Newsletter

Sur le même thème

Ongles
Tous les articles

Articles en relation

Tous les articles


Articles préférés

Tous les articles préférés

Les plus commentés

Tous les + commentés

N°718 Octobre 2018

Numéros précédents

À CE JOUR, QUI A LE DROIT DE PRATIQUER ?

Peuvent faire de la prothésie ongulaire les titulaires d'un CAP Esthétique ou d'un CQP de prothésie ongulaire. Alors que la précédente Ministre de l'Artisanat, Madame Delga, avait décidé qu'il fallait un CQP de styliste ongulaire (dont le prérequis est le CAP Esthétique) pour proposer des prothèses d'ongles, Madame Pinville a considéré que le CAP n'était plus nécessaire, d'où cette lettre au CMA !

POURQUOI PROTESTER CONTRE CETTE LETTRE ?

La ligne actuelle du Gouvernement est la dé-professionnalisation des professions. En prothésie ongulaire, il y a un vrai risque pour les clientes. La CNAIB a donc protesté par courrier contre cette lettre qui est en opposition avec les référentiels d'examens d'esthétique qui contiennent tous l'apprentissage de la prothésie ongulaire.

Si la prothésie ongulaire fait partie des référentiels, c'est bien la preuve que c'est une activité qui doit être encadrée par l'article 16 de la loi de 1996 sur la qualifi cation.

D'autre part, si on accepte que les prothésistes travaillent sans aucun encadrement, petit à petit on va tout retirer aux esthéticiennes : le maquillage, les épilations...

La CNAIB n'a pas manqué de joindre à son courrier des photos terrifi antes de problèmes survenus après une pose par des personnes non diplômées. La CNAIB reçoit régulièrement des courriers de personnes pratiquant la prothésie ongulaire qui s'interrogent sur la nécessité d'avoir un CAP puisqu'on y apprend la peau et que les ongles, selon elles, n'ont rien à voir !

Vous le savez bien, les ongles sont une émanation de la peau, ce qui démontre bien à quel point ces prothésistes ongulaires n'ont aucune connaissance de l'anatomie du corps humain, pas plus que des règles d'hygiène, ce qui est gravissime pour la santé des clientes. Elles n'ont aucune notion de cosmétologie et emploient des produits au hasard dont certains sont dangereux et interdits.

La CNAIB a envoyé un courrier au Ministère de la Santé, du Travail, de l'Économie, au Premier Ministre et à tous les députés et sénateurs. Ce courrier a fait réagir Madame Pinville qui va recevoir d'ici peu la CNAIB pour obtenir plus d'explications.

Voir le courrier de la CNAIB.

L'OBJECTIF DE LA CNAIB

La CNAIB est soutenue par l'APCMA (Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l'Artisanat) et par le SNSO (Syndicat National des Stylistes Ongulaires) qui regroupe les stylistes titulaires d'un CAP ou d'un CQP afi n que Madame Pinville revienne sur sa lettre destinée aux Chambres de Métiers. À ce jour, dans l'univers de l'esthétique, seule la CNAIB a pris position pour défendre les esthéticiennes.

Qui d'autre pourrait mieux qu'elle être légitime pour les défendre ? Grâce à ses 1 700 adhérentes, elle est le plus grand réseau d'instituts de France !

LA POSITION DU GOUVERNEMENT

Le gouvernement actuel est extrêmement attentif à tout ce qui concerne la prévention, la santé, l'hygiène, la sécurité, en un mot la protection du consommateur. Tout ceci est en inadéquation avec la tolérance laissée aux prothésistes ongulaires qui travaillent sur un être humain avec des formations de quelques jours seulement et risquant de provoquer des infections sur les ongles pouvant dégénérer en septicémies graves si elles ne sont pas soignées rapidement.

L'AVIS DE CELLES QUI ONT PASSÉ UN CAP

Elles se félicitent toutes de cette décision, elles augmentent leur chiffre d'affaires car elles peuvent diversifi er leur soins : manucurie, beauté des pieds, maquillage, maquillage permanent... Pendant une pose de prothèse elles peuvent désormais proposer à leur cliente un masque pour une remise en beauté, suivi d'un maquillage.

VOUS AVEZ UNE QUESTION ?

La CNAIB est la seule organisation reconnue représentative dans toute la France (96 départements), qui est consultée par tous les ministères, travail, artisanat, éducation nationale, santé, économie, DGCCRF pour l'élaboration de toute la règlementation concernant les esthéticiennes.

Vous pouvez, que vous soyez adhérente ou pas, poser vos questions à info@cnaib-spa.fr, il vous sera toujours répondu texte à l'appui dans les cinq jours.CNAIB, 64 rue de la Briquetterie, 17000 La Rochelle. Tél. 05 46 41 69 79.

www.cnaib.fr

E-mail : info@cnaib-spa.fr