aucune base, ni anti-cernes, juste une très légère crème teintée dont la couleur beaucoup trop foncée, de surcroît rehaussée par une poudre de soleil, donne un résultat catastrophique sur un teint pâle en plein hiver. Enfin, le choix d'un gloss beige orangé trop clair n'était pas du meilleur effet et venait compléter ce tableau pitoyable, que j'ai ironiquement nommé : «Les bronzés font du ski» !

UN MAQUILLAGE ULTRA FLASH

Espérant toujours rencontrer l'esthéticienne qui saura me maquiller avec nuance, élégance et dextérité, j'opte pour un superbe institut de beauté parisien. J'obtiens un rendez-vous immédiatement pour ce qu'ils appellent, un «flash make-up». Et, ce maquillage va en effet être effectué à une vitesse supersonique ! Ni une ni deux, on m'oriente vers un salon fuchsia et argent très guirly avec un grand miroir rétro.

Une jeune esthéticienne me demande à peine ce que je souhaite et commence directement un trop rapide démaquillage. Elle enchaîne ensuite à la vitesse du son, le maquillage du teint avec une base lissante, un léger correcteur de teint qui ne camouflera pas grand-chose,  suivi d'un fond de teint fluide appliqué rapidement à la main et complété par une touche de poudre libre translucide et un fard à joues rosé. Sur mes paupières, elle applique toujours très vite sur l'ensemble un fard rose clair et une ombre gris foncé au ras des cils qu'elle tente de travailler « banane » mais voulant aller trop vite le résultat est bâclé et asymétrique entre mon œil droit et mon œil gauche. Dommage ! Elle m'applique enfin du fard à cils waterproof (ce n'est pas ce que je préfère avec mes yeux sensibles mais qu'importe, ma maquilleuse ne s'en est pas souciée), avant de conclure par un rouge à lèvres rouge vif. N'ayant pas mis de crayon contour des lèvres, son application est irrégulière et donc peu soignée pour un travail professionnel.

Le résultat est peu probant : aucun conseil, aucune astuce technique et au final une prestation expédiée en dix-sept minutes chrono, pour un maquillage brouillon et gâché.

Ma note : 5/20.

Le maquillage n'est pas une prestation à proposer à la va-vite, en à peine un quart d'heure. En effet, tous ces  make-up éclair ne peuvent qu'être que frustrants et décevants pour une clientèle avertie ou non. Le travail est alors systématiquement bâclé, approximatif, voire standardisé pour gagner encore un peu plus de temps. Dans ce cas précis, certaines étapes, pourtant essentielles, ont été à tort, purement oubliées. Et, les conseils et autres astuces professionnelles étaient tout bonnement inexistants. Enfin, en outre, le coût de cette prestation express est apparu alors hors de prix et arbitraire, compte tenu du piètre résultat final obtenu.

UN MAKE-UP ARTIST AU TALENT INDÉNIABLE

Après ces trois précédents maquillages relativement catastrophiques avec des esthéticiennes, je décide volontairement de faire mon dernier essai avec un maquilleur professionnel pour terminer en beauté mais surtout tenter de prendre un cours magistral. Sans hésiter, je me dirige vers l'atelier Shu Uemura, situé boulevard Saint-Germain dans le sixième arrondissement de Paris. J'ai pris rendez-vous avec Kim Bourhila qui vous a toutes, émerveillées au Congrès International d'Esthétique Appliquée en 2008 et en 2010 avec des make-up shows lyriques époustouflants.

Le show room Shu Uemura est chic, sobre et à la fois très fonctionnel. Kim toujours très élégant et hyper looké m'accueille très chaleureusement. Nous traversons l'espace boutique pour nous installer dans l'arrière-boutique VIP destinée aux maquillages et aux cours personnalisés. Pendant plus d'une heure, Kim va me maquiller et me donner parallèlement une leçon particulière avec moult conseils judicieux et personnalisés. En digne représentant du maître, Kim, avant de commencer sa prestation, me rappelle la règle d'or de Monsieur Shu Uemura, qui revendique que le maquillage n'est pas fait pour camoufler les défauts mais pour révéler la beauté que chaque femme porte en elle. Je trouve cela très beau et aussi très juste.

Kim enchaîne ensuite en m'expliquant que le maquilleur doit tout d'abord préparer sa toile, mais que contrairement à celle d'un peintre, la sienne est vivante et qu'il convient de la nettoyer, de l'hydrater et de l'illuminer avec tous les soins novateurs de la marque, tels que l'«Huile Démaquillante», le «Deepsea Water» et l'«UV Under Base». Kim, au cours de cette phase préparatoire essentielle, adopte une gestuelle aérienne experte et anti-âge avec des pressions shiatsu pour me relaxer, un vrai bonheur

Il applique ensuite un sérum, une crème hydratante et un soin contour des yeux, adaptés à mon type de peau avant de procéder à un minutieux maquillage de mon teint. Cette correction subtile commence par l'application quelques petites touches de «Mark Cealer» un correcteur que Kim utilise avec parcimonie pour masquer les imperfections sans accentuer les rides et les pores. Il pose un fond de teint et une poudre dont la texture et la nuance sont idéalement choisies.

La toile du make-up artiste est enfin prête, le jeu de la couleur peut alors commencer... Pas à pas, Kim réalise sur moi un maquillage jour léger avec des ombres à paupières divines qui ressemblent à du velours et dont le fini est impeccable. Kim me donne au passage une astuce pour transformer une ombre foncée en eye-liner simplement en humectant mon pinceau. Ah oui, j'oubliais aussi de préciser que tous les accessoires utilisés (pinceaux et éponges spécifiques) sont de très haute performance et confèrent un fini sublime. Le choix des couleurs est idéal et naturel avec notamment un splendide bronze kaki qui illumine parfaitement à mes yeux noisette. En vrai professionnel, Kim va m'appliquer du mascara et aussi peaufiner ma ligne de sourcils au crayon, avant de conclure par la touche couleur blush et la mise en beauté de ma bouche.

Il utilise tout d'abord le «Principe Lip Sérum» qui va hydrater et fixer le crayon contour des lèvres qu'il applique immédiatement après. Puis, il opte pour une pointe de gloss pour un maquillage jour léger. Le résultat est magnifique et à la fois hyper naturel. Kim m'explique ensuite comment transformer son maquillage jour en make-up soir plus sophistiqué en seulement quelques coup de pinceaux. C'est merveilleux, en une heure à peine, je repars sublime vraiment et en plus j'ai appris une foule de petites astuces faciles à reprendre au quotidien. Je suis enchantée ! Pour ne rien oublier, Kim me remet une fiche personnalisée qui reprend tous les produits utilisés et l'emplacement précis des différentes couleurs choisies sur un joli croquis design personnellement rempli par ses soins. Cela ressemble à un superbe tableau et c'est fort utile une fois rentrée chez soi, j'adore !

Ma note : 20/20

Je suis pleinement consciente qu'une esthéticienne ne peut pas atteindre ce tel niveau d'excellence en matière de maquillage car il lui faudrait pratiquer assidûment tous les jours. Néanmoins, je suis convaincue que c'est, entre autres, en s'inspirant de ces ateliers professionnels que notre profession pourra tendre à un résultat satisfaisant pour les prestations relatives au make-up. C'est pourquoi, je vous invite toutes à tenter la belle expérience que j'ai vécu avec Kim Bourhila au show-room parisien Shu Uemura.

Faites-vous ce petit plaisir, vous apprendrez une multitude d'astuces en regardant officier et en questionnant de formidables maquilleurs professionnels. En l'occurrence,  Kim Bourhila est absolument charmant, très pédagogue et surtout un artiste hors du commun, totalement perfectionniste. Aussi, l'on ne peut donc nullement s'étonner que le grand maître Shu Uemura l'ait personnellement recruté pour représenter sa célébrissime marque de maquillage sur l'hexagone.

Par Sophie Meyer , Esthéticienne - Consultante

Boutique Shu Uemura Saint-Germain, 176, bd Saint-Germain, 75006 Paris. Tél. 01 45 48 02 55.

248 Votez
Retour aux articles

Commentaires

  • Anonyme 08/07/2012
    Malheureusement, le maquillage chez l'esthéticienne reste très souvent le "cauchemar" des futures mariées: nous avons beau demander "un maquillage discret", à croire qu'elles entendent toutes "c'est leur mariage, c'est donc maquillage de fête et plus on met de couches, plus elles seront contentes!" La cata. Je passe sur l'aspect "je n'écoute pas ma cliente parce que c'est pas une pro et qu'elle n'y connait rien". C'est pas comme si on se voyait dans la glace tous les matins et qu'au bout d'un moment on sait parfaitement où ça brille, où il y a des cernes etc...
    Signaler un contenu abusif

Voir tous les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire avec votre pseudo. Si vous n’êtes pas identifié, votre commentaire apparaitra en Anonyme.
Saisissez ce code de sécurité :